Kaol Kozh

[AGRICULTURE] En Bretagne, Kaol Kozh produit ses propres semences paysannes

Créé le : 09/10/2020
kaol kozh - manon Boquen

Légende : Le potager de Kaol Kozh, qui promeut les semences paysannes, se trouve en creux d’habitations. Crédit : Manon Boquen. 

Par Manon Boquen

Tout part des graines. L’association Kaol Kozh, basée en Bretagne, en est persuadée. Depuis 2007, elle cherche à former jardiniers et maraîchers à la production de leurs propres semences paysannes. Un moyen de protéger la biodiversité tout en s’autonomisant.

« Au fait, tu as des 48 ? », questionne Isabelle, carré blond et sweat-shirt rose, sur la route pour sa ferme de légumes de Roscoff. René, au volant, coiffé de son béret l’accompagnant partout, acquiesce volontiers. Oui, il a ça chez lui, des « 48 ». Et non, le nombre n’a rien d’un code utilisé pour d’étranges opérations mais se veut simplement le nom, qu’entre eux, les paysans et maraîchers de l’association de défense des semences paysannes Kaol Kozh («vieux chou » en breton), ont donné à une variété de chou, justement. Plus précisément aux graines permettant d’obtenir ces choux.

Isabelle Kervellec, 54 ans et René Léa, 63, ne badinent pas sur le sujet. Depuis de longues années, tous deux produisent chez eux une partie de leurs semences pour en faire des légumes consommables et commercialisables. L’oignon de Roscoff, le chou de Ploujean ou de Lorient… Les variétés paysannes, adaptées à leur environnement et au terroir, ont retrouvé leur place dans leurs champs. Et il arrive de temps en temps qu’ils s’achètent des graines et en découvrent de nouvelles par le biais de Kaol Kozh.

...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner
Article présent dans les magazines: 

Partager

S'abonner à Kaol Kozh