Coopérative

[MOIS DE l'ESS] – UN JOUR, UNE MINUTE, UNE ENTREPRISE - Cultiver ensemble avec Terracoopa

Créé le : 28/11/2017
Joseph Le Blanc, gérant de Terra Coopa - FD /LMDP

Novembre, c'est le mois de l’Économie sociale et solidaire (ESS) en Occitanie ! À cette occasion, Sans Transition ! vous fait découvrir qui sont les acteurs de lESS en région. Régulièrement, nous présenterons une structure hébergée au Pôle Réalis – hôtel régional d’entreprises de lESS basé à Montpellier  via une interview sonore d'une minute.

Terracoopa : coopérative d' activité agricole

Rencontre avec Joseph Le Blanc, gérant de la coopérative d'activité montpelliéraine Terracoopa, qui met en commun terres et compétences dans les métiers de l'agriculture et du paysage.  

MURIEL DECOUT, URSCOP MIDI-PYRÉNÉES : LE TERREAU COOPÉRATIF DE LA RÉGION EST TRÈS ANCIEN

Créé le : 16/05/2017

L'Urscop (Union régionale des sociétés coopératives de production) de l'ex-région Midi-Pyrénées a 80 ans cette année. Plusieurs événements sont destinés à fêter ce qui sera sans doute son dernier anniversaire, puisque la structure se prépare à fusionner avec sa sœur de l'ex-Languedoc-Roussillon au sein d'une future Urscop Occitanie. Entretien avec Muriel Decout, directrice de l'Urscop Midi-Pyrénées. 

 

Muriel Decout, directrice de l'Union régionale des Scop de Midi-Pyrénées - DR

 

L'Union régionale des Scop (Urscop) de l'ex-région Midi-Pyrénées a 80 ans cette année. Ça se fête ?

Oui. Nous organisons plusieurs événements pour l'occasion : le premier aura lieu lors de notre assemblée générale, le 10 juin prochain, à Brassac, dans le Tarn. Il s'agira d'un temps festif, ouvert à nos adhérents et nos partenaires, axé autour des mutations et des transitions. Nous souhaitons montrer que durant les 40 ou 50 dernières années, les coopératives ont été soumises à de nombreux changements, aussi bien au niveau des métiers que de l'environnement économique et social des entreprises. Il nous faut envisager ensemble ce qui va changer demain. Il nous faut réfléchir sur la communication et la façon de s'organiser pour préparer à nous développer davantage.

Puis nous avons souhaité proposer des événements, en direction du grand public, organisés dans plusieurs lieux du territoire afin de faire connaître les coopératives. Le premier aura lieu le 16 juillet à Cologne, dans le Gers. L'orchestre de chambre de Toulouse viendra donner un concert sous la halle de la commune. L'événement est co-organisé avec la Scic Le Colibri qui propose toute l'année des événements culturels.

Ensuite, en partenariat avec la Scop Editions 138 qui édite le magazine culturel Clutch et qui a cinq ans cette année, nous allons fêter en même temps nos anniversaires. Pour l'occasion, nous allons organiser un événement au Bikini, salle de musiques actuelles de Toulouse, le... Le but est de faire connaître les coopératives à un public de jeunes dans le cadre d'un moment festif.

Enfin, en association avec l'union commerciale des artisans, des industriels et des commerçants de Carmeaux et le train de Jaurès, nous participeront à l'anniversaire du Viaduc de Viaur (12), le 16 septembre prochain. Nous ferons une halte importante à Carmeaux, lieu emblématique de l'histoire des coopératives, puisque Jaurès a soutenu en son temps le combat des ouvriers de la verrerie de Carmeaux pour la création de leur usine à Albi. Ce sera notamment l'occasion d'évoquer la transmission d'entreprises en coopérative.

Quelle place tiennent Midi-Pyrénées et la région toulousaine dans l’histoire nationale des coopératives ?

Nous avons ici un terreau coopératif très ancien. La Verrerie d'Albi date du début du XXe siècle et fait partie de l'histoire de la région. Par ailleurs, un département comme le Gers possède une tradition de coopération très ancienne, que les historiens font remonter au Moyen-Age.

Si l'Urscop s'est créée en 1937, autour d'une quinzaine de coopératives, c'est qu'il y avait déjà un contexte fertile. Par la suite, la dynamique de création des coopératives a été assez lente parce que, jusqu'en 1978, il fallait fonder une société anonyme pour pouvoir créer une coopérative, ce qui nécessitait d'employer au moins sept personnes dès le départ. Ce n'est qu'en 1984 que les coopératives ont pu être créées avec deux salariés minimum. La possibilité offerte aux entreprises de petite taille de choisir le statut coopératif pour se développer a été tardive.

Mais, depuis quelques années, nous observons une démocratisation de ce statut. Celui-ci est mieux connu et mieux compris. Il correspond aussi aux attentes de personnes qui cherchent à monter des entreprises dans lesquelles sont intégrées collaboration et gouvernance participative.

Est-ce que l'entrepreneuriat en coopérative est en augmentation dans la région ?

L'ex-région Midi-Pyrénées est une des plus dynamiques en terme de création de coopératives. Et nous avons le taux de progression le plus fort. Mais nous sommes la troisième région pour le nombre de structures, après l'Ile-de-France et Rhône-Alpes.

Nous avons créé 29 coopératives en 2016. Nous constatons cet important rythme de création depuis trois ou quatre ans.

À l'heure où nombre de nos concitoyens s'inquiètent des délocalisations et de la financiarisation de l'économie, est-ce que la coopérative est une forme d'entrepreneuriat alternatif ?

Oui, c'est certain. D’ailleurs nous avons senti, après la crise de 2008, une meilleure compréhension de ce que l'on pouvait proposer comme mode d'entreprendre. Les travailleurs d'une coopérative sont copropriétaires de l'entreprise, leur objectif est de maintenir, de développer et de transmettre un outil de travail. L'idée n'est pas de faire des profits au travers du capital et encore moins de délocaliser l'outil de production pour augmenter ce capital. Nous sommes non-délocalisables : nous n'avons pas encore vu des salariés décider de se délocaliser eux-mêmes !

Est-ce que l'Urscop Midi-Pyrénées prévoit de fusionner avec celle de Languedoc dans le cadre de la création de la nouvelle grande région Occitanie ?

Oui. Nous avons un projet de fusion qui interviendra fin 2017-début 2018. C'est une chose qui se prépare et qui se travaille. Mais cela va se faire tranquillement. Et nous n'avons pas voulu nous donner de calendrier trop contraignant pour que l'organisation ait le temps de se mettre en place. Cela va permettre de mutualiser des moyens et de travailler encore plus en synergie. Mais en même temps, nos adhérents sont en attente de plus de proximité. Et il faut que nos équipes soient présentes sur tous les territoires de la région.

Plus d'infos :  www.scopmidipyrenees.coop/sites/fr/unions-regionales/les-scop-midi-pyrenees/

Les Coopératives d'Activités et d'Emploi : l'entrepreneuriat solidaire

Créé le : 30/09/2016
Crédit : FS

La Coopérative d'Activité et d'Emploi d'Ille-et-Vilaine, "Elan créateur", fêtait ses 15 ans mardi 27 septembre, sous le chapiteau Big Bang Circus, à Rennes. L'occasion de rappeler les collaborations et l'entraide que génère ce type d'association entre des entrepreneurs venus de tous horizons.

Un joyeux brouhaha envahi le chapiteau Big Bang Circus à Rennes. La Coopérative d'Activité et d'Emploi (CAE) Élan Créateur fête ses quinze ans dans une stimulante effervescence. Entrepreneurs et porteurs de projets discutent boulot et évoquent des collaborations. Derrière le chapiteau, dans l'ancienne cartoucherie, des massages sont proposés par des membres de la coopérative. D'autres mangent des gaufres liégeoises Bio fabriquées par les frères Francho-Sanchez, eux aussi membres d’Élan créateur depuis quelques mois. Tout comme Béatrice Picot, fleuriste, salariée et associée au sein de la CAE depuis deux ans : « J'aime me sentir entourée, j'ai besoin d'avoir des collègues ! », confie-t-elle. Ce regroupement économique solidaire de plusieurs dizaines d'entrepreneurs d'univers différents permet à chacun de bénéficier d'un cadre juridique, un statut de salarié, et une gestion comptable et fiscale mutualisée, en échange de 10/12% de leur chiffre d'affaire. « La force de l'entreprise partagée c'est que l'on multiplie les connaissances : on se créé un réseau », explique Béatrice Picot. Une équipe d'appui d'une dizaine de personnes accompagne les porteurs de projet. Une fois que leur entreprise est lancée ils peuvent devenir salariés au sein de la coopérative. Au bout de trois ans ils ont la possibilité de continuer l'aventure en devenant associés d'Elan coopérative.

Les CAE : entre proximité territoriale et professionnelle

« Les coopératives d'activité sont des entreprises innovantes. Le 21eme siècle doit trouver de nouvelles manières de sécuriser les travailleurs. Les CAE permettent de passer d'un statut de salarié à celui d'entrepreneur et d'associé. C'est une autre relation au travail » s'enthousiasme Anne Patault, élue à la région Bretagne, et qui participe à une des tables rondes de l'après-midi. Les débats tournent autour des évolutions qu'ont permis les CAE et la place qu'a pris Élan créateur dans l'économie sociale et solidaire au niveau régional. « Aujourd'hui nous commençons à être solide sur nos fondations et nous pouvons nous ouvrir vers l’extérieur», affirme Isabelle Amauger, directrice générale d’Élan Créateur. La troisième table ronde aborde justement la question du lien entre travail et territoire. La coopérative a développé des pôles locaux à Saint-Malo, dans le pays de Redon ou encore à Fougère. Une organisation qui permet de créer des dynamiques locales et de renforcer les proximités. S'opère aussi des rapprochements entre entrepreneurs d'une même branche ou qui s'estiment complèmentaires. Élan bâtisseur rassemble les professionnels du bâtiment, qui peuvent ainsi répondre à des appels d'offres plus vastes. Thierry Brulavoine, biographe et entrepreneur salarié s'est ainsi associé avec une graphiste pour répondre à un appel d'offre visant à cartographier les paroles d'habitants du pays de Redon. «  En travaillant dans un cadre coopératif on bénéficie de l’expérience d'autrui, on peut échanger avec d'autres  »,  explique-t-il.

Un futur tourné vers l'innovation

Yves Cariou, le président du Conseil d'administration d’Élan créateur, et Stéphane Veyer, le président de la CAE parisienne Coopaname clôturent cette journée d'anniversaire. « Le modèle économique des CAE ne peut plus être le même avec la réduction des financements étatiques. Comment construire un modèle qui nous permette de continuer à accueillir le plus d'entrepreneurs possible ? Comment devient-on une structure au service d'un écosystème territorial ? » s'interroge Yves Cariou. Sûr que les CAE sauront trouver ensemble des réponses à ces questions dans les quinze prochaines années ! 

Plus d'infos :

cae35.coop

Partager

S'abonner à Coopérative