[ BIODYNAMIE ] Dans le Beaujolais, des vignerons engagés pour un terroir et des vins vivants

Publié le ven 29/11/2019 - 12:30

Souvent décriée en raison de son approche perçue comme « ésotérique », la biodynamie reste une démarche viticole méconnue et encore mineure à l’échelle du vignoble français. Selon le label Demeter, le nombre de domaines viticoles certifiés et en conversion en biodynamie s’élève à 374 en France en 2019, soit une surface viticole de 6 363 hectares. À l’échelle de la Bourgogne et du Beaujolais, seuls 37 domaines sont actuellement labellisés. Cependant, la biodynamie fait aujourd’hui son chemin auprès d’une jeune génération de vignerons, inspirés par l’expérience de quelques aînés et désireux de revenir à une viticulture sans chimie, favorisant la biodiversité, un terroir vivant et des vins naturels.

Par Emmanuelle Berne                             /*-->*/ Bio par nature, la biodynamie est l’étape suivante d’une démarche de conversion. Mais qu’apporte-t-elle de plus en viticulture : meilleur respect des terroirs,  biodiversité, vins naturels ? Au pays du gamay, plusieurs générations de vignerons ont fait le choix de suivre cette voie. À Blacé, face au Mont Brouilly, les vignes de Sylvère Trichard prennent leurs couleurs d’automne. Ses parcelles s’étendent sur 8,5 hectares, en appellations Beaujolais et Beaujolais Villages. Son domaine Séléné, - clin d’œil à la déesse gr

La lecture complète de cet article est réservée aux abonnés.
S'abonner