Écologie

[ Arrêté pesticides de Langouët ] Le tribunal administratif suspend l’arrêté du maire

Créé le : 27/08/2019
Photo : Abujoy / wikimedia commons

Le tribunal administratif de Rennes a décidé ce jour de suspendre l’arrêté contre les pesticides du maire de Langouët au motif que ce dernier ne serait pas compétent pour prendre un tel arrêté et dans l’attente du jugement sur le fond.

Générations Futures déplore cette décision dans un communiqué et en appelle à la responsabilité de tous les édiles de France, relayant ainsi le cri d'alarme lancé par Daniel Cueff il y a quelques jours.

Voilà plus de 3 mois que Daniel Cueff, maire de Langouët en Ille-et-Vilaine, a décidé de prendre un arrêté municipal interdisant l’utilisation de pesticides près des habitations ou locaux professionnels. Convoqué devant le tribunal administratif de Rennes le 22 août, l'édile a bénéficié d'un large soutien de la part de particuliers, d'associations et d'ONG venus l'applaudir à la sortie de l'audience. Le tribunal vient de rendre son jugement et suspend la décision du maire.

« Générations Futures déplore cette décision du tribunal de suspendre l’arrêté et maintient tout son soutien à Daniel Cueff qui a décidé de faire appel de cette décision. Alors même que dernièrement, dans une vidéo, Emmanuel Macron reconnaissait les conséquences sur la santé publique des pesticides et qu’il annonçait sa volonté d’aller vers un encadrement des zones d’épandage, notre association ne peut que regretter ce jugement qui va à l’encontre de cet objectif et va laisser la population de Langouët sans protection face aux pesticides. » déclare François Veillerette, directeur de Générations Futures.

« Nous invitons tous les maires de France à prendre des arrêtés similaires. Pour amplifier ce mouvement, notre association va d’ailleurs lancer prochainement un outil permettant aux internautes d’interpeller directement leurs édiles sur ce sujet. D’ici le prochain congrès des maires de France qui se tiendra fin novembre, nous espérons que des centaines d’autres maires auront rejoint Daniel Cueff et la vingtaine d’élus ayant déjà pris de tels arrêtés. Nous profiterons de ce congrès des maires pour présenter au Sénat le 21 novembre en présence de certains de ces maires courageux, et avec le soutien du sénateur Joël Labbé, l’état des lieux de la situation. Par ailleurs, nous appelons tous les candidat.es aux municipales de 2020 à s’engager d’ores et déjà, devant les électeurs, à prendre des arrêtés similaires à celui de Daniel Cueff en cas d’élections. Les électeurs pourront ainsi choisir en connaissance de cause leur future équipe municipale. »

Le prochain rassemblement de soutien à Daniel Cueff aura lieu le dimanche 08 septembre à 15h00, aux Halles Martenot à Rennes.

> Plus d'infos

> 96% des français soutiennent l'idée d'interdire les pesticides à moins de 150 mètres des habitations

[ LA SANTÉ DU SOL A L'ASSIETTE ] La parole à nos partenaires

Créé le : 27/08/2019

Le 6 juin dernier, le magazine Sans transition ! et Harmonie Mutuelle recevaient à Chartres de Bretagne (35), Claude et Lydia Bourguignon, les "médecins du sol", pour une conférence dédiée à l'agriculture durable. Nous avons souhaité donner la parole à nos partenaires engagés, sans qui l'événement n'aurait pas pu avoir lieu.

Rencontre avec Stéphane Graveleau, directeur du développement chez Harmonie Mutuelle :

Anne-Sophie Huchet, diététicienne, Biocoop Scarabée :

Carine Maret, Directrice de l'UFAB - Groupe Le Gouessant :

Philippe Bonnin, Maire de Chartres de Bretagne :

Franck Lebreton, membre du CEDAPA :

Lydia Bourguignon, fondatrice du Laboratoire d'analyses microbiologiques des sols :

Et retouvez Claude et Lydia Bourguignon le 1er octobre prochain à Toulouse !

[ PESTICIDES ] 96% de personnes soutiennent l’idée d’interdire les pesticides à 150 mètres des habitations !

Créé le : 22/08/2019

Paris/Rennes, le 20 août 2019 : Le maire de Langouët, Daniel Cueff est convoqué, jeudi 22 août 2019 à 9h, par la préfète d’Ille et Vilaine devant le tribunal administratif de Rennes pour avoir signé un arrêté municipal visant à interdire les pesticides de synthèse « à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel. »

Dans un sondage IFOP* exclusif commandé par Agir pour l’Environnement, 96% des personnes interrogées soutiennent l’idée d’une interdiction des pesticides à 150 mètres des habitations. Pour Agir pour l’Environnement, cette quasi-unanimité apporte la preuve que la décision prise par le maire de Langouët est non seulement juste du point de vue sanitaire mais qu’elle est également plébiscitée par l’opinion publique.

La démarche contentieuse engagée par la préfète d’Ille et Vilaine est révélatrice d’une vision rétrograde de l’agriculture, usant et abusant du droit pour tenter de museler un débat nécessaire et légitime autour de l’utilisation irraisonnée des pesticides de synthèse.
 
Un rassemblement de soutien au maire de Langouët est organisé jeudi 22 août 2019 à 9h devant le tribunal administratif de Rennes. A cette occasion, Jacques Caplat, secrétaire général d’Agir pour l’Environnement, remettra officiellement au maire de Langouët les 42.519 messages de soutien que l’association a rassemblés.

* Lien vers le détail du sondage mené les 08 et 09 août 2019 auprès d’un échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
 

[ RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ] Les vagues de chaleur comme celle de juin sont 5 fois plus probables

Créé le : 13/08/2019

Les scientifiques du projet World Weather Attribution viennent de publier ce mardi 2 juillet à 14h une étude sur les liens entre la canicule de la fin juin en Europe et le changement climatique.

Ces scientifiques, dont Robert Vautard du CNRS, estiment que le réchauffement climatique déjà observé (+1°C environ) a rendu de telles vagues de chaleur au moins 5 fois plus probables (donc plus fréquentes), et peut-être jusqu’à 100 fois plus. Ils estiment aussi que ces vagues de chaleur sont désormais plus chaudes de 4°C au mois de juin.

Consulter les résultats de l’étude :

 

[ LA SÉLECTION DES LIBRAIRES ] Ma fabuleuse aventure avec les bourdons de Dave Goulson

Créé le : 23/07/2019
Ma fabuleuse aventure avec les bourdons, Dave Goulson, traduit par Jeremy Oriol, éditions Gaïa, 22€
Mais quelle mouche les a piqués ? Interloqués ou révoltés, pragmatiques ou rêveurs, lanceurs d’alerte, poètes ou romanciers, des auteurs, sélectionnés par des libraires qui diffusent Sans transition !, manient la plume et l’encre pour dire leurs convictions en termes d’écologie et d’humanisme. Des mots forts, percutants, qui tantôt interpellent, tantôt bousculent ou touchent, mais qui, jamais, ne laissent indifférents. Sans Transition ! vous donne à lire ces extraits dans son dernier numéro, en vous souhaitant un bel été.

 

Le mot de Romain Allaire, libraire à A la Lettre Thé, à Morlaix
Dave Goulson est un scientifique anglais spécialiste des bourdons qui nous livre ici un texte particulièrement original et documenté sur la vie des bumblebees - bourdons en anglais. Ce récit va vous faire voyager de la Nouvelle-Zélande à l’Ecosse en passant par la Suède, et vous faire découvrir l’importance de ces insectes pollinisateurs qui nous sont indispensables. Un livre optimiste bourré d’humour qui souligne l’importance de la biodiversité.

Ma fabuleuse aventure avec les bourdons Dave Goulson

Extraits compilés du chapitre 1 Bombus Subterranus, du chapitre 15 Chez les Bourdons et du chapitre 17 Le retour de la reine

« Au XVIIIe siècle, un agronome britannique dénommé Charles Townshend encouragea une rotation sur quatre ans en intégrant successivement le froment, le navet, l’orge et le trèfle. L’azote fixé par le trèfle augmentait la fertilité du sol pour les années suivantes, améliorant les rendements, etce modèle fût largement adopté. Représentons-nous un instant la Grande-Bretagne il y a un siècle : une mosaïque de petits champs, avec des céréales et des tubercules entremêlés de jachères de trèfles et de prairies permanentes. Pas d’engrais artificiels, pas de pesticides. Des tas et des tas de bourdons heureux. [...] Il est extrêmement gratifiant de voir le grand champ d’herbe monotone que j’ai acheté il y a dix ans se transformer lentement en pelouse fleurie. Chaque année, je découvre que de nouvelles espèces de fleurs sont arrivées on ne sait comment. J’en mets à jour le total, qui dépasse aujourd’hui les 130 espèces en comptant les arbustes et les arbres en bordure, et je suis sûr qu’il y en a d’autres à découvrir. Avec l’arrivée des fleurs en abondance, une myriade d’insectes sont revenus. [...] Bien entendu, avec toutes ces fleurs dans le pré, les bourdons sont eux aussi revenus en masse. Les bombus Sylvarum sont aujourd’hui des visiteurs quotidiens. Les bombus ruderarius sont aussi monnaie courante et se distinguent des bourdons des pierres, encore plus communs, par les soies rousses de leurs pattes. Les bombus ruderatus à longue langue restent rares, mais pointent régulièrement le bout de leur nez, se nourrissant principalement de trèfles des près. Toutes ses espèces sont excessivement rares en Grande-Bretagne, et c’est donc un bonheur de les voir prospérer ici. Nous commençons à peine à saisir la complexité des interactions entre les créatures vivantes sur terre, et pourtant nous choisissons souvent de dilapider l'irremplaçable, de mettre au rebut ceux qui nous maintiennent en vie et font qu'elle vaut la peine d'être vécue. Peut-être qu'en apprenant à sauver un bourdon dès aujourd'hui nous pourrions sauver le monde demain. »

Ma fabuleuse aventure avec les bourdons, Dave Goulson, traduit par Jeremy Oriol, éditions Gaïa, 22€

[ NATURISME ] Au cœur de l'Auvergne, « tout nu et tout bronzé » ?

Créé le : 23/07/2019
Photo : S Reyne

Par Sonia Reyne

Pourquoi vivre nu en vacances : envie de liberté, de confort, ou militantisme écolo, égalitarisme social ? Loin des plages de sable fin, au cœur de l'Auvergne, certains choisissent simplement de vivre leur relation à la nature et aux autres en totale congruence.

Ils sont trois,  Marc, Pascale et Michèle, membres du bureau, habillés de pied en cap, en cette fin d'après-midi sur les hauteurs de Clermont-Ferrand, au cœur de l'Auvergne. Au mois de mai, la température n'est pas très clémente dans le massif central. A 800 mètres d'altitude, le camping la Serre de Portelas offre un panorama exceptionnel sur la vallée de la Monne, le Forez, le Livradois et les monts du Sancy. Les membres de l'association propriétaire du camping profitent du week-end pour faire une pause naturiste. Certains sont habillés, d'autres portent uniquement un tee-shirt et des chaussures, quelques rares sont en peignoir au sortir de la douche.

Voilà 56 ans, un groupe de naturistes clermontois achetait ici un bout de terrain pour pouvoir vivre nu dans la nature, tranquillement. « Très rapidement, ils se sont structurés en association » précise Marc, son président. La philosophie de ces quelques fondateurs est claire. « Ils avaient envie de vivre en harmonie avec la nature, dans le respect de soi-même et des autres », ajoute Marc. Pascale et Michèle renchérissent sur cette vision commune du naturisme. « C'est une...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ NATURISME ] Liberté ou engagement, les raisons de faire tomber le maillot - Escale en Provence

Créé le : 20/07/2019

Par Julien Dézecot

Chaque année, en France, considérée comme « le berceau du naturisme », près de 5 millions de vacanciers décident de faire tomber le maillot et optent donc pour cette pratique. Parmi eux, près de 50% sont des étrangers. L’Hexagone s’inscrit ainsi à la première place comme destination touristique naturiste mondiale. A Bélézy, dans le Vaucluse, certains aspirent à se sentir libres, en harmonie avec la nature.

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ SANS TRANSITION EN MODE ÉTÉ ] Le guide des festivals engagés

Créé le : 19/07/2019

L'été, ce sont bien-sûr les vacances, le soleil, la détente ET SURTOUT, les festivals. Rendez-vous incontournables en cette période estivale, les festivals sont toujours aussi nombreux et variés. Sans transition ! vous propose une liste non exhaustive des festivals engagés et cool ...

En tant que média indépendant et engagé, Sans transition ! tient à apporter son soutien aux événements écoresponsables qui œuvrent en faveur des transitions environnementales, économiques ou encore sociales.

Auvergne-Rhône-Alpes

Le Foreztival. Partage, citoyenneté, responsabilité environnementale et sociétale sont au cœur du projet.

> Du 2 au 4 août à Trelins (42)

The Fiestival, un événement monté par une association qui s'engage dans de nombreuses actions citoyennes dans le cadre du "Vivre Ensemble".

> Du 12 au 14 septembre à Marsanne (26)

Bretagne

Les Vieilles Charrues, un festival durable taille XXL.

> Du 18 au 21 juillet à Carhaix (29)

Festival du bout du monde, où le respect de l'environnement et les circuits courts priment.

> Du 2 au 4 août sur la Presqu'ile de Crozon (29)

Occitanie

Le festival de Thau. Ouverture culturelle, cohésion sociale et protection de l’environnement sont au programme.

> Du 15 au 23 juillet à Mèze (34)

Provence

Festival Off d'Avignon. Une journée est dédiée à l'économie sociale et solidaire.

> Du 5 au 28 juillet à Avignon (84)

Le Festival culturel de Chaillol. Un programme de médiation et de transmission artistiques existe en direction des nombreux publics du territoire.

> Du 17 juillet au 10 août dans les villages des vallées haut-alpines (05)


  Des collectifs de festivals engagés existent dans plusieurs régions françaises. Ils ont pour vocation de sensibiliser et   accompagner les festival dans leur démarche écoresponsable. 

  Retrouvez les en Paca, Bretagne, Auvergne-Rhône-Alpes.  

[ ENVIRONNEMENT ] Découvrez la carte d'achat des pesticides

Créé le : 12/07/2019

Générations Futures publie une nouvelle carte exclusive d’achat de pesticides par département basées sur les toutes nouvelles données officielles (données 2017 publiées le 1er juillet 2019) !

Cette carte exclusive, basée sur des données 2017 d’achats de pesticides, précisent les cartes précédemment publiées par Générations Futures le 20 novembre 2018, utilisant les données 2017 des ventes de pesticides. En effet, nous présentons cette fois des données utilisant les codes postaux des acheteurs. Ce travail a été enfin rendu possible par la mise en ligne de ces données sur le site  DATA le 1er juillet 2019.

Ces données complètent les cartes publiées par Mediapart il y a quelques jours , plus précises sur les lieux d’achat car présentant les achats par zones de code postal, mais basées sur un rapport fuité prenant en compte environ 8000 tonnes de pesticides en moins que le rapport finalement publié par le gouvernement le 1er juillet que nous avons utilisé. (A noter que ces nouvelles données ne précisent pas les codes postaux des acheteurs pour 1022 tonnes de pesticides sur total de 68189 tonnes)

Ces nouvelles données bouleversent assez sensiblement le classement des départements publié en 2018. Cette fois ci les données prenant en compte les codes postaux des acheteurs nous donnent le classement des 10 premiers départements français pour l’achat de pesticides suivant :

  1. Gironde (3117 t)
  2. Marne : (2568 t)
  3. Gard (1956 t)
  4. Pas-de-Calais (1899 t)
  5. Somme (1816 t)
  6. Hérault (1809 t)
  7. Vaucluse (1776 t)
  8. Charente Maritime (1701 t)
  9. Aisne (1692 t)
  10. Eure et Loir (1623 t)

Ces différences avec nos cartes précédentes s’expliquent par le fait que des agriculteurs achètent parfois leurs pesticides dans un département voisin, comme nous l’avions évoqué lors de notre communication l’année passée. Cela semble influer particulièrement sur le classement de l’Aube qui passe de la 1ere place de notre classement de novembre (basé sur les données de vente simple) à la 15eme place selon ces nouvelles données d’achat avec les codes postaux des acheteurs. Attention toutefois : un agriculteur d’un département peut utiliser les pesticides achetés sur plus d’un département s’il a des terres dans plusieurs départements. Il ne s’agit donc pas de données d’usage stricto sensu.

« Ces nouvelles données plus précises sur les achats de pesticides en France montrent bien que les achats de pesticides les plus importants ont lieu dans des départements ou la viticulture, l’arboriculture ou les grandes cultures sont les plus intensives. C’est dans ces zones que la sortie rapide des pesticides chimiques est la plus urgente car c’est là que la population et l’environnement sont probablement les plus exposés. Nous appelons le gouvernement à prendre en compte ces données pour impulser enfin une politique de sortie des pesticides chimiques de synthèse cohérente en France ! » déclare François Veillerette, Directeur de Générations Futures.

  Découvrez également très bientôt le dossier Sans transition sur la qualité de l'air ! 

[ USINE TOTAL A LA MEDE ] France nature environnement dénonce à nouveau le projet

Créé le : 04/07/2019

Malgré l'accord de Paris sur le climat, la fin annoncée des avantages fiscaux aux carburants issus de l'huile de palme et leur interdiction d’ici 2030 par l'Union européenne, Total vient de lancer la phase de test de sa bioraffinerie de La Mède. Objectif : une mise en service effective en septembre. Le mouvement France Nature Environnement, opposé de longue date à ce projet, s’inquiète des fumées noires qui s’échappent déjà des cheminées et répète son opposition au non-sens écologique que constitue cette bioraffinerie pro huile de palme.

Une phase de démarrage marquée par des fumées noires

La présence de fumées noires émanant depuis plusieurs jours de la torchère de Total la Mède témoigne du démarrage de l’usine d’agrocarburants. Face à cette phase de démarrage déjà très longue et devant le risque de prolongation, France Nature Environnement s’inquiète des conséquences sanitaires potentielles sur les citoyens et demande aux services de l’Etat de contrôler strictement ce processus.

Un projet à rebours de l’urgence écologique

Au-delà du risque sanitaire, France Nature Environnement rappelle son opposition à ce projet, dépourvu de tout sens écologique :

  • Irresponsabilité face à la déforestation importée et à la pollution de l’air : 450 000 tonnes d’huiles végétales brutes dont l’huile de palme provenant de monocultures dévastatrices pour les sols et aggravant la déforestation des forêts tropicales indonésiennes et sud-américaines. Cette déforestation entraine de graves conséquences sur le climat, la biodiversité et pour les populations locales. Au drame de la déforestation importée se rajoute celui de la pollution insoutenable du transport par cargo, fonctionnant au fioul lourd.
  • Irrationalité devant l’enjeu de mobilité de demain : moins de transports routiers, développement des mobilités actives et des transports collectifs.
  • Aberration des agrocarburants de 1ère génération qu’il s’agisse d’huile de palme ou de colza car ils entrent directement en compétition avec la production alimentaire.

France Nature Environnement en appelle à la responsabilité de Total : ses investissements doivent à tout prix être orientés vers des systèmes de production d'énergie de long terme, plus respectueux de l'environnement et de la santé des populations.

Une décision juridique qui tarde à venir

En juillet 2018, France Nature Environnement et ses fédérations régionale et départementale, ainsi que plusieurs autres associations (LPO PACA, Greenpeace et Les Amis de la Terre), ont déposé un recours devant le tribunal administratif de Marseille contre l’arrêté préfectoral autorisant l’exploitation du site. A ce jour, la procédure est toujours en cours d’instruction.

Pour Gilles Marcel, président de FNE Provence-Alpes-Côte d’Azur : « avec jusqu’à 450 000 tonnes d’huile de palme et de dérivés importés chaque année par Total pour produire du carburant, la bioraffinerie Total la Mède n’a rien d’un projet de reconversion tourné vers l’avenir. Nous espérons que la justice nous donnera raison, pour enfin permettre la réouverture des discussions pour une reconversion juste et durable de cette raffinerie ».

> Plus d'infos

Pages

S'abonner à Écologie