Près de Narbonne, un camp d'été pour les antinucléaires

Créé le : 06/08/2018
Benh Lieu Song, Wikimédia Commons

Une centaine de militants indépendants antinucléaires, venus du monde entier, sont attendus du 6 au 12 août près de Narbonne (Aude), pour un camp d'été. Une manière de structurer le réseau international des opposants au nucléaire, et de discuter plus particulièrement d'une thèmatique locale : l'usine Orano Malvési.

 

Sa location exacte est tenue secrète, jusqu'à ce qu'on s'inscrive à l'événement. On sait maintenant que le camp d'été international des antinucléaires, dont le coup d'envoi est lancé le 6 août, a lieu sur le terrain d'un privé, près du massif de la Clape. "Dans un champ de jeunes oliviers donnant peu d’ombre à une dizaine de kilomètres de Narbonne et de la mer Méditerranée", précisent les sites internet faisant la promotion du camp.

Au programme : une semaine de débats et d'échanges, mais surtout de rencontres entre différentes organisations antinucléaires internationales, afin de structurer et dynamiser les réseaux. Le camp a été justement créé par le réseau Nuclear Heritage Network, qui oeuvre à tisser des liens entre les militants à travers le globe, et à faire circuler l'expertise citoyenne sur les questions nucléaires.

C'est la première fois qu'une telle rencontre à lieu en France. Les précédents camps d'été avaient tous pris place en Allemagne, où le mouvement social antinucléaire est puissant. Bure avait été un temps plébiscité, mais c'est Narbonne qui a été finalement choisie.

A vingts kilomètres de là, l'usine Orano Malvési

Et c'est tout sauf un hasard. A une demie-heure de route du camp d'été, l'usine Orano Malvési sera un des thèmes principaux abordés durant la semaine. Cette usine de Narbonne est consacrée au traitement du "yellowcake", du nom donné au concentré d'uranium brut que l'on traite, afin qu'il puisse servir pour les centrales nucléaires. De nombreuses intiatives s'étaient élevées en 2017 contre le mauvais traitement des déchets nucléaires par l'usine. « Lors de ce camp, nous consacrerons au moins une journée à une action sur Narbonne ou à proximité », avertit la lettre d'information envoyée aux militants, sans toutefois détailler la nature de cette action.

 

Partager