Écologie

[ #ONSYMETTOUS ] La parole aux acteurs et citoyens engagés

Créé le : 02/07/2019

A l'occasion de la journée citoyenne pour le climat, #Onsymettous, organisée par la métropole lyonnaise, le 30 juin dernier, nous avons rencontré des acteurs et des citoyens engagés. Venant d'horizons différents (associations, élus, autodidactes ...), ils nous font part de leurs actions en faveur des transitions.

[ PESTICIDES ] "Pour une meilleure prise en compte des riverains et des milieux"

Créé le : 26/06/2019

Par Génération Futures

Victoire ! Le Conseil d’Etat annule en partie l’arrêté de 2017 encadrant l’utilisation des pesticides, notamment parce qu’il ne prévoit pas de dispositions destinées à protéger les riverains !

Rappel des faits. Entre juillet 2016 et mai 2017, après des mois de débats, la France s’est dotée d’un nouvel arrêté encadrant l’utilisation des pesticides[1]. Les associations Eau et rivières de Bretagne, Générations Futures et l’Union Syndicale Solidaires, soutenues par des associations impliquées sur le territoire[2], ont engagé une action juridique, jugeant cet arrêté non conforme à la loi et trop peu ambitieux sur la question de la protection de la ressource en eau et des riverains. Avec de l’aide leurs avocats Maîtres Eva JOLY et François LAFFORGUE, ils ont déposé contre ce texte le 3 novembre 2017 trois recours juridiques (en annulation et modification) devant le Conseil d’État[3].

Le 5 juin lors de l’audience au Conseil d’Etat, le rapporteur public, dans ces conclusions avait purement et simplement demander l’annulation de l’arrêté « en tant qu’il ne prévoyait pas de dispositions destinées à protéger les riverains des zones traitées par des produits phytopharmaceutiques. » concluant aussi à la nécessité de renforcer les zones non traitées et les délais de rentrée à tous les modes d’application des pesticides faisant « injonction aux ministres de prendre les mesures réglementaires induites par la présente décision dans un délai de six mois ».

Victoire ! Le conseil d’État vient de rendre aujourd’hui sa décision et nos associations se félicitent de cette dernière. En effet, le Conseil d’Etat dans son jugement suit une grande partie des attentes des ONG, des conclusions du rapporteur public et demande l’annulation d’une partie de l’arrêté “en tant qu’il ne prévoit pas de dispositions destinées à protéger les riverains des zones traitées par des produits phytopharmaceutiques.” Le juge indique en outre que l’Etat devra verser à l’Associations Générations futures et à l’association Eau et rivières de Bretagne, une somme de 2 000 euros chacune au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Cette décision intervient alors que se tiendra demain une réunion du groupe de travail 3 du plan Ecophyto « protection des populations et de l’environnement » au ministère de l’agriculture portant notamment sur les chartes de « bon voisinage ». L’occasion de saisir la balle au bond et de tenir compte de ce jugement lors de la rédaction du nouvel arrêté et des textes encadrant les chartes.

Pour les associations requérantes, Eau & Rivières de Bretagne, Génération futures, l’Union Syndicale Solidaires ainsi que pour les organisations de terrain impliquées sur ces dossiers et soutenant cette action, c’est une nouvelle victoire qui devra avoir pour effet une meilleure prise en compte des riverains et des milieux exposés à ces pesticides dangereux.

Le Gouvernement peut compter sur toute la détermination de chacune de nos structures pour qu’enfin soit atteint un haut niveau de protection des populations vulnérables exposées et des milieux impactés par ces produits !

[1] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000034603791&categorieLien=id

[2] D’autres associations ont soutenu l’action menée juridiquement par ERB, GF et Union syndicale Solidaires : Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest, Vieux Manoir en colère, Vigilance ogm et pesticides 16

[3] https://www.generations-futures.fr/actualites/recours-juridiques-arrete-pesticides/

> Plus d'infos

 Et retrouvez cet été notre dossier consacré à la qualité de l'air : comment protéger nos enfants ? 

 

[ MANIFESTE ] " Oui à la biodiversité dans nos assiettes "

Créé le : 24/06/2019

L’association de protection de la biodiversité Noé, avec le soutien de la Fondation Goodplanet, Fermes d’Avenir, HVE Développement et le Refedd demande aux 6 marques préférées des Français (Bonduelle, Fleury-Michon, Harry’s, Herta, Panzani, Président) de devenir pionnières de la transition agroécologique. 

Elles leur demandent pour cela de contribuer aux objectifs ressortis des Etats Généraux de l’Alimentation, et les appelent à s'engager aujourd'hui à proposer en 2030 1/3 de leurs produits en bio, 1/3 certifiés Haute Valeur Environnementale (HVE) et 1/3 équivalents à la certification environnementale de niveau 2. 

 En effet, en France, le modèle agricole industriel appauvrit la biodiversité, privant les agriculteurs des services écologiques offerts par la nature, et menaçant à terme notre capacité à nous nourrir.

- 85 % de nos cultures dépendent des insectes pollinisateurs.
- Les auxiliaires des cultures assurent au minimum 50 % du contrôle des organismes nuisibles – comme par exemple la coccinelle qui dévore les pucerons.
- La diversité des cultures et des variétés favorise leur résilience face aux agressions biologiques et climatiques.

Une solution : l’agroécologie. Ce modèle agricole consiste à maximiser les services écologiques que nous offre la nature pour faire de la biodiversité une alliée de l’agriculture. Elle préserve la fertilité naturelle du sol, et met en place une diversification des cultures et des infrastructures écologiques (haies, mares, prairies, etc.). Ces pratiques permettent de rétablir le bon fonctionnement des systèmes écologiques. L’agriculteur peut ainsi diminuer voire arrêter l’utilisation de produits chimiques, et préserve ainsi les nombreux organismes vivants qui l’aident au quotidien.

L’agriculture bio garantit l’absence de pesticides de synthèse, tandis que la certification HVE garantit que l’agriculteur met en place ces pratiques agroécologiques. Ensemble, ces certifications garantissent une agriculture protectrice de la biodiversité et de notre sécurité alimentaire.

Les industriels de l’agroalimentaire ont le pouvoir de provoquer un changement d’échelle. Ces associations leur demandent aujourd’hui de s’engager dans cette voie.

[ #ONSYMETTOUS ] Les habitants du Grand Lyon peuvent proposer leurs idées pour le climat

Créé le : 19/06/2019

C’est le nouveau rendez-vous donné par la Métropole de Lyon pour s’engager en faveur d’un développement plus durable et solidaire. Dimanche 30 juin, la collectivité invite les habitantes et habitants du territoire au Grand Parc Miribel-Jonage pour l'événement #Onsymettous.

Cette journée fait suite à une première étape, le 9 mars dernier, durant laquelle associations, acteurs du terrain et citoyens s’étaient réunis dans les locaux de la Métropole afin de lancer la construction du prochain Plan Climat Air Energie territorial pour les années 2020-2030. “D’un côté, des mesures sont prises par les États. De l’autre, il y a une énergie citoyenne qui s'est caractérisée de manière encore plus forte dernièrement lors des marches pour le climat. Il faut essayer de mettre tout le monde autour de la table” a rappelé David Kimelfeld, président du Grand Lyon lors d’une conférence d’annonce de l’évènement du 30 juin.

Le temps de cette journée, les habitants de la métropole pourront ainsi participer à différents ateliers aux thématiques diverses telles l’engagement citoyen, la mobilité, la gestion des déchets ou encore le numérique. Ils pourront ainsi faire des propositions qui seront étudiées et, pour les plus pertinentes d'entre elles, intégrées au futur Plan Climat qui sera voté à la fin de l’année 2019. “Nous voulons fixer les objectifs à 2030 mais aussi les moyens pour les atteindre” veut persuader Bruno Charles, Vice-président de la Métropole en charge du développement durable. Dans cette même démarche participative, d’autres ateliers sont déjà prévues jusqu’en septembre.

Sensibiliser le grand public aux enjeux de la transition écologique et de la justice sociale

Des conférences, des débats, des ateliers avec des associations qui œuvrent pour la transition écologique : la journée du 30 juin, au Grand Parc Miribel-Jonage, est placée sous le signe de l’engagement citoyen. Sans Transition ! vous donne ce jour-là rendez-vous dès 11h15 pour une table-ronde en compagnie de Jean Jouzel, expert du Giec. Le climatologue et  parrain de la démarche “On s’y met tous” devrait à nouveau rappeler l’urgence pour agir en faveur du climat. Pour le côté convivial, la journée sera également ponctuée par diverses activités ludiques et sportives sur les plages et le lac.

[ PHILIPPE DARCAS ] " La bio industrielle n'est pas incompatible avec la qualite ! "

Créé le : 17/06/2019

Alors que le secteur du biologique se developpe de plus en plus, l'entreprise Ateliers bio de Provence, basée à Carpentras, crée une nouvelle usine pour anticiper le développement de son activité cet été. Rencontre avec Philippe Darcas, gérant de cette entreprise engagée.

[ AMÉNAGEMENT DES TERRITOIRES & BIODIVERSITÉ ] Comment faire la ville avec la nature ?

Créé le : 14/06/2019

L'Agence d'Urbanisme Pays d'Aix-Durance (l'AUPA), en partenariat avec l'Irstea, le CNRS ou encore la ville d'Aix, ont initié un programme de recherche dont le but est l'étude des services rendus par la nature à l'homme.

Ce rôle que joue la nature est primordial, mais pas assez pris en compte encore dans l'aménagement des territoires. Des acteurs locaux, des experts et des professionnels auront donc pour mission de cartographier, quantifier et d'étudier ces données. L'objectif est d'imaginer et de construire la ville de demain. Autrement dit, un territoire aménagé en respectant les écosystèmes qui le composent.

Entretiens.

Ludovic Verre, chargé de mission à l'AUPA

Philip Roche, directeur de recherche à l'Irstea

Cécile Albert, chargée de recherche au CNRS

[ DOMINIQUE GAUZIN-MULLER ] " L'architecture écologique implique un changement radical dans la manière de penser l'architecture sur les territoires ".

Créé le : 13/06/2019
Résidence Bregenz en Allemagne. Photo : D. Gauzin-Müller

Dominique Gauzin-Müller est une architecte pionnière en matière d'architecture écologique ou "éco-responsable". Co-fondatrice du manifeste sur l'architecture frugale, elle conçoit l'architecture écologigue comme étant une démarche globale qui nécessite de prendre en compte à la fois la construction en elle-même et son environnement. Une approche qui implique un changement radical dans la manière de penser l'architecture sur les territoires. Qu'ils soient ruraux ou urbains. Entretien.

Sans transition ! a rencontré l'architecte dans le cadre du Printemps de l'éco-construction, un événement qui s'est tenu début juin à Rennes.

Elle était également présente lors du séminaire prospectif Aix demain 2019, entreprendre le futur.

[ COMMUNIQUÉ ] - Générations Futures, "nouveau rapport sur les résidus de pesticides dans les fruits et légumes".

Créé le : 13/06/2019

Après une première édition en février 2018, Générations Futures publie ce 6 juin 2019 une nouvelle édition de son rapport sur les résidus de pesticides dans les fruits et légumes consommés en France.

Contexte

Les résidus de pesticides présents dans les aliments préoccupent les consommateurs et consommatrices français(es) et européen(ne)s. Ainsi la présence de résidus de pesticides dans les fruits, légumes et céréales apparait au tout premier rang des préoccupations en matière de risque alimentaire en Europe ! En France ces résidus dans les fruits, légumes, céréales, infusion, aliments pour bébé font l’objet de plans de surveillance annuels réalisés par la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes). Malheureusement les consommateurs ne retirent pas une information réellement utilisable de ces plans de surveillance. En effet les résultats détaillés, aliment par aliment, ne font pas l’objet d’une communication grand public, seuls des résultats globaux étant la plupart du temps mis en avant. De plus, les résultats fournis sont irréguliers et pas forcément représentatifs : tous les aliments ne sont pas analysés tous les ans, ou alors le sont en nombre trop faible pour que les résultats trouvés soient réellement significatifs. Une grande ONG américaine (EWG) diffuse également des rapports sur les résidus de pesticides dans les aliments, mais ces rapports ne rendent pas compte de la situation française car les substances actives pesticides autorisées aux Etats-Unis ne sont pas les mêmes qu’en Europe et les pratiques agricoles sont différentes. C’est pourquoi aujourd’hui Générations Futures souhaite aller plus loin pour répondre à l’attente des consommateurs/trices français.es en leur permettant de pouvoir avoir accès à une information aussi complète et à jour que possible sur la présence de résidus de pesticides dans les fruits et légumes non bios réellement vendus et consommés en France.

Données et méthologie

Nous avons donc réalisé ce nouveau rapport en intégrant les données des plans de surveillance de 2012 à 2017 de la DGCCRF, ce qui représente une période d’étude de 6 années ! De plus, pour pouvoir fournir des résultats réellement significatifs nous n’avons retenu que les végétaux analysés au moins 5 années sur 6 et dans un nombre significatif d’échantillons. Le résultat est un rapport exclusif bâti sur les résultats de plus de 13 000 analyses ! En tout ce sont 18 fruits et 32 légumes qui ont pu être étudiés sur la base des données fournies par la DGCCRF.

> Lire les résultats et l'intégralité du communiqué.

[ EVENEMNT ] 2ème Edition des journées Portes ouvertes des énergies renouvelables du 6 au 8 juin

Créé le : 03/06/2019

Soutenue par le Ministère de la transition écologique et solidaire et par l'ADEME, la deuxième édition des Journées Portes Ouvertes des énergies renouvelables se déroulera du 6 au 8 juin prochain dans toute la France.

A travers cette initiative, les acteurs des énergies renouvelables des différentes filières présenteront au grand public différents sites de production d'énergies renouvelables. Parcs éoliens, solaires, unités de méthanisation, chaufferies biomasse, sites géothermiques, centrales hydroélectriques, sites d'essais d'énergies marines renouvelables, réseaux de chaleur, laboratoires, centres d'exploitation, de production et de gestion, ouvriront leurs portes aux citoyens.
Les acteurs de la transition énergétique, associés pour ces Journées Portes Ouvertes, partagent une certitude : cette transition ne se fera pas sans le soutien de nos concitoyens et de leurs représentants, qui sont amenés à devenir des acteurs à part entière de cette transformation.
L'ambition de ces journées : faire découvrir les différentes filières à travers la diversité des technologies, les métiers, le travail des équipes sur les installations, répondre aux interrogations du public et présenter les atouts économiques, environnementaux, sociaux et locaux des énergies renouvelables.
Le site internet www.jpo-enr.fr permet, dès maintenant, aux entreprises d'inscrire les sites qu'elles proposent à la visite et aux particuliers intéressés de s'inscrire.

 

[ Breizh COP] Thierry Burlot : « Engageons le plus grand nombre d'acteurs ! »

Créé le : 28/05/2019

Deux ans après le carrefour des transitions de mars 2017, l’un des événements initiateurs de la Breizh COP, Thierry Burlot, vice-président de la Région en charge des questions environnementales, nous détaille l'événement à venir à St Brieuc début juin autour de la Breizh Cop.

Où en est-on de la Breizh COP 2 ans après le lancement ?

A l'occasion de la semaine du développement durable début juin, il s’agit de faire un point d’étape sur la mobilisation des acteurs. Après une large concertation sur les objectifs, il convient désormais de définir les moyens opérationnels pour les atteindre, en engageant le plus grand nombre d'acteurs dans la Transition écologique. Seront abordées début juin à Saint Brieuc les nouvelles actions à mener, notamment sur l’adaptation au changement climatique et pour la biodiversité.

A ce stade, on a déjà mobilisé l'ensemble des corps intermédiaires, associations, établissements publics, pays, conseils de développements, collectivités qui ont pris eux aussi des engagements. Désormais ce sont aussi les entreprises qui ont répondu de manière positive à la Breizh Cop, tout comme les agriculteurs. Il a fallu rassurer tout le monde sur notre démarche positive, en intégrant l'ensemble des parties prenantes. Pour l'heure, plus de 1000 personnes participeront à ce nouveau temps fort de la première semaine de juin, à l'occasion de la semaine du développement durable.

Thierry Burlot, , vice-président de la Région en charge des questions environnementales

Comment continuer à donner envie aux citoyens et acteurs de s'engager ?

Plus de 2200 acteurs se sont déjà engagés dans la démarche, en signant la charte des valeurs de la Breizh Cop. Mais aussi en proposant des projets concrets d'intérêt général. Début juin, des associations emblématiques comme la LPO par exemple, vont proposer que tous les lycées de Bretagne puissent être refuges LPO. Certaines entreprises, dont Guyot environnement, vont s'engager à dépolluer les véhicules à hauteur de 98 %, dans une logique d'économie circulaire. En somme, Cela va du simple engagement sur le climat, à des démarches de fond selon les acteurs.

Comment validez-vous les engagements pris par les acteurs ?

Il s'agit de permettre à tous les acteurs -dont les citoyens- d'adresser leurs engagements via la plateforme Breizh Cop. Le comité scientifique, dont des universitaires et Instituts en Région (Inra, Brgm… mais aussi institut d'études politiques, etc), observeront ces engagements durablement.

Il s'agira ensuite de promouvoir les belles initiatives.

Notre idée est de créer des trajectoires politiques de Transition. Illustration : zéro enfouissement de déchet, la réduction de 15 % des pertes en eau du réseau, stocker du carbone, passer les cantines en bio, ne plus avoir de foncier urbain en zone agricole...C'est alors aux acteurs de s'inscrire dans ces dynamiques. Début juin, les partages d'expériences proposés, les ateliers, tables-rondes, pourront permettre de l'envie de faire, de valoriser les acteurs, pour réussir ensemble la Transition écologique !

Plus d'infos : breizhcop.bzh

Pages

S'abonner à Écologie