Société

[Événement] – Environnement, social : l'entreprise face à ses missions

Créé le : 11/05/2018
"Transitions développement durable ! L'entreprise face à ses nouvelles missions ?" aura lieu le 31 mai prochain, à l'université de la Sorbonne - Pixabay

Et si la loi PACTE (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) était l'occasion de renforcer la capacité des entreprises à proposer des solutions dans le cadre de la transition ? La fondation FACE-Les entreprises contre l'exclusion en est convaincue. À partir de ce constat, elle a décidé d'organiser un événement exceptionnel, le 31 mai prochain, à l'université Panthéon Sorbonne. Intitulée Transitions développement durable ! L'entreprise face à ses nouvelles missions ?, la manifestation proposera 3 heures de rencontres, de débats et d'échanges entre citoyen.ne.s et représentants du monde économique et des pouvoirs publics autour des responsabilités sociales et environnementales de l'entreprise. 

Les transitions, mission de l'entrepreprise 

Le projet de loi PACTE, dont la présentation en Conseil des ministres est prévue pour le 23 mai, sera au cœur de cette rencontre. Les organisateurs (Convergences, la Fondation FACE - les entreprises contre l’exclusion, Paris 1 Panthéon Sorbonne et la Fondation des transitions), en appellent,

« au gouvernement et à tous les parlementaires pour donner toute ambition à cette loi. Nous affirmons que l’entreprise à mission existe déjà dans l’économie sociale et solidaire comme dans l’économie traditionnelle. Mais c’est encore trop expérimental. Nous sommes convaincus que cette Loi PACTE est l’opportunité d’un réel changement d’échelle. »

Sans Transition ! fait partie des médias partenaires de «Transitions Développement durable ? L’entreprise face à ses nouvelles missions », dont vous retrouverez le riche programme ci-dessous. Inscription obligatoire

Montpellier : Les « alternatives durables » ont bientôt leur librairie – salon de thé

Créé le : 04/04/2018
Chloé Bellue et Wissam Mimouni, co-fondatrices de la librairie "Fiers de Lettres" - Crédit : FD / LMDP

Une librairie-salon de thé entièrement consacrée aux alternatives durables ouvrira en plein centre de Montpellier, rue du Bras de fer, en juin prochain. Poétiquement baptisé Fiers de Lettres, l'endroit sera bien plus qu'un magasin de livre. Il se présente comme un lieu de rencontres entre les porteurs d'initiatives en matière d'écologie pratique, d'économie sociale et solidaire, et le grand public. Vous pourrez notamment y retrouver Sans Transition ! Une campagne de crowdfunding a été lancée pour soutenir cette belle initiative. Parmi les contreparties : des « paniers littéraires ». Discussion avec Chloé Bellue et Wissam Mimouni, porteuses de ce projet engagé.

À quoi ressemblera la boutique de Fiers de Lettres ?

Wissam : Fiers de Lettres, ce sera 60 m² de livres, de salon de thé, de carterie-papeterie. Ce sera un lieu de vie où l'on échange sur les alternatives durables et les innovations en matière de solidarité et de diversité.

Chloé : Nous comptons valoriser tout ce qui porte la société vers plus de solidarité et de durabilité. Nous nous inscrivons dans la même logique que Sans Transition !

Wissam : Il s'agit de mettre en avant tous les ouvrages qui parlent de ces thématiques. Beaucoup de maisons d'édition existent, y compris localement. Nous les trouvons dans les librairies généralistes. Notre idée est de les mettre en avant et d'organiser des événements pour parler des initiatives durables au grand public. Le livre génère des échanges et des réflexions. On trouvera chez Fiers de Lettres des essais mais aussi de la fiction, des romans...

Pourriez-vous nous en dire plus sur les événements que vous comptez organiser ?

Comme la plupart des librairies, nous allons organiser des rencontres avec des auteurs. Mais aussi des ateliers. L'idée est de faire venir des associations en mesure d'animer des rencontres sur des sujets pratiques. Notre volonté est aussi d'amener les personnes vers ces sujets. Nous mettrons en place des ateliers autour de choses assez concrètes, des choses du quotidien... Pour ensuite amener les participants à réfléchir plus largement aux alternatives. Mais nous avons aussi envie de faire témoigner des entrepreneurs sociaux, des personnes qui sont engagées sur ces sujets et les mettre en lien avec le grand public. Les initiatives fourmillent mais ne font pas encore système. Nous voulons les rendre visibles. Nous travaillons actuellement sur une programmation pour le mois de juin.

Vous avez lancé une campagne de crowdfunding. Quels sont vos objectifs ?

Chloé : La campagne se termine le 30 avril prochain. Nous avons atteint notre premier objectif qui était de 4000 euros. Nous avons construit l'opération en trois paliers. Le premier permettra de financer la conception de mobilier en bois par un chantier d'insertion local. Le second palier – fixé à 6000 euros  est destiné à l'achat d'une machine à café professionnelle pour la partie salon de thé. Enfin, un troisième palier (9000 euros) doit permettre de financer l'aménagement de la boutique par un architecte-mesuisier sensible au développement durable. Les contreparties sont des paniers littéraires garnis de livres. 

Wissam : La machine à café est un élément important ! Nous sommes amatrices de café. L'idée est de proposer sur place des cafés de qualité, bio et équitables. Nous voulons offrir aux gens la possibilité de venir découvrir les alternatives autour d'une tasse.

Contribuer à l'opération de crowdfunding : www.tudigo.co/don/fiers-de-lettres

[DOSSIER] - C’EST L’ALU !

Créé le : 08/02/2018
© F. Delotte

Nous n’avons jamais été autant entourés d’aluminium. Sa présence dans de nombreux vaccins relance le débat sur sa prétendue nocivité pour la santé. Mais qu’en est-il de sa toxicité réelle ? Et comment l’éviter ? Sans Transition ! fait le point sur l’alu.

Par François Delotte

GARE À L’ALU !

Nous nous en appliquons sur les aisselles. Nous en utilisons pour cuisiner et nous en avalons même régulièrement. L’aluminium est un allié pratique de notre quotidien. Mais plusieurs travaux scientifiques tendent à montrer qu’il n’est pas inoffensif. Et qu’il pourrait notamment être impliqué dans le développement de cancers du sein.

L’aluminium est ubiquitaire. Une jolie formule pour dire que l’on trouve des traces de ce métal quasiment partout. « Il s’agit du troisième composant de l’écorce terrestre, après l’oxygène et le silicium », indique Olivier Guillard, biologiste à l’Université de Poitiers qui a beaucoup travaillé sur cet élément. Apprécié pour sa légèreté, sa résistance, ses pouvoirs isolants, on le retrouve dans les contenants alimentaires, dans certains cosmétiques, dans les automobiles, les objets électroniques (tablettes, ordinateurs…), ou encore dans certains composants d’avions. « Contrairement à des métaux comme le zinc ou le fer...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

NÎMES « DESIGNE » les biens communs

Créé le : 06/02/2018
L’agence de design social nîmoise Étrange Ordinaire a été sollicitée par les Hôpitaux de Marseille afin de « co-designer » un « salon des familles » à l’Hôpital Nord de la Cité phocéenne destiné à accueillir les proches des patients. © Étrange Ordinaire

À Nîmes, formations universitaires et jeunes créateurs produisent un design « social ». Un design qui n’aboutit pas forcément à la création d’objets. Mais qui privilégie l’élaboration de services d’intérêt général, co-conçus avec citoyens et usagers.

Par François Delotte

Et si les services se « designaient » comme les objets ? C’est le pari entreprit avec le design social. Un design complet, qui met le citoyen et l’usager au cœur de ses réalisations. « Le design traditionnel a pour objectif principal de produire des objets de consommation courante, de la voiture à la tasse de café. Le design social a lui un objectif supérieur : se mettre au service du bien commun », précise Stéphane Vial, maître de conférence en design à l’université de Nîmes et directeur de PROJEKT (lire l’interview ci-dessous), laboratoire de design d’innovation sociale. La préfecture du Gard apparaît aujourd’hui comme l’épicentre de cette discipline peu connue du public. Et ce, notamment grâce au développement de deux masters – dont un professionnel (le seul spécifiquement dédié au design social en France) – et d’un axe de recherche dédié à la faculté des arts, lettres et langues.

Ces parcours universitaires ont permis à des professionnels de se former, avant de créer leur propre agence à Nîmes. C’est le cas d’Emma Livet – 26 ans – et Sophie Krawczyk – 25...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Vers un artisanat COLLABORATIF

Créé le : 11/09/2017
© F. Delotte

Échange de savoir-faire et mutualisation de moyens : l’artisanat renouvelle son ancestral compagnonnage via l’influence des « FabLabs » et du numérique dans des lieux partagés qui émergent sur tous les territoires.

 
 

 

DES ATELIERS partagés et connectés

Par François Delotte

Bois, métal, électronique ou textile. Un peu partout en région, des artisans viennent travailler leurs matières et concevoir leurs objets dans des ateliers collaboratifs. Ces lieux, souvent ouverts au grand public et aux nouvelles technologies, permettent de mutualiser moyens et compétences. Mais aussi de lutter contre l’isolement des créateurs.

...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Jean-Pierre Kieffer, OABA : "il faut interdire l'abattage sans étourdissement"

Créé le : 20/09/2016
Capture écran de la dernière vidéo de L214 tournée dans un abattoir de Nouvelle Aquitaine. crédits : DR

Alors que la commission d'enquête parlementaire sur les conditions d'abattage des animaux de boucherie vient de rendre public son rapport, l'association L214 publie une vidéo montrant des animaux abattus sans étourdissement durant l'abattage rituel de l'Aid el-Kebir. Le vétérinaire Jean-Pierre Kieffer, président de l'association O.A.B.A (Œuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs) nous livre son avis sur l’évolution de la réglementation de l'abattage.

Retrouvez notre dossier « Abattage : peut-on faire autrement ? » dans notre numéro 1 de Sans Transition !

Quelle est votre position à propos de l'abattage des animaux sans étourdissement ?

Une loi a rendu obligatoire l'étourdissement des animaux avant la saignée en 1964, notamment grâce à l'action de l'O.A.B.A. Mais il existe une dérogation à cette obligation : la loi européenne autorise l'abattage rituel, c'est-à-dire sans étourdissement.

Cela n'est donc pas illégal mais cela reste inacceptable. Nous trouvons absurde que cette pratique soit autorisée et nous avons d'ailleurs déposé un recours auprès du conseil d’État, qui a été refusé en 2015. Nous considérons que l'argument religieux n'est pas suffisant pour avoir une dérogation à la loi. La loi impose d'utiliser la méthode qui limite le plus la douleur de l'animal. Les scientifiques ont prouvé que la perte de conscience, le moment où l'animal ne sent plus rien, peut être très long après l’égorgement, jusqu'à 14mn pour les bovins.

Pour un pays laïque est-il logique d'accorder une dérogation uniquement parce que l'on dit que c'est rituel ? Il y a pourtant des pays à majorité musulmane ou l’étourdissement est obligatoire comme en Malaisie ou en Jordanie.

 

Le rapport de la commission d'enquête parlementaire propose un contrôle vidéo des abattoirs, pensez-vous que cela puisse améliorer le bien-être animal ?

C'est une mesure utile mais pas suffisante. Il y a en effet un manque de vétérinaires inspecteurs et les caméras pourraient les aider. Mais il faudrait surtout que la réglementation soit appliquée. Avant de promulguer des nouvelles lois, il faut faire appliquer la réglementation existante. Pour cela il est nécessaire d’accroître la surveillance au niveau des postes d'abattage. Mais nous pensons qu'il serait souhaitable que les opérateurs soient mieux formés avec des formations pratiques pour mieux apprendre les gestes.

Le rapport ne propose pas d’interdire l'abattage sans étourdissement. Or, au XXIème siècle, celui-ci ne devrait plus exister ! Si des mesures ne sont pas prises les gens vont avoir de moins en moins confiance pour acheter de la viande. Aujourd'hui il n'y a pas d’étiquetage pour indiquer le mode d'abattage. Les bouchers sont mal à l'aise à ce sujet car ils ne peuvent garantir à leurs clients que l'animal a été abattu avec étourdissement.

Pensez-vous que la réglementation autours de l'abattage peut évoluer grâce à la campagne présidentielle de 2017 ?

Le sujet va être obligatoirement abordé durant la campagne de 2017. En 2012 celui-ci avait beaucoup été soulevé, notamment suite à un film «  la viande dans tous ses états » qui avait entraîné de nombreuses prises de position. Malheureusement le FN avait repris le débat et détourné le sujet de la souffrance animale vers les thèmes de l'identité ou de la religion. Nous ne souhaitons pas du tout stigmatiser une religion ou une communauté, seulement s'attaquer à la souffrance animale.

Plus d'infos :

www.oaba.fr

[Tribune] Bio dans les cantines : les sénateurs rateront-ils encore la marche ?

Créé le : 19/06/2018

Alors que le Sénat a retiré la semaine dernière en commission l'objectif d'atteindre 20% bio en restauration collective, Joël Labbé (sénateur écologiste du Morbihan) et Gilles Pérole (élu local à Mouans-Sartoux (06))  invitent les sénateurs à revoir leur copie avant la lecture du texte en séance publique qui aura lieu à partir du 26 juin. Ils rappellent et expliquent pourquoi manger 20% de bio d'ici à 2022, c'est non seulement urgent mais également faisable.

 

Par Joël Labbé et Gille Pérole

Décevante, leur attitude en commission sur l’étude de la loi Alimentation ! Pourquoi une poignée de sénateurs reste aussi hermétique aux évolutions de société et aux désirs des citoyens qui sont à 90% intéressés par le bio à la cantine (sondage Agence Bio) ?

 

Jeudi 14 juin, le groupe majoritaire des sénateurs LR a dépouillé la loi issue des États généraux de l'Alimentation de l'un de ses principaux arguments plaidant pour l'introduction de 20% de bio dans les assiettes de la restauration collective d'ici à 2022. C'est le précieux article 11 de la loi Agriculture Alimentation, que les députés venaient de valider comme un seul homme, le 30 mai dernier. Ce camouflet n'est ni plus ni moins qu'un remake de 2016, lorsque la députée Brigitte Allain avait proposé d'introduire par la loi le bio et le local à hauteur respective de 20 et 40%, dans un délai raisonnable. Une proposition alors votée à l'unanimité de l'Assemblée nationale, mais retoquée pareillement par des sénateurs rivés à des positions décidément aussi stables qu'inintelligibles.

 

Pourtant nous, Joël Labbé*, sénateur du Morbihan et Gilles Pérole*, élu local à Mouans-Sartoux (06), sommes persuadés qu’on finira bien par faire bouger les lignes sur le bio et le local dans les cantines, loin des pétitions de principe et des postures qui n'honorent ni leurs auteurs ni les représentants des causes qu'ils croient défendre, parfois seuls contre tous...

 

L’alimentation durable ne relève pas d'une lubie. Elle permet une vraie prise en compte des enjeux de santé et intègre l’évaluation des impacts de la production agricole sur l’environnement, la biodiversité et le réchauffement climatique. Il nous faut relever le défi de manger mieux en restauration collective, en suivant la dynamique porteuse du secteur bio (plus de 10% de croissance depuis quinze ans), réputé par ailleurs bon pourvoyeur d'emplois selon l'Agence bio. Et en suivant, aussi, les nouvelles recommandations nutritionnelles officielles. N'est-ce pas le Programme national nutrition santé (PNNS) 2018-2022 qui fixe l’objectif d’« au moins 20% de consommations bio de fruits, légumes, produits céréaliers et légumineuses pour l’ensemble de la population française » ?

 

Le bio local : pas plus cher ni difficile à trouver

 

 

20% de bio dans les assiettes des cantines, un objectif hors d'atteinte ? Bien sûr que non. Il suffit de battre en brèche les deux idées reçues principales qui ont décidément la peau dure... jusqu'au palais du Luxembourg.

 

-Le prix. Manger bio serait plus cher et porterait atteinte aux budgets des collectivités comme au porte-monnaie des familles. C'est faux. En 2017, l'Observatoire national de la restauration collective bio et durable, créé par l'association Un Plus Bio, a démontré que les collectivités locales engagées dans des menus composés pour 20% de produits bio font face à un coût matière de 1,80 €. Oui, un repas à 20% bio servi à la cantine coûte moins de deux euros hors taxe, lorsqu'un repas conventionnel est estimé entre 1,50 et 2,00 € (source Agores). Pour maîtriser les coûts, il suffit de faire évoluer ses pratiques d’achats, réduire le gaspillage alimentaire et composer de nouveaux menus...

 

-La difficulté d’approvisionnement. C'est devenu une rengaine maniée avec un peu trop d’aisance par les sénateurs, qui ne semblent pas s'intéresser aux changements en cours dans les filières agricoles. Manger bio se ferait au détriment de manger local et ne servirait pas l'économie des territoires car il faudrait massivement recourir aux importations. Mais personne ne s'enquiert des conditions de circulation des produits non bio largement importés qui saturent les ports et les autoroutes du monde entier pour atterrir tranquillement dans les assiettes des cantines !
Sur la base de l’exemple de la régie municipale agricole de Mouans-Sartoux qui fournit 85% des légumes bio consommés par les 1000 élèves à la cantine, on peut, par exemple, estimer à 100 000 hectares la surface agricole nécessaire pour fournir en légumes bio les trois milliards de repas servis hors domicile chaque année en France. Cela représente seulement... 0,35% des 28 millions d’hectares de surface agricole utile de notre pays ! Objectif certainement pas inatteignable…

 

Enfin, l’argument du recours au bio via des pays lointains ne tient plus depuis quelques années. L'Agence bio vient de publier ses derniers chiffres. En 2016, 71% des produits bio consommés en général par les Français étaient « made in France ». Ce niveau corrobore directement les chiffres de l'Observatoire d'Un Plus Bio qui a mesuré que, en 2017, 58% des produits bio achetés en restauration collective étaient d'origine locale (définition Ecocert, périmètre ancienne région administrative).

 

 

Manger bio et local n'est donc pas plus cher ni impossible. Et aux sénateurs qui redoutent que les producteurs locaux soient écartés du marché de la restauration collective en plein boom, rappelons que le projet de loi prévoit que les productions en conversion bio pourront être comptabilisés, dès la première année, dans les 20% de bio. C'est un signal fort envoyé à la profession, car il n'est évidemment pas question d'opposer les agriculteurs entre eux ni de laisser sur le bord du chemin les candidats au changement de pratiques.

 

Alors, sénatrices et sénateurs de tout le pays, unissez-vous le 27 juin prochain, jour de l'examen du texte, pour soutenir enfin la réalité d’une alimentation bio à notre portée et rejoignez les nombreuses collectivités territoriales qui ont un train d'avance !

 

* Joël Labbé, sénateur écologiste du Morbihan, initiateur de la loi « Zéro-phyto » qui bannit depuis le 1er janvier 2017 l'usage des produits phytosanitaires dans les espaces publics des collectivités locales et, à partir du 1er janvier 2019, dans les jardins de particuliers.

 

* Gilles Pérole, adjoint au maire en charge de l'éducation à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes), première commune de plus de 10 000 habitants passée au 100% bio dans ses cantines, sans surcoût pour la collectivité ni les familles. Également président de l'association Un Plus Bio, premier réseau national des cantines bio.

 

 

 

Un débat « mouvant» pour parler de journalisme alternatif à Aix-en-Provence

Créé le : 11/06/2018
Le parc de Saint-Mitre accueillait les Rencontres Déconnomiques- crédit Célia Pousset

Une drôle d’Assemblée citoyenne s’est tenue samedi 9 juin, à Aix-en-Provence, pour débattre de l’avenir des médias indépendants.  Organisé par le collectif Médias Citoyens Paca, un débat ludique a pris place dans le cadre des Rencontres Déconnomiques, contrepied au Cercle des économistes libéraux. Sans Transition a pris part à la discussion !

Sous les muriers du parc Saint-Mitre à Aix-en-Provence, samedi 9 juin, des personnes se sont réunies en demi-cercle. Parmi elles, des « citoyens », journalistes, étudiants, retraités, syndicalistes ou encore des artisans. Comme toujours dans une telle configuration, certains se sont placés à gauche de l’assemblée quand d’autres se sont positionnés à droite. Mais ici, aux Rencontres Déconnomiques, en vérité tout le monde est politiquement de gauche. Le débat qui nous oppose, proposé par le collectif Médias Citoyens PACA qui rassemble les acteurs du journalisme alternatif régional, s’intitule : « Une autre information est possible… mais ce n’est pas facile ! » Alors, il faut choisir : l’optimisme ou le pessimisme.

Sébastien Boistel, journaliste au mensuel satirique Le Ravi, et co-animateur du débat, annonce la couleur. D’un ton désabusé il présente la journée : « une satanée mission pour parler de ces médias qui espèrent simplement ne pas mourir tout de suite. » Faire vivre, ou faire survivre, des titres indépendants par-delà leurs difficultés financières est un combat. Sur place, des représentants d’un journalisme « pas pareil » comme l’Age de faire ou de 15-38 Méditerranée en savent quelque chose…

 

Un « débat mouvant » participatif

Avant de commencer la discussion, nous mettons les chaises en arrière et, debout, chaque participant se présente. Il nous faut évoquer également notre pire ou meilleur souvenir lié aux médias. La longue liste des calamités commence : l’invasion de la pub, le traitement médiatique de la ZAD, la télé en continu, l’attentat à Charlie Hebdo, la stratégie du choc émotionnel… Malgré tout, quelques notes positives se glissent, comme cette dame qui remercie « Nicole Ferroni, Guillaume Meurice, tous ces humoristes qui font réfléchir ». Celle qui se présente comme « Nicole F » est d’ailleurs présente parmi les optimistes !

Puis le match débute, avec une balle de tennis que l’on s’envoie pour argumenter et contre-argumenter. Dans l’assemblée, chacun peut décider de changer de bord au cours du « débat mouvant ». J’hésite, je me croyais optimiste mais je rejoins les « plutôt pessimistes ». Car la question n’est pas de savoir s’il est facile de créer un « média libre », mais celle de savoir comment il peut perdurer. De ce jeu de balle dans un parc ensoleillé, ressortent d’importants enjeux. Les avis divergent, les radicalités politiques s'expriment mais, en fin de compte, si nous sommes présents à cette rencontre c’est que nous croyons aux alternatives. Pas naïfs, certes, mais surtout pas désespérés : une autre information est bien possible !


 

[Crowdfunding] – On passe à l'acte veut créer une « pépinière de projets d'intérêt commun »

Créé le : 22/05/2018
DR

On passe à l'acte passe la seconde ! Ce site diffuse depuis douze ans des témoignages vidéo d'acteurs du changement dans le champ des transitions écologiques, économiques et sociales. Transitions que l'association qui porte le projet veut désormais mettre concrètement en œuvre. Elle a lancé en ce sens une opération de crowdfunding. Objectif : créer notamment une « pépinière de projets de bien commun ». Mais pas seulement...

« La plupart des projets de bien commun ne sont pas soutenus par les pépinières existantes car ils ne sont pas jugés viables. Nous voulons les accompagner », affirme Mathias Lahiani, fondateur de On Passe à l'acte. Le site a déjà réalisé plus de 800 vidéos rendant compte d’initiatives positives, faisant aussi bien intervenir la « star » de l'agroécologie Pierre Rabhi que le citoyen lambda qui a décidé de lancer une Amap dans sa commune.

Relier « idéalistes et pragmatiques »

Mais Mathias Lahiani et son équipe ont voulu passer du témoignage au concret. Ils mènent une campagne de financement participatif jusqu'au 31 mai 2018. Le but est de réunir 20 000 euros pour créer une Société coopérative d'intérêt collectif (Scic) qui portera une « pépinière de projets de bien commun », selon les mots de Mathias Lahiani. Il s'agit de créer une structure dédiée à l'accompagnement de projets socialement et écologiquement positifs « sans sélection à l'entrée sur la rentabilité économique », indique l'association.

 

 

Cette « phase 2 » de On passe à l'acte ne s'arrête pas là. Forts de leur expérience, les animateurs du projet veulent continuer à « valoriser les bonnes pratiques » en créant « des zones de contact entre les idéalistes et les pragmatiques », indique Mathias Lahiani. Édition de livres (dont des bandes dessinées) et réalisation de films consacrés aux transitions sont déjà dans les tuyaux. Ils n'attendent plus que vous pour devenir réalité...

Plus d'infos : www.zeste.coop/fr/decouvrez-les-projets/detail/on-passe-a-lacte-phase-2

Pages

S'abonner à Société