Société

La vie des gens demain, en Bretagne

Créé le : 20/03/2018

Un comité d'organisation, porté entre autres par l'ancien ministre Pierre Méhaignerie, le maire de Langouet Daniel Cueff ou Jean Ollivro, Président de Bretagne Prospective, souhaite affirmer clairement l’originalité bretonne d’aujourd’hui et aider à la construire pour demain.

Les premiers membres de ce Comité d’organisation, issus de toutes les sensibilités politiques, associatives et professionnelles, souhaitent affirmer clairement que la Bretagne est riche de tous ses territoires et que la valorisation effective de cette diversité est une réelle opportunité pour demain. C'est pourquoi ils donnent rendez-vous à tous, citoyens, associations, entreprises, collectivités, le 19 avril prochain, de 9h30 à 13h30 à la Salle de la Maillette, Rue des Vénètes à Locminé (56).

Sans opposer les territoires, l’avenir va être fondé sur les dynamiques de qualité bien au-delà des seules logiques de chiffre ou de nombre. Il existe autour du mot BRETAGNE une convergence d’intérêt qui doit être bénéfique à tous, que ce soit pour les habitants des grandes villes (pour réduire les risques de segmentation financière, foncière, de prix de logement, de pollution, de temps de transport, d’encombrements…), les habitants des villes, petites et moyennes, les zones parfois stigmatisées comme « isolées » ou « rurales » (risque de déclin, des laissés pour compte de la croissance économique…) alors que la Bretagne s’organise précisément à partir d’une pluralité atypique de ses pays et bassins de vie.

 

Une volonté de convaincre

La Ville de Toulouse a vu sa population croître de 150 000 habitants. La vie des gens s’est-elle améliorée ? Inversement, certaines des villes périphériques et des zones rurales ont vu leur population et leurs emplois parfois décroître. Cette région prend aujourd’hui conscience de cette situation.
D’autres régions en Europe sont parvenues à un meilleur équilibre,
L’étude de l’ODIS (Observatoire du Dialogue et de l’Intelligence Sociale) a analysé les 21 régions françaises à partir de 30 critères de performance économique et performance sociale. Sur les critères de performance économique, l’Ile-de-France est première mais seulement 20ème sur les critères de performance sociale.
Sur les 30 critères de l’ODIS, les Pays de Loire arrivent en tête suivie de la Bretagne. Pour cette étude, la force de ces deux régions tient dans leur réseau de villes moyennes et petites bien liées à leur tissu rural, qui favorisent les capacités d’initiatives, de responsabilité et de solidarité. La Bretagne, tout particulièrement, se singularise par une collection d’indicateurs (la pluralité de ses bassins de vie, le tissu des PME, PMI, ETI, l’importance de l’économie sociale et solidaire, la variété et l’originalité des développements…) qui prouvent que tous les territoires sont utiles et ont leur chance.

Une volonté d'agir

Le comité souhaite agir… et mettre tous les territoires en capacité de faire. Comme dans le passé, lorsque le CELIB (Comité d’Étude et de Liaison des Intérêts Bretons) associait les volontés en respectant les sensibilités, pour améliorer :
- L’aménagement, l’équilibre du territoire breton,
- La volonté d’une prospérité partagée dans les différents bassins de vie et les pays (agroalimentaire, industrie, sciences du vivant, numérique…)
- La présence d’équipements collectifs conçus pour le plus grand nombre (le plan routier breton)

Une journée riche

Le 19 Avril à Locminé, une dizaine de thématiques seront abordées, rythmées par différents témoignages de 5 à 10 mn :
- Donner aux territoires de l'optimisme, de l'envie et la capacité d'agir
- L'état doit éviter d'aggraver la fracture territoriale
- Des incitations pour un meilleur équilibre des territoires
- Une pluralité territoriale à conforter :
- Rapprocher l'Université des territoires
- Pour une égalité territoriale devant la santé
- Les énergies nouvelles comme levier de l'innovation
- Les identités et l'ouverture au monde

Seront aussi dévoilés les résultats d’une enquête menée auprès des jeunes bretons : les territoires de l’espoir.
La salle participera via interventions écrites.
A noter que le choix de Locminé ne doit rien au hasard, la ville étant une véritable ruche industrielle, symbolisant la possibilité d'équilibrer l'activité sur le territoire.

Participation gratuite (déjeuner possible avec participation de 20 euros)
Inscription sur contact@laviedesgensdemain.bzh

RÉSISTANCES d'hier et d'aujourd'hui en Cévennes

Créé le : 13/03/2018
La maison Abraham Mazel surplombe la vallée du Gardon de Mialet, dans les Cévennes ardoises. © P. Isnard-Dupuy

Faire ressurgir dans les mémoires les résistances d’hier, informer sur les résistances d’aujourd’hui et faire résonner les résistances locales, qu’elles soient écologiques ou sociales. C’est l’objectif de la maison et de l’association Abraham Mazel, qui organise des rencontres du film documentaire « Luttes et Résistances » à Saint-Jean-du-Gard (30) les 6, 7 et 8 avril.

Par Pierre Isnard-Dupuy

De Saint-Jean-du-Gard au hameau de Falguières, la route slalome entre les châtaigniers. C’est après le pont sur le Gardon de Mialet, en surplomb du hameau, que se trouve « la Maison des résistances dhier et daujourdhui ». Autrement appelée Abraham Mazel, elle est animée par l’association du même nom. Expositions, rencontres et soutien des luttes locales font l’engagement de ses membres afin de faire infuser l’esprit de résistance. À propos de son engagement, Catherine Boucon exprime « un besoin de résister à tout ce que lon veut nous faire penser, de garder son libre arbitre ». Jean-Marie Delcourt veut « contrer la pensée dominante de lexploitation, engluée dans le matérialisme ». En moteur de son engagement, Jacques Verseils énonce la pensée de l’écologiste Jacques Ellul, « résister, cest exister ».

...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

EMBALLÉS PAR LE VRAC !

Créé le : 06/02/2018

Consommer en vrac séduit de plus en plus les Français. À la clé : chasse au gaspi, des achats au gramme près, donc un budget maîtrisé, et un geste pour l’environnement. Mais l’offre est vaste. Alors comment s’y retrouver. Sans Transition ! explore cette forte tendance de consommation.

Par Virginie Guéné

LA DYNAMIQUE VRAC

Manger mieux, réduire le gaspillage alimentaire, redynamiser la production de proximité, la promesse du vrac est alléchante. À l’heure où les villes se mobilisent de plus en plus pour le zéro déchet, le fait d’alléger ses poubelles séduit les citoyens. Les épiceries vrac fleurissent un peu partout sur les territoires.


« On a demandé à nos fournisseurs de développer de plus en plus le vrac solide, comme liquide », explique Marc Morelle, directeur des magasins La Gambille à St Brieuc et Plérin (22) et administrateur national Biocoop. © L’Oeil de Paco / Biocoop

Depuis le mois de novembre, un camion baptisé Archivrac parcourt les routes de Corrèze, de Dordogne et du Lot. Au volant, Camille Castanier promène sa petite épicerie itinérante pour vendre des...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[ÉVÉNEMENT] - Sébastien Barles, collectif Marseille en commun : « Le niveau de protection des lanceurs d'alerte est un baromètre de la démocratie »

Créé le : 23/01/2018

Table ronde, rencontres et ateliers. Un Forum des lanceurs d'alerte a lieu, à Marseille, au Mucem, jeudi 25 janvier à partir de 18h. Un événement exceptionnel qui verra notamment intervenir Edward Snowden. Entretien avec Sébastien Barles, membre de Marseille en Commun, collectif qui co-organise la manifestation avec le Mucem. À noter : le Forum se déroule dans le cadre de La Nuit des Idées, rencontre internationale portée par l'Institut Français qui retransmettra l'événement en live sur son site internet

Pourquoi organiser ce forum des lanceurs d'alerte qui réunit des personnes et des personnalités aussi diverses qu'Olivier Dubuquoy (géographe, lanceur d’alerte sur les boues rouges), Michèle Rivasi (eurodéputée, co-fondatrice de la CRIIRAD) ou Hervé Kempf (rédacteur en chef de Reporterre) ?

Il existe déjà un événement consacré aux lanceurs d'alerte à Paris, mais il est plutôt centré sur le livre. Nous souhaitions, nous, davantage focaliser notre forum sur l'Afrique, Marseille étant un carrefour entre l'Europe et l'autre rive de la Méditerranée. Par ailleurs, Marseille est un endroit où l'alerte prend un sens particulier : la ville est gangrenée par l'affairisme et le clientélisme. Et où des héros ordinaires divulguent des choses incompatibles avec l'éthique et/ou l'intérêt général.

L'idée est de rassembler des associations et des ONG comme Anticor ou Transparency International. Mais aussi de parler de la réglementation européenne sur les lanceurs d'alerte. Deux eurodéputées seront présentes : Michèle Rivasi (EELV) et Virginie Rozière, une social-démocrate qui plaide pour une harmonisation de la réglementation en Europe sur les lanceurs d'alerte. Notre idée est d'organiser de grands débats publics. Le niveau de protection des lanceurs d'alerte est un véritable baromètre de la démocratie. Concernant les médias, la question de la protection des sources, qui est remise en question via le secret des affaires, sera notamment abordée.

Edward Snowden devrait intervenir à distance. Sa parole est rare. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Il sera présent en duplex et non par Skype. Nous ne savons pas encore exactement par quel moyen technique, mais il interviendra sur la question de la surveillance généralisée du citoyen.

Une table ronde sera dédiée au rôle de la presse dans l'alerte. Les médias, souvent décriés et accusés d'être liés à des lobbies, sont-ils encore en mesure d'attirer l'attention du citoyen sur des risques ou des pratiques politiques douteuses ?

Nous avons invité des médias spécialisés dans l'alerte. Ils ont un rôle important à jouer. On le voit notamment avec le succès d'une émission grand public comme Cash. Mais ils doivent intervenir dans le respect de la loi Sapin 2 qui protège les lanceurs d'alerte. Ils devront parfois ne pas trop vite donner les noms des personnes qui divulguent des informations au risque de les « carboniser ».

Par ailleurs, nous souhaitons également aborder un sujet qui préoccupe pas mal d'ONG : les procès baillons. Le fait que de grandes entreprises multinationales attaquent en justice un lanceur d'alerte l’assomme de procédures pour le décourager.

"Lanceur d'alerte" semble être aujourd'hui un terme galvaudé, mis à toutes les sauces. Le forum est-il aussi l'occasion de faire le point sur cette notion ?

Oui. C'est vrai que nous avons voulu présenter des lanceurs d'alerte au sens large. Des salariés d'entreprise, des fonctionnaires, une personne victime de «délit de solidarité » pour avoir aidé des migrants à passer la frontière dans la vallée de la Roya... Pour nous il s'agit avant tout des personnes qui agissent, souvent en prenant des risques, pour défendre l'intérêt général. Quitte à désobéir.

 

LUMA MISE SUR LE « DESIGN ÉCOLO »

Créé le : 11/01/2018
L’atelier Luma réunit designers, artistes, artisans ou encore ingénieurs dans l’une des halles des anciens ateliers SNCF d’Arles. Objectif : créer des objets avec des matières locales et biosourcées. © F. Delotte

À Arles, la fondation culturelle Luma a créé un atelier de design innovant destiné à repenser les liens entre objet, environnement et territoire. Dans une ambiance de labo, artistes, artisans et ingénieurs planchent sur la mise au point de matériaux réalisés avec des composés naturels et locaux. Visite.

Par François Delotte


Henriëtte Waal, diplômée de l’école de design d’Eindhoven (Pays-Bas) co-dirige les ateliers. © F Delotte

Autrefois, on y fabriquait des trains. Aujourd’hui, on y conçoit des objets pour demain. À Arles, la grande halle des anciens ateliers SNCF a été rénovée. Au centre de ce vaste espace allongé, le visiteur croise de gros bocaux de verre contenant de mystérieux liquides. Des hommes et des femmes s’affairent, concentrés sur leur travail. Partout, les objets exposés sont autant de prototypes. Ce lieu aux allures de laboratoire abrite désormais l’Atelier Luma, qui dépend de la fondation du même nom. Une structure culturelle fondée par Maja Hoffmann, héritière des laboratoires pharmaceutiques suisses Roche, et dont la famille est depuis longtemps implantée en Camargue (lire l’encadré suivant).

Depuis 2016, l’Atelier produit du « social design ». Des créateurs originaires du territoire comme du monde entier...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

CYNTHIA FLEURY : « Imaginer ensemble un monde différent »

Créé le : 08/01/2018
Cynthia Fleury. © F. Delotte

Cynthia Fleury est enseignante-chercheure en philosophie politique et psychanalyste¹. Elle travaille notamment sur les outils de la régulation démocratique. À l’occasion du forum Energaïa² dédié aux énergies renouvelables, en décembre dernier à Montpellier, elle est revenue avec nous sur ce que signifie réellement la « transition écologique ».

Propos recueillis par François Delotte

Vous dites que l’unique manière de préserver l’État de droit passe par un rapport à la nature totalement différent. Pourquoi ?

Parce que la nature possède une place constitutive pour protéger le contrat social. Il existe un contrat « in abstracto » : c’est la question de l’État de droit, des principes constitutionnels, de la défense des libertés individuelles. Mais le contrat social se nourrit aussi d’un accès aux ressources. De fait, les ressources écosystémiques, celles que la nature offre à l’homme, sont protectrices du contrat social. Si l’on vient mettre ces ressources naturelles en danger par des conduites déraisonnables, par des moyens de production et d’extraction de matières, préjudiciables pour l’environnement, on met en danger le contrat social. Ce dernier s’ancre, s’enracine dans un rapport très fort au territoire, à la terre et à la protection des ressources naturelles.

Ce nouveau rapport à la nature passe par la transition écologique. En tant que philosophe, que mettez-...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

ATELIER KLOUM : le design social made in Breizh

Créé le : 08/01/2018
Mobilier interactif évoquant un arbre et présentant la vie du verger conservatoire au Manoir de Kernault (Mellao 29), une des réalisations de l’Atelier Kloum. © Atelier Kloum

De leur petit garage à leur modeste bureau quimpérois, les deux visages de l’Atelier Kloum ont monté, voilà sept ans, leur collectif, et développé une philosophie de vie et de travail qui leur est propre. Leur objectif ? Recréer du lien social et de l’échange entre les individus, en repensant les espaces de vie.
Par Nora Moreau


© Atelier Kloum

L’Atelier Kloum, c’est Antoine Minguy et son associée et compagne, Bénédicte Rousset, tous deux 33 ans, plasticiens-designers diplômés de l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (EESAB), à Rennes. Forts d’une petite centaine de projets à leur actif, ces artistes engagés et talentueux ont su tirer leur épingle du jeu en imaginant une jonction utile entre objets du quotidien, arts plastiques et scénographie. « Pour l’heure, on répond à beaucoup de commandes publiques, de l’ameublement à la valorisation du patrimoine, explique Antoine Minguy. On manipule des concepts, on agence des idées pour des services et des besoins. Notre vision du design, le plus souvent, consiste à imaginer des projets humains d’intérêt général avec les citoyens, que les élus, les institutionnels, entre autres, n’arrivent pas à formuler. » Le nom de l’atelier Kloum incarne cet état d’esprit. « C’est un nom dérivé du mot ‘skoulm’, qui signifie ‘noeud’, ‘lien’ en breton. Nous, on souhaite...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

L214 alerte sur les conditions d'élevage de poules d'une exploitation des Côtes-d'Armor

Créé le : 11/12/2017
Décembre 2017. L214 rend publiques les images d'un élevage industriel de 140 000 poules en batterie produisant des œufs pour des produits transformés. - Crédit : L214

Oiseaux déplumés, cadavres, locaux sales... L214 vient de publier une nouvelle vidéo choquante d'un élevage de poules en batterie des Côtes-d'Armor. Élevage qui, du fait de ses éléments, serait « non conforme à la réglementation », indique l'association vegan, dans un communiqué. 

Une plainte déposée pour "mauvais traitement"

L'association a décidé de porter plainte pour «mauvais traitement » au Tribunal de grande instance de Saint-Malo. L214 indique par ailleurs que l'élevage

« fournit des œufs pour la fabrication de produits transformés, ainsi que pour la marque Matines (œufs vendus en supermarchés). »

La vidéo (qui contient des images choquantes), présentée par l'animateur Stéphane Bern, peut être visionnée ci-dessous. L'ensemble de l'enquête de L214 est à consulter sur son site. L'association a également lancé une pétition pour inviter les citoyens à dire stop aux élevages en cages

[MOIS de l'ESS] - PRÉVENIR PLUTÔT QUE GUÉRIR

Créé le : 06/11/2017

La Mutualité française, regroupement des mutuelles de santé, s'engage pour travailler le lien entre environnement et santé. Cet acteur de l'économie sociale et solidaire sensibilise ses adhérents pour engager des bonnes pratiques individuelles, notamment en terme de qualité de l'air domestique.

Pour « 92% des Français, environnement et santé sont liés », révèle une étude de perception d'Harris Interactive commandée par la Mutualité française. Dans le détail, 59% des personnes interrogées « s'inquiètent beaucoup », de la qualité des aliments (55%) et de la pollution des sols (45%). Viennent ensuite la qualité de l'eau du robinet (38%), les produits ménagers (29%), les ondes électromagnétiques (27%) et le bruit (25%).

Le lien entre environnement et santé, « c'est un thème qui émerge, qui est récent, historiquement, en tant que mutuelles, nous travaillons sur les conditions de travail, avec les maladies professionnelles. Mais ce lien entre l'environnement et santé nous confirme dans notre volonté de travailler sur l'information et la prévention », explique Jean-Paul Benoit, président de la Mutualité Française Paca.

La qualité de l'air intérieur, une piste d'intervention

Un des sujets de prévention : la qualité de l'air intérieur à domicile. « Notre commission prévention aimerait beaucoup s'orienter vers des visites à domicile pour réaliser des diagnostics de pollution intérieure, sur des maladies comme l'asthme », prévoit Jean-Paul Benoit. « Ça existe déjà dans certaines régions, nous travaillons en lien avec les caisses d'assurance maladie qui repèrent des personnes en maladie longue durée. Ensuite, des agents des mutuelles viennent chez elles pour changer les conditions et améliorer la qualité de l'air. Et donc leurs conditions de vie et de respiration ».

Si l'envie est là, le projet n'en est encore qu'à l'état de piste. « Le problème de fond : le sous-financement de la prévention aujourd'hui en France. Seulement entre 2 et 3% du budget santé. Si on compare à d'autres pays européens et autour de nous, c'est très insuffisant », regrette le président de la Mutualité Française Paca.

 

Eric Besatti

Quand le WEB veut secouer la DÉMOCRATIE

Créé le : 22/10/2017
© F. Delotte

Avec seulement 42,64 % en juin dernier, le taux de participation à des élections législatives n’a pas été aussi bas en France depuis 1958. La fracture entre politiques et électeurs semble s’élargir élection après élection. Dernière échéance en date : les sénatoriales, le 24 septembre, scrutin indirect et complexe qui ne passionne guère les foules. Dans ce contexte, collectifs connectés et start-up tentent d’impliquer autrement les citoyen-ne-s dans le jeu de la démocratie.
 


 

Le web citoyen, mirage ou opportunité pour la démocratie ?

Mouvements citoyens et plateformes en ligne ambitionnent de redonner aux Français confiance en la démocratie. Un effort qui se heurte encore à l'inertie de notre système politique. Mais qui témoigne du fait que nos engagements ne se traduisent plus uniquement par des réunions physiques et des manifs dans la rue. 

Présidentielle, législatives et, auparavant, primaires de la droite et de la gauche. 2016 et 2017 ont été des années chargées en matière électorale. Mais, si les Français ont été appelés à se rendre souvent dans les bureaux de vote, les citoyens ont aussi été invités à s'exprimer sur le net. Charlotte Marchandise-Franquet est la première personne à avoir été élue par une consultation populaire, la Primaire.org, en avril 2016. Le but : proposer aux internautes de choisir leur propre candidat-e à la présidentielle. « J'ai été désignée candidate au jugement majoritaire », indique celle qui est aussi membre du conseil...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Pages

S'abonner à Société