Social

[ SOLIDARITÉ] Action contre la Faim et UNICEF France déploient des actions de solidarité en Ile-de-France.

Créé le : 03/04/2020

Alors qu’en France, la pandémie de COVID-19 représente un risque majeur pour les personnes en situation précaire, Action contre la Faim et UNICEF France, forts de leur expérience mutuelle à l’international, s’allient afin d’apporter un accès à l’eau, à l’hygiène et de renforcer la protection des personnes isolées, des enfants et familles vivant en habitat précaire, sur notre territoire.

Pour intervenir auprès des personnes qui n’ont pas les moyens d’appliquer les gestes barrières, Action contre la Faim, avec le soutien d’UNICEF France, va contribuer dans les prochains jours, à la mise en place de séances de sensibilisation aux gestes barrières en Ile-de-France auprès des populations les plus vulnérables. 1 350 kits d’hygiène seront également distribués pour répondre aux besoins des familles ou des personnes seules et des points de lavage des mains sont déjà installés lors des distributions alimentaires réalisées avec nos partenaires.

« Nous allons distribuer du savon, du gel hydro-alcoolique pour que les personnes les plus fragiles puissent appliquer les gestes barrières. Mais nous allons également apporter des produits d’hygiène de première nécessité comme du dentifrice, des biberons et des couches pour améliorer plus généralement les conditions sanitaires des personnes que nous allons aider » explique Hélène Quéau, Coordinatrice des projets d’Action contre la Faim en France.

Les premières évaluations d’Action contre la Faim montrent que les populations marginalisées vivant à la rue, dans des bidonvilles ou des squats n’ont généralement pas un accès à l’eau suffisant, digne et sécurisant, encore plus en période de confinement. 50 % d’entre eux n’ont un accès à l’eau qu’au travers de bornes incendies ou de fontaines publiques. Les dispositifs de lavage de main avec de l’eau et du savon sont souvent inexistants.

« Les plus vulnérables bénéficient en général du soutien d’associations qui distribuent de l’eau en bouteilles et de centres d’accueil de jour offrant un accès à des douches, mais la crise du COVID-19 a eu pour impact de limiter le champ d’action de ces structures », regrette le Dr. Pierre Micheletti, Président d’Action contre la Faim.

Aujourd’hui les acteurs associatifs travaillent sans relâche pour maintenir leurs activités, mais les besoins sont immenses face à l’ampleur de la crise. C’est pourquoi ce projet s’inscrit en complémentarité avec les initiatives menées par ces associations et par les pouvoirs publics en vue d’assurer une réponse efficace et coordonnée.

« Nous savons qu’au moins 40 % des personnes vivant en bidonvilles sont des enfants. Ils sont déjà vulnérables et le sont encore plus en pandémie. Nous allons leur permettre de se protéger avec l’accès à l’eau, mais nous allons aussi mettre en place un accompagnement sur la santé mentale avec une attention particulière sur la protection de l’enfance dans ce contexte. C’est une première pour UNICEF que d’intervenir dans un pays comme la France. Face à cette crise sans précédent, nous adaptons nos réponses », déclare Sébastien Lyon, directeur général d’UNICEF France.

> Plus d'infos

[ PÊCHE ] Un festival pour découvrir la vie des hommes et des femmes de mer

Créé le : 05/03/2020
Dans moins d’un mois, du 22 au 29 mars, le Festival de Film Pêcheurs du Monde se déroulera à Lorient, Pays de Lorient et Vannes pour une semaine de films, d’expositions et d’animations.
Loin des discours dominants, le Festival propose une sélection de plus de 50 films pour découvrir la vie des hommes et des femmes de mer dans une vingtaine de pays : Canada-Québec ,Chili, Pérou, Brésil, Togo, Sénégal, Irlande, Indonésie, Inde, etc...
C’est aussi un temps de partages et d’échanges sur les enjeux d’aujourd’hui avec les réalisateurs et les professionnels de la mer.

 

Service Public de l’Insertion breton : projet retenu !

Créé le : 24/02/2020
logo région bretagne

Par La Région Bretagne

Le 23 octobre dernier, l’État lançait un appel à projets afin de mettre en place desexpérimentations visant la mise en œuvre d’un Service Public de l’Insertion (SPI). Sept collectivités bretonnes (les Départements du Finistère, des Côtes d’Armor, de l’Ille-et-Vilaine, du Morbihan, la Région Bretagne et les Métropoles de Brest et Rennes) y répondaient collectivement après avoir déjà engagé, depuis plusieurs mois, des travaux en vue de mieux coordonner des politiques d’insertion, de formation et d’emploi, en lien avec Pôle emploi. Ce consortium breton fait partie des 14 lauréats dont la sélection a été annoncée fin janvier.

En s’engageant de cette manière, les 7 partenaires souhaitent mettre en œuvre un service plus accessible, mieux articulé, pour être en mesure de construire des parcours inclusifs soutenant de bout en bout les personnes en difficulté et de propose des solutions opérationnelles visant l’accès ou le retour à l’activité.
 
Coordonné par le Département du Finistère, ce consortium breton s’est porté candidat à cette expérimentation avec un projet innovant et ambitieux. Il s’agit de permettre des parcours sans rupture pour les personnes en insertion sociale et professionnelle quel que soit la collectivité qui les accompagne.
En charge de l’insertion, les Départements vont engager une dynamique de fond pour accélérer les mises en parcours des allocataires du Revenu de Solidarité Active (RSA), massifier les accompagnements, remobiliser les publics ancrés durablement dans le dispositif RSA.

Pour y parvenir, ils vont s’appuyer sur des partages d’expérience entre collectivités et sur l’activation, plus systématique, de l’offre de formation professionnelle déployée par la Région Bretagne. Un travail est également mené avec les Métropoles pour faire des Plans locaux pour l’insertion et l’emploi (PLIE) une interface entre les publics en insertion et les entreprises. Enfin, les Départements renforceront l’offre d’insertion sur leur territoire, du plus social (actions de remobilisation sociale) au plus professionnel (actions de mise à l’emploi, équipes emploi, clauses d’insertion, accompagnement global, parrainage en entreprise…).

Les ambitions du Service Public de l’Insertion breton sont donc de :
•    Raccourcir les délais de mise en parcours des allocataires ;
•    Cadencer les parcours (enchaîner les étapes, ne pas inscrire durablement les personnes dans un mode d’accompagnement) ;
•    Augmenter le nombre de bénéficiaires d’un accompagnement ;
•    Introduire la dimension emploi/formation dans tous les parcours ;
•    Réduire les délais de traitement administratif des situations ;
•    Évaluer en continu le respect de ces délais et des niveaux de service, notamment les résultats atteints ;
•    Innover, collectivement, en faveur de l’accompagnement des personnes et de leur sortie vers l’emploi durable ;
•    Simplifier la gouvernance territoriale afin d’assurer un suivi et un pilotage plus performant des actions entreprises.

Le dossier breton fait partie des 14 projets sélectionnés à l’échelle nationale.
Ces 14 projets seront lancés à partir du mois de mars 2020 et ce, jusqu’à la fin de l’année 2021. Leurs effets sur les parcours des personnes privées d’emploi, ciblées par ces expérimentations, feront l’objet d’une évaluation.

[INSERTION] À Toulouse, Rebonds! ne laisse personne sur la touche

Créé le : 24/01/2020
Photo : Natacha Scheidhauer

Photos : Natacha Scheidhauer.  Une fois par semaine, L’Essai au Féminin permet aux jeunes filles de 8 à 11 ans de prendre toute leur place dans un espace public trop souvent occupé par les garçons. Ici, dans le quartier de la Faourette, à Toulouse.

Par Natacha Scheidhauer

L'association toulousaine Rebonds! parcourt les quartiers prioritaires de Toulouse pour y implanter la pratique du rugby. La finalité ? L'insertion et l'éducation des plus fragiles, depuis presque 16 ans.

La réussite d’un parcours de vie tient souvent à peu de chose. À Toulouse, c’est une rencontre avec un ballon ovale et avec ceux qui le tendent. Éducation, insertion, médiation : depuis 2004, Rebonds! sillonne les quartiers prioritaires, rugby au cœur.

Ça piaille, ça rit, ça crie ! Égayées sur le terrain de sport, elles sont une centaine à se défouler au grand air. Elles, ce sont les gamines de l’Essai au Féminin, un dispositif mis en place par l’association Rebonds! pour permettre aux toutes jeunes filles des quartiers prioritaires de s’initier au rugby. Car malgré l’affluence du jour, au départ, peu d’entre-elles étaient destinées à découvrir ce sport « de garçon » à la réputation violente et dangereuse. À l’origine, il y a 15 ans, Rebonds ! est né d’un constat plus large : celui de l’absence de rugby dans les quartiers prioritaires de Toulouse. « Malgré le fait d’être dans la capitale nationale du rugby, il y avait très peu d’initiatives proposées dans les territoires prioritaires et aux publics en difficulté », explique Sanoussi Diarra, ancien joueur de rugby et co-fondateur de Rebonds! Un diagnostic que...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[RÉFUGIÉS] Ils veulent refaire leur vie en Bretagne

Créé le : 17/01/2020
Photos : Virginie Jourdan

Photos : Virginie Jourdan. Avant d'arriver à Ploufragan, Yasr et sa famille vivait à Redon, en Ille-et-Vilaine. La scolarisation des enfants a été un facteur important pour rencontrer des familles bretonnes.

Par Virginie Jourdan

Le nombre de demandes d’asile a doublé en Bretagne en dix ans. Dans les Côtes-d’Armor, ceux qui obtiennent le statut de réfugiés ne sont pas au bout de leur peine. Épaulés par des associations, ils tentent de retrouver une vie stable, un logement et un travail. Une deuxième chance rêvée, mais loin d’être gagnée.

Après des mois de démarches souvent chaotiques, l'obtention du statut de réfugié ne signifie pas toujours la fin du parcours du combattant pour les exilés. Si l'État et les collectivités déploient des moyens pour y remédier, en Bretagne, comme ailleurs, repartir de zéro est une gageure.

Devant sa maison de Ploufragran, Yasr désherbe un parterre de plantes aromatiques. Sous ses doigts, la mélisse, le thym et le basilic semblent pousser seuls sous le climat briochin et leurs odeurs exhalent des senteurs qu'il a connu en Syrie. À l'arrière de la bâtisse, cet ancien chef de ferme de 43 ans termine d'installer une petite serre. Bientôt, les tomates, courgettes et aubergines viendront compléter les repas pour lui, ses 5 enfants et Falac, sa femme. Arrivée en France en mars 2018, la famille a obtenu le statut de réfugiée pour 10 ans. En Bretagne, en 2017, environs 200 Syriens, Irakiens ou Afghans ont bénéficié d'un programme de protection similaire. « Avec la guerre, nous avons dû quitter ma région natale d'Idlib pour le Liban. Nous sommes restés un an et demi là-bas. Nous sommes arrivés en France grâce à un programme...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ EN LUTTE ] À Marseille, les salariés de Carrefour ne s’en laissent pas conter

Créé le : 08/01/2020
crédit Clara Martot

Par Clara Martot

Dans les quartiers Nord de Marseille, les salariés du Carrefour le Merlan sont vent debout contre un projet de restructuration de l’hypermarché. Les syndicats se mobilisent et attaquent la direction en justice pour fraude. En cause ? L’annonce de licenciements alors que l’enseigne touche des millions d’euros d’aide publique.

Dans le 14e arrondissement de Marseille, les mauvais chiffres du Carrefour le Merlan ont poussé la direction à supprimer des postes. Premier employeur privé de France, Carrefour touche pourtant des millions d’euros d’aides publiques… Des salariés se sont alors décidés à poursuivre le groupe pour fraude.

Comme tous les mercredis, l’immense parking du Merlan est plein. L’hypermarché Carrefour, perché sur le toit de la rocade L2 fraîchement achevée, est un repère central des quartiers Nord marseillais. Une clientèle aisée fait la route depuis les villages périphériques. D’autres familles, logées dans les cités voisines, viennent à pied. Et après parfois 20 ou 30 minutes d’attente aux caisses, tous ressortent de l’enseigne les chariots remplis à ras bord. Pourtant, selon ses dirigeants, le magasin va mal : 8 millions d’euros de pertes l’année dernière.

Cet été, la décision a donc été prise de passer le magasin en mode discount. Le projet est modestement baptisé « Essentiel ». D’ici à 2022, l’offre de produits aura significativement diminué et une petite centaine d’...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ 05 DÉCEMBRE ] L'appel à mobilisation de la Fédération des mutuelles de France

Créé le : 03/12/2019

La Fédération des mutuelles de France appelle à participer à la mobilisation nationale et interprofessionnelle du 5 décembre contre une réforme des retraites " qui va accroitre la durée de cotisation exigée et abaisser fortement les pensions de retraite ".

D'après la fédération, ce projet est " injuste et dangeureux", car le choix de dégrader les conditions de vie des seniors compliquera leur accès à la santé et à la protection sociale à un moment de la vie où cet accès est particulièrement crucial.

Ce projet s’inscrit dans une politique globale qui, selon la FMF, casse la solidarité nationale : un « plan hôpital » sans moyen, un plan dépendance en panne, un PLFSS qui ne permet pas de répondre aux besoins de santé de la population…

Or, vouloir un système de retraite juste, un hôpital public correctement doté en moyens humains et financiers, une politique solidaire qui permette de relever le défi de la dépendance, une protection sociale universelle pour que chacun puisse vivre dignement, ce n’est pas être « trop négatif » sur la situation du pays, ni être « pleurnichard » mais, au contraire, avoir l’exigence de construire la société humaine et fraternelle voulue par nos concitoyens. Car c’est bien, comme le rapelle le communiqué, le projet des militants mutualistes.

> Plus d'infos

[MOIS DE L'ESS] À quoi ressemblera l'ESS de demain ?

Créé le : 04/11/2019

En ce mois de novembre, la douzième édition du mois de l’Économie sociale et solidaire sera l’opportunité pour de nombreuses structures engagées de faire rayonner cette économie à travers des évènements destinés au grand public ou aux professionnels.

À cette occasion, André Ducournau, président de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire Occitanie, revient sur la transformation en cours du monde de l’ESS, et les voies de transition de cette économie responsable. Une problématique à retrouver également dans le prochain numéro de Sans Transition !

 

[ MARSEILLE ] Des paniers de légumes bio chaque semaine dans les quartiers

Créé le : 31/10/2019

Des paniers de légumes bio locaux en AMAP pour tous : Impossible ? Les Paniers Marseillais et le secours populaire l’ont fait !

Depuis un an et demi les familles accueillies par le secours populaire, inscrites à l'aide alimentaire participent au projet innovant des « paniers bio solidaires ». Le concept est simple : les paniers de légumes hebdomadaires valent 18€ pour rémunérer justement le maraîcher qui les cultive. Les familles contribuent à hauteur de 3€ et les 15€ restants sont financés par des entreprises partenaires. Ag2r la mondiale, la Fondation Macif et la Maif accompagnent ce projet depuis sa création.

Aujourd'hui Les Panniers Marseillaus et le Secours populaire développent ce concept et augmentent le nombre de familles impliquées dans le projet. Pour cela, ils ont organisé l'opération « Adopte un panier » qui permet aux particuliers de faire un don pour financer le panier d'une famille, sur une semaine, un mois ou 6 mois.

Comment y participer ?

Rendez-vous sur le site internet de la fédération du Secours populaire 13, www.spf13.org.

L'avantage ?

Votre don vous permet de recevoir un rescrit fiscal de 75%. Quand vous donnez 60€ pour aider une famille pendant un mois, en réalité aprés déduction fiscale, nous ne débourser que 15€.

Rdv samedi 09 novembre pour déguster un repas, préparé par elles avec les légumes bio et locaux de Willie Lenadier, le maraîcher des Paniers Marseillais.

> Inscriptions

> Plus d'infos

[ VALLÉE DE LA ROYA ] Un retour à la terre pour s’enraciner

Créé le : 28/10/2019
Emmaüs Roya, c'est près de 5000 m2 exploités par 6 compagnons, dont Cédric Herrou. Photo : Emmaüs Roya

Par Sandrine Lana.

Il y a deux ans, des milliers de migrants arrivaient chez Cédric Herrou, agriculteur de la Vallée de la Roya. Aujourd’hui, sa ferme-refuge devient une communauté agricole de la fédération Emmaüs.

La ferme de Cédric Herrou est accessible par un chemin de pierres et de terre, dans un renfoncement de la route départementale qui relie Vintimille (Italie) à Breil-sur-Roya dans les Alpes-Maritimes. Trente mètres plus haut, des restanques abritent des poules, des potagers, des oliviers… Depuis quelques mois, une dizaine de personnes s’y active : bienvenue dans la 120e communauté Emmaüs de France, la première communauté entièrement paysanne, Emmaüs Roya.

« C’est lors de la tournée du film Libre[1], en 2018, que l’on s’est aperçu qu’il existait beaucoup de lieux d’accueil alternatifs des migrants et ce qu’étaient vraiment les communautés Emmaüs. », relate Marion Gachet, qui a rejoint Cédric Herrou sur la ferme comme bénévole puis membre de l’association Défends ta citoyenneté (association créée en 2017 par des habitants de la vallée solidaires des migrants). En échangeant avec des responsables de l'association, les deux militants se sont rendu compte que, dans les faits, la ferme de...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Pages

S'abonner à Social