Lettre ouverte à madame Annaïck Huchet pour la protection de Belle-Île

Publié le jeu 08/07/2021 - 10:17
© Pixabay

Par le Collectif Ile Fertile & Solidaire

Madame Annaïck Huchet, présidente de le Communauté de Communes de Belle-ile, a été interpellée par un état des lieux co-signé par 9 associations et collectifs de Belle-ile et de la région de Vannes et d'Auray, afin de connaître sa position et les leviers d'action possibles afin d'endiguer une spéculation massive et essentiellement axée sur le tourisme de luxe à Belle-Ile.

Belle-Ile dont la biodiversité (jugée encore exceptionnelle sur le territoire breton) et la vie à l'année sont encore à peu près préservées, est particulièrement menacée depuis plusieurs mois suite à une spéculation massive:

-sur ses lieux emblématiques:
La Citadelle par Paris Society,
Castel Clara et hôtel du Grand Large par Paris inn Group,
Ancien Hopital démoli pour transformation en résidence St Louis pour appartements de standing par Icade : studio à partir de 171,000€,

Le quartier des Affaires Maritimes démoli pour résidences secondaires par Réalités « l’intelligence des territoires » : résidences secondaires à plus de 6200€ le m²,
Le petit camping familial de Kernest transformé en Terra Lodges Resort…

-sur ses terres:
SARL Pénécam, promoteur nantais, pour un lotissement ultra-compact de résidences secondaires à 300€ le m² constructible, dernièrement des zones Natura 2000 entre autres par le milliardaire Christian Latouche pour des vignobles et implantations de multiples antennes 4G à potentiel 5G..

-en mer:
parc de 60 éoliennes de 260m de hauteur entre Groix et Belle-Ile.

- dans le ciel:
par un aérodrome surchargé en été et la mise en place de liaisons régulières Brest et Vannes-Belle-ile par la compagnie Finist'Air en lien avec Salaun Holidays.

- Sous les yeux de nos élus et parfois avec leur soutien:

C'est la destruction active d'écosystèmes (prairies encore classées patrimoine rural remarquable, nombreuses espèces protégées), c'est la destruction active d'une vie économique et sociale à l'année par une tension immobilière maximale (plus aucun logement n'est accessibles aux travailleurs à l'achat ou en location à l'année), c'est la pénalisation progressive de l'agriculture et de la pêche, secteurs vitaux et traditionnels ici.

Pour soutenir une croissance qui n'a plus de sens, pour développer encore davantage sur une île saturée en déchets avec capacité d'enfouissement atteinte, et en réserves d'eau limitées, un tourisme "haut de gamme" et les voyages d'affaire qui privilégient l'avion au ferry.

L’avenir de Belle-Ile dépend de votre réflexion en tant qu’élus et de vos choix. C'est pourquoi nous vous demandons, en tant que Présidente de la Communauté de Commune de Belle-Ile et Maire de la commune de Bangor sur laquelle se situe l’aérodrome, de dire quelle est votre vision concrète de l'avenir de Belle-Ile et ses habitants humains et non humains, et quels sont les moyens concrets pour la mettre en œuvre.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions de recevoir, Madame la Présidente, l’assurance de notre considération distinguée.