Écologie

[ PESTICIDES ] La FNE soutien les maires du 04 et 05 dans la démarche de protection de leurs concitoyens

Créé le : 13/09/2019

Alors que le gouvernement a lancé lundi 9 septembre une consultation portée conjointement par les ministères de la Santé, de l’Agriculture et de la Transition écologique sur le projet de décret visant à respecter une distance minimale entre les cultures traitées aux pesticides et les habitations, France Nature Environnement en Paca, salue l’engagement des Maires de Revest-des-Brousses, d’Aubenas-les-Alpes (04) et de Puy-saint-André (05) qui ont signé des arrêtés municipaux encadrant strictement l’épandage de pesticides sur leurs communes.

Protéger les riverains des expositions directes aux pesticides : une nécessité

La consommation des pesticides en France est en hausse : + 12,4% en 10 ans. Les effets nocifs des pesticides sur la santé des agriculteurs et des riverains sont connus. Pourtant, seuls quelques espaces (écoles, hôpitaux, zones de captage) bénéficient aujourd’hui de mesures protectrices face aux épandages. Cela va à contre-courant des études scientifiques, du principe de précaution et des attentes de la société.

Face à l’inertie de l’Etat, en témoignent les projets de décret et d’arrêté qui prévoient une distance minimale d’épandage de 5 à 10 mètres entre les zones traitées et les habitations, la mobilisation des élus locaux est indispensable. Nous saluons donc l’engagement des maires qui portent la voix de leurs concitoyens et assument publiquement de prendre des arrêtés illégaux pour préserver la santé et l’environnement.

Pour Martine Vallon, Présidente de France Nature Environnement Alpes de Haute-Provence « L’arrêt des pesticides de synthèse est une nécessité, mais l’interdiction pure et simple n’est pas suffisante. Seul un changement des pratiques agricoles permettra de protéger les citoyens de ces produits nocifs. L’ensemble des acteurs – agriculteurs, riverains, chercheurs, élus locaux, associations, syndicats – doit travailler de concert pour construire des solutions à la hauteur de l’enjeu sanitaire et environnemental ».

France Nature Environnement se mobilise 

Parce que la population appelle à vivre #LoinDesPesticides, la FNE souhaite interpeller les membres du gouvernement qui ont le devoir d’assurer cette protection en créant des zones de non traitement (ZNT) pour les riverains, à l’instar de ce qui  est déjà mis en œuvre pour les cours d’eau (pétition à signer).

FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur portera ce discours lors de la Commission Régionale de l'Agro-écologie, qui se tiendra le 19 septembre à la Préfecture de région à Marseille en présence de M. le Préfet Pierre-Étienne BISCH, chargé d'une mission de coordination interministérielle du plan de réduction de l'utilisation des produits phytosanitaires et de sortie du glyphosate.

Le Conseil d’État a jugé que l'absence de mesure de protection des riverains contre la pulvérisation des pesticides était illégale. Si le gouvernement ne répond pas aux attentes des citoyens, la FNE attend continuer à faire pression sur celui-ci.

> Plus d'infos

[ URGENCE CLIMATIQUE ] "Rallumer l'espoir", Jean-Louis Etienne

Créé le : 13/09/2019
Photo : Noel Bauza / Pixabay

Jean-Louis Étienne est médecin, spécialiste en nutrition et biologie du sport. Il a mené de nombreuses expéditions en Himalaya, au Groenland, en Patagonie. En 1986, il est le premier homme à atteindre le pôle Nord en solitaire en chiens de traineaux. En 2010, il réussit la première traversée de l’Océan Arctique en ballon. Sans transition ! a l'immense privilège de le recevoir le 02 octobre prochain à Toulouse, pour une conférence dédiée à l'urgence climatique.

Quels rôles jouent les océans dans la régulation du climat ?

En lien avec l’atmosphère, l’Océan gouverne le climat. Il joue le rôle de tampon thermique, de régulateur. Il distribue également la chaleur et en absorbe de grandes quantités. Ainsi, 93 % de l’excès de chaleur est absorbé par l’Océan. Conséquences : la montée du niveau de la mer (3,2 mm par an), l’érosion des côtes ou la submersion des villes basses. C’est encore un formidable puits de carbone car le CO2 se dissout dans la mer et le phytoplancton (des algues microscopiques), par photosynthèse, absorbe ce CO2 . C’est le départ de la vie. Or un excès de CO2 dans l’eau conduit à l’acidification des océans. Ce phénomène menace la vie calcaire. Pour préserver le climat, il faut donc protéger l’Océan ! Dont la faune et la flore marines. En effet, l’homme a besoin de l’ensemble du vivant pour réussir cette tâche colossale. Autrement dit, l’homme doit organiser une co-évolution avec la nature, pour protéger la biodiversité marine.

" Pour préserver le climat, il faut donc protéger l’Océan ! "

À l’heure du dérèglement climatique, comment se porte l’Océan Arctique ?

À l’échelle planétaire, le constat est sans appel : + 0,8°C de hausse moyenne en 100 ans. Si cette hausse ne nous apparaît pas perceptible pour l’instant, elle est pourtant bien réelle, comme si la terre avait une légère fièvre. Les régions polaires – dont l’Arctique – en sont les premières affectées. Illustration : cette région est en train de changer de couleur. Avant, son Océan était recouvert par la glace durant la grande majorité du temps et se teintait de blanc. Désormais, la neige arrive plus tard, repart plus tôt. Par conséquent, la banquise se réduit. Il y a de plus en plus de zones sombres ; provoquant un moindre réfléchissement solaire. Quant au permafrost, ce terrain gelé, il est affecté lui aussi. Il fond de plus en plus, en libérant une grande quantité de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane, les fameux gaz à effet de serre. Là-bas, on assiste à une accélération du réchauffement climatique, avec une hausse moyenne qui a atteint jusqu’à 4°C en 60 ans ! C’est le phénomène d’emballement climatique.

Lors de vos conférences, vous dites : « Nous avons laissé la porte du frigo ouverte », est-ce bien decela dont il s’agit à présent ?

Oui ! Et cette quantité de froid va manquer à équilibrer la chaleur tropicale. En médecine, on commence maintenant à parler de complications dues à une fièvre chronique, en lien avec le dérèglement climatique. Et des conséquences bien visibles : plus de cyclones, davantage de pluies diluviennes, de phénomènes extrêmes… Plus ça chauffe sur l’Océan et plus il y a d’évaporation et de précipitations. D’une certaine manière, nous observons aussi une accélération du cycle de l’eau. Ainsi, une hausse de la température en mer, proportionnelle au réchauffement, conduit à plus de cyclones et de tempêtes tropicales, comme aux Antilles où ces derniers surviennent par la libération brutale et massive de cette chaleur accumulée à la surface de l’Océan.

Êtes-vous inquiet pour la planète, pour l’homme ?

Je suis réaliste plus qu’inquiet. Le climat a une inertie colossale. Il faut donc agir tout de suite pour réduire l’impact du changement et ses conséquences. Si l’on suit les préconisations du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), qui consistent à limiter au maximum à + 2°C en moyenne le réchauffement climatique d’ici la fin du siècle, alors il convient de laisser 75% des ressources fossiles dans le sol. J’ai malheureusement bien peur que cela soit très compliqué à court terme. En Europe par exemple, la Pologne produit 93% de son électricité par le charbon… Leur dire d’arrêter net serait par ricochet couler le pays. D’où l’importance de la transition à mettre en oeuvre. Car chacun doit prendre sa part et se tourner vers les énergies renouvelables. Celles-ci ne représentent que 20% du mix énergétique dans le monde. Dès à présent, les économies d’énergie sont le gros levier d’action. Peu de gens ont conscience de l’importante quantité d’énergie qu’ils consomment au quotidien. J’ai fait de nombreuses expéditions durant lesquelles on rationalisait l’énergie… C’est lorsque nous n’avons plus d’énergie abondante que nous prenons conscience de l’importance de ne pas la gaspiller !

En somme, il faut « Persévérer » vers l’objectif, comme vous l’écrivez dans votre ouvrage paru en 2015 ?

Je suis issu d’une formation technique (tourneurfraiseur). J’avais une assurance-vie dans mes 10 doigts. Pourtant, j’ai choisi une autre voie, en persévérant. Il faut sans cesse remettre le rêve à la surface. Si on se laisse noyer par les difficultés, on n’y arrive pas. Il convient en permanence de se remobiliser, de rallumer l’espoir. Il faut persévérer pour nourrir ce feu car on ne construit pas sa vie sur des frustrations, ni sur des projets inachevés. Lors de mes expéditions, j’ai su résister aux tentations de l’abandon, j’ai persévéré, il ne faut pas attendre qu’on vienne nous chercher. Je suis comme tout le monde, je suis sans arrêt en train de faire avancer des projets. Parfois je suis découragé. Mais même si ça demande beaucoup d’énergie, il ne faut pas se démobiliser.

C’est ce que vous faites précisément avec Polar Pod, votre prochain projet d’exploration marine ?

Polar Pod est une plate-forme océanique abritée, spécialement conçue pour dériver autour de l’Antarctique, dans les cinquantièmes hurlants. Nous sommes en train de boucler le projet. Le plus difficile consiste à trouver des financements. Je lance des courriels tels des bouteilles à la mer, à la pêche aux financements. Je suis sans arrêt en train d’avancer. J’ai voulu construire un bateau de l’extrême… une expérience unique. Tout ça est en route, je suis toujours très excité à l’idée d’un nouveau départ. Trouver le chemin de ce que l’on sait faire et réussir à l’inscrire dans la marche du monde, voilà mon leitmotiv.

Le Polar Pod en position verticale. © Océan Polaire / JL Etienne.

Propos receuillis par Sans transition ! en 2015.

Et retrouvez Jean-Louis Etienne dans le prochain numéro de Sans transition ! (n°19) !

[ LE FINISTERE S'ENGAGE POUR L'ENVIRONNEMENT ] La parole à Nathalie Sarrabezolles

Créé le : 11/09/2019
Samedi 28 septembre, à l’occasion de l’Année de l’environnement et des 50 ans du Parc naturel régional d’Armorique, le Conseil départemental du Finistère organise une grande conférence sur le thème « Le Finistère s’engage pour l’environnement ». Sans transition ! Bretagne s’associe à l’événement en travaillant au contenu et à l’animation de la journée. La parole à Nathalie Sarrabezolles, présidente du Conseil départemental du Finistère.
 

Le 28 septembre s’annonce une journée importante pour le Finistère avec la participation debeaucoup d’acteurs, tant publics que privés, à la Conférence de l’environnement. Quels sont vos objectifs pour cette journée ?

Je souhaite surtout faire passer un message de mobilisation pour la nécessaire préservation de l’environnement. Nous avons, dans le Finistère, une longue tradition de préoccupation environnementale, qui a été marquée dans l’histoire à la fois par des oppositions et des propositions. Cette préoccupation a été traduite par exemple au Conseil départemental par une politique engagée sur le sujet : acquisitions d’espaces naturels sensibles, préservation de la ressource en eau, développement du réseau de transports collectifs et de covoiturage... Une valorisation positive du travail collectif e ffectué est souhaitable, même si, je le concède, il reste des défis à relever. Nous avons besoin de ces encouragements pour mieux œuvrer, ensemble, à la protection de l’environnement. Et si nous voulons qu’il y ait un élan général – qui est essentiel pour changer de trajectoire -, nous devons toucher l’ensemble des champs sur lesquels nous pouvons être acteurs. Et l’ensemble des personnes, de l’individu au collectif, dans toutes ses composantes. Ces préoccupations doivent imprégner tout le monde, tout le temps.

Au cours de cette journée, 3 conférences tables- rondes seront organisées sur 3 thématiques : le changement climatique avec Laurent Bopp, l’érosion de la biodiversité avec Gilles Boeuf et la Transition avec Rob Hopkins. Pourquoi travailler sur ces 3 axes ?

Ces 3 thèmes sont étroitement liés. Il faut agir puissamment sur les 3 et en même temps pour conduire une politique efficace. La préoccupation est environnementale, mais le sujet est de savoir comment la planète va évoluer et avec quelles conséquences sur l’espèce humaine. Chacune de nos décisions a des conséquences. D ans cette préoccupation environnementale, la biodiversité est un sujet majeur. Elle contribue à un équilibre que nous devons préserver. Mais je pense également, à l’instar de beaucoup d’acteurs, que l’être humain et la question sociale/sociétale sont des problématiques essentielles que nous devons prendre en compte dans ce débat. Car au cœur des inégalités environnementales se retrouvent aussi des inégalités sociales.

Justement, Rob Hopkins exhorte aujourd’hui à travailler au pouvoir de l’imagination pour changer la société. Que pensez-vous de cette idée ?

J’aime bien ce concept d’imaginer. On a pendant longtemps, sur un certain nombre de sujets, essayé de compenser nos actions pour sortir des impasses. Or quand on se projette dans une pensée différente, on a plus d’ouverture et de possibilités. Et on peut associer la population plus facilement à nos projets. Le fait de se positionner différemment, de faire valoir l’imagination, peut permettre d’avancer. C’est ce que nous essayons de faire au Département, dans l’ensemble de nos politiques publiques, comme celle de la gestion des déplacements ou la lutte contre les précarités.

> Plus d'infos

[ ZONES SANS PESTICIDES ] Générations Futures lance une consultation publique nationale

Créé le : 11/09/2019

Le gouvernement vient enfin de mettre en ligne les textes nationaux (décret et arrêté) censés encadrer les futures chartes d'engagements (dites "chartes de bon voisinage") qui doivent être prises au niveau départemental. Générations Futures demande aux particuliers de s'investir et de réclamer des mesures fortes pour protéger les personnes exposées aux pesticides.

Plus qu'une simple pétition, Générations Futures invite les citoyens à faire de vraies propositions, d'agir sur le contenu et d'inonder le ministère de l'Agriculture avec leurs demandes de protection des riverains. Pour ce faire, l'association a créé une consultation publique où il est possible de soutenir ses propositions et de les compléter avec des amendements personnels.

La consultation est ouverte jusqu'au 1er octobre.

> Participez à la consultation !

[ Arrêté pesticides de Langouët ] Le tribunal administratif suspend l’arrêté du maire

Créé le : 27/08/2019
Photo : Abujoy / wikimedia commons

Le tribunal administratif de Rennes a décidé ce jour de suspendre l’arrêté contre les pesticides du maire de Langouët au motif que ce dernier ne serait pas compétent pour prendre un tel arrêté et dans l’attente du jugement sur le fond.

Générations Futures déplore cette décision dans un communiqué et en appelle à la responsabilité de tous les édiles de France, relayant ainsi le cri d'alarme lancé par Daniel Cueff il y a quelques jours.

Voilà plus de 3 mois que Daniel Cueff, maire de Langouët en Ille-et-Vilaine, a décidé de prendre un arrêté municipal interdisant l’utilisation de pesticides près des habitations ou locaux professionnels. Convoqué devant le tribunal administratif de Rennes le 22 août, l'édile a bénéficié d'un large soutien de la part de particuliers, d'associations et d'ONG venus l'applaudir à la sortie de l'audience. Le tribunal vient de rendre son jugement et suspend la décision du maire.

« Générations Futures déplore cette décision du tribunal de suspendre l’arrêté et maintient tout son soutien à Daniel Cueff qui a décidé de faire appel de cette décision. Alors même que dernièrement, dans une vidéo, Emmanuel Macron reconnaissait les conséquences sur la santé publique des pesticides et qu’il annonçait sa volonté d’aller vers un encadrement des zones d’épandage, notre association ne peut que regretter ce jugement qui va à l’encontre de cet objectif et va laisser la population de Langouët sans protection face aux pesticides. » déclare François Veillerette, directeur de Générations Futures.

« Nous invitons tous les maires de France à prendre des arrêtés similaires. Pour amplifier ce mouvement, notre association va d’ailleurs lancer prochainement un outil permettant aux internautes d’interpeller directement leurs édiles sur ce sujet. D’ici le prochain congrès des maires de France qui se tiendra fin novembre, nous espérons que des centaines d’autres maires auront rejoint Daniel Cueff et la vingtaine d’élus ayant déjà pris de tels arrêtés. Nous profiterons de ce congrès des maires pour présenter au Sénat le 21 novembre en présence de certains de ces maires courageux, et avec le soutien du sénateur Joël Labbé, l’état des lieux de la situation. Par ailleurs, nous appelons tous les candidat.es aux municipales de 2020 à s’engager d’ores et déjà, devant les électeurs, à prendre des arrêtés similaires à celui de Daniel Cueff en cas d’élections. Les électeurs pourront ainsi choisir en connaissance de cause leur future équipe municipale. »

Le prochain rassemblement de soutien à Daniel Cueff aura lieu le dimanche 08 septembre à 15h00, aux Halles Martenot à Rennes.

> Plus d'infos

> 96% des français soutiennent l'idée d'interdire les pesticides à moins de 150 mètres des habitations

[ LA SANTÉ DU SOL A L'ASSIETTE ] La parole à nos partenaires

Créé le : 27/08/2019

Le 6 juin dernier, le magazine Sans transition ! et Harmonie Mutuelle recevaient à Chartres de Bretagne (35), Claude et Lydia Bourguignon, les "médecins du sol", pour une conférence dédiée à l'agriculture durable. Nous avons souhaité donner la parole à nos partenaires engagés, sans qui l'événement n'aurait pas pu avoir lieu.

Rencontre avec Stéphane Graveleau, directeur du développement chez Harmonie Mutuelle :

Anne-Sophie Huchet, diététicienne, Biocoop Scarabée :

Carine Maret, Directrice de l'UFAB - Groupe Le Gouessant :

Philippe Bonnin, Maire de Chartres de Bretagne :

Franck Lebreton, membre du CEDAPA :

Lydia Bourguignon, fondatrice du Laboratoire d'analyses microbiologiques des sols :

Et retouvez Claude et Lydia Bourguignon le 1er octobre prochain à Toulouse !

[ PESTICIDES ] 96% de personnes soutiennent l’idée d’interdire les pesticides à 150 mètres des habitations !

Créé le : 22/08/2019

Paris/Rennes, le 20 août 2019 : Le maire de Langouët, Daniel Cueff est convoqué, jeudi 22 août 2019 à 9h, par la préfète d’Ille et Vilaine devant le tribunal administratif de Rennes pour avoir signé un arrêté municipal visant à interdire les pesticides de synthèse « à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel. »

Dans un sondage IFOP* exclusif commandé par Agir pour l’Environnement, 96% des personnes interrogées soutiennent l’idée d’une interdiction des pesticides à 150 mètres des habitations. Pour Agir pour l’Environnement, cette quasi-unanimité apporte la preuve que la décision prise par le maire de Langouët est non seulement juste du point de vue sanitaire mais qu’elle est également plébiscitée par l’opinion publique.

La démarche contentieuse engagée par la préfète d’Ille et Vilaine est révélatrice d’une vision rétrograde de l’agriculture, usant et abusant du droit pour tenter de museler un débat nécessaire et légitime autour de l’utilisation irraisonnée des pesticides de synthèse.
 
Un rassemblement de soutien au maire de Langouët est organisé jeudi 22 août 2019 à 9h devant le tribunal administratif de Rennes. A cette occasion, Jacques Caplat, secrétaire général d’Agir pour l’Environnement, remettra officiellement au maire de Langouët les 42.519 messages de soutien que l’association a rassemblés.

* Lien vers le détail du sondage mené les 08 et 09 août 2019 auprès d’un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
 

[ RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ] Les vagues de chaleur comme celle de juin sont 5 fois plus probables

Créé le : 13/08/2019

Les scientifiques du projet World Weather Attribution viennent de publier ce mardi 2 juillet à 14h une étude sur les liens entre la canicule de la fin juin en Europe et le changement climatique.

Ces scientifiques, dont Robert Vautard du CNRS, estiment que le réchauffement climatique déjà observé (+1°C environ) a rendu de telles vagues de chaleur au moins 5 fois plus probables (donc plus fréquentes), et peut-être jusqu’à 100 fois plus. Ils estiment aussi que ces vagues de chaleur sont désormais plus chaudes de 4°C au mois de juin.

Consulter les résultats de l’étude :

 

[ LA SÉLECTION DES LIBRAIRES ] Ma fabuleuse aventure avec les bourdons de Dave Goulson

Créé le : 23/07/2019
Ma fabuleuse aventure avec les bourdons, Dave Goulson, traduit par Jeremy Oriol, éditions Gaïa, 22€
Mais quelle mouche les a piqués ? Interloqués ou révoltés, pragmatiques ou rêveurs, lanceurs d’alerte, poètes ou romanciers, des auteurs, sélectionnés par des libraires qui diffusent Sans transition !, manient la plume et l’encre pour dire leurs convictions en termes d’écologie et d’humanisme. Des mots forts, percutants, qui tantôt interpellent, tantôt bousculent ou touchent, mais qui, jamais, ne laissent indifférents. Sans Transition ! vous donne à lire ces extraits dans son dernier numéro, en vous souhaitant un bel été.

 

Le mot de Romain Allaire, libraire à A la Lettre Thé, à Morlaix
Dave Goulson est un scientifique anglais spécialiste des bourdons qui nous livre ici un texte particulièrement original et documenté sur la vie des bumblebees - bourdons en anglais. Ce récit va vous faire voyager de la Nouvelle-Zélande à l’Ecosse en passant par la Suède, et vous faire découvrir l’importance de ces insectes pollinisateurs qui nous sont indispensables. Un livre optimiste bourré d’humour qui souligne l’importance de la biodiversité.

Ma fabuleuse aventure avec les bourdons Dave Goulson

Extraits compilés du chapitre 1 Bombus Subterranus, du chapitre 15 Chez les Bourdons et du chapitre 17 Le retour de la reine

« Au XVIIIe siècle, un agronome britannique dénommé Charles Townshend encouragea une rotation sur quatre ans en intégrant successivement le froment, le navet, l’orge et le trèfle. L’azote fixé par le trèfle augmentait la fertilité du sol pour les années suivantes, améliorant les rendements, etce modèle fût largement adopté. Représentons-nous un instant la Grande-Bretagne il y a un siècle : une mosaïque de petits champs, avec des céréales et des tubercules entremêlés de jachères de trèfles et de prairies permanentes. Pas d’engrais artificiels, pas de pesticides. Des tas et des tas de bourdons heureux. [...] Il est extrêmement gratifiant de voir le grand champ d’herbe monotone que j’ai acheté il y a dix ans se transformer lentement en pelouse fleurie. Chaque année, je découvre que de nouvelles espèces de fleurs sont arrivées on ne sait comment. J’en mets à jour le total, qui dépasse aujourd’hui les 130 espèces en comptant les arbustes et les arbres en bordure, et je suis sûr qu’il y en a d’autres à découvrir. Avec l’arrivée des fleurs en abondance, une myriade d’insectes sont revenus. [...] Bien entendu, avec toutes ces fleurs dans le pré, les bourdons sont eux aussi revenus en masse. Les bombus Sylvarum sont aujourd’hui des visiteurs quotidiens. Les bombus ruderarius sont aussi monnaie courante et se distinguent des bourdons des pierres, encore plus communs, par les soies rousses de leurs pattes. Les bombus ruderatus à longue langue restent rares, mais pointent régulièrement le bout de leur nez, se nourrissant principalement de trèfles des près. Toutes ses espèces sont excessivement rares en Grande-Bretagne, et c’est donc un bonheur de les voir prospérer ici. Nous commençons à peine à saisir la complexité des interactions entre les créatures vivantes sur terre, et pourtant nous choisissons souvent de dilapider l'irremplaçable, de mettre au rebut ceux qui nous maintiennent en vie et font qu'elle vaut la peine d'être vécue. Peut-être qu'en apprenant à sauver un bourdon dès aujourd'hui nous pourrions sauver le monde demain. »

Ma fabuleuse aventure avec les bourdons, Dave Goulson, traduit par Jeremy Oriol, éditions Gaïa, 22€

[ NATURISME ] Au cœur de l'Auvergne, « tout nu et tout bronzé » ?

Créé le : 23/07/2019
Photo : S Reyne

Par Sonia Reyne

Pourquoi vivre nu en vacances : envie de liberté, de confort, ou militantisme écolo, égalitarisme social ? Loin des plages de sable fin, au cœur de l'Auvergne, certains choisissent simplement de vivre leur relation à la nature et aux autres en totale congruence.

Ils sont trois,  Marc, Pascale et Michèle, membres du bureau, habillés de pied en cap, en cette fin d'après-midi sur les hauteurs de Clermont-Ferrand, au cœur de l'Auvergne. Au mois de mai, la température n'est pas très clémente dans le massif central. A 800 mètres d'altitude, le camping la Serre de Portelas offre un panorama exceptionnel sur la vallée de la Monne, le Forez, le Livradois et les monts du Sancy. Les membres de l'association propriétaire du camping profitent du week-end pour faire une pause naturiste. Certains sont habillés, d'autres portent uniquement un tee-shirt et des chaussures, quelques rares sont en peignoir au sortir de la douche.

Voilà 56 ans, un groupe de naturistes clermontois achetait ici un bout de terrain pour pouvoir vivre nu dans la nature, tranquillement. « Très rapidement, ils se sont structurés en association » précise Marc, son président. La philosophie de ces quelques fondateurs est claire. « Ils avaient envie de vivre en harmonie avec la nature, dans le respect de soi-même et des autres », ajoute Marc. Pascale et Michèle renchérissent sur cette vision commune du naturisme. « C'est une...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Pages

S'abonner à Écologie