fréquences 5G

[DOSSIER 5G] : « Les mobilisations locales existent déjà »

Créé le : 22/10/2020

Propos recueillis par Nicolas Bérard

Stephen Kerckhove, porte-parole d'Agir pour l'environnement, nous explique la procédure que mène son association devant le Conseil d'État contre l'attribution des fréquences 5G. Ce volet juridique n'est selon lui qu'une étape de la lutte.

Agir pour l'environnement et Priartem ont déposé un recours devant le Conseil d'État pour demander l'annulation de la procédure d'attribution des fréquences 5G, qui doit avoir lieu fin septembre. Sur quoi repose votre recours ?

Nous estimons que le lancement de la 5G relève de ce que l'Union européenne classe parmi les  « plans et programmes », et que la procédure d'attribution des fréquences en est la première pierre. Si c'est bien le cas, ce projet est soumis à une étude d'impact. Or, actuellement, cette étude d'impact n'existe pas. Si la justice nous donne raison, l'attribution des fréquences ne pourra donc pas se faire avant la réalisation d'études d'impact énergétique, climatique, sanitaire, et sur la consommation de ressources naturelles nécessaires à sa réalisation. Autant de données impossible à recueillir avant le 20 septembre, date à laquelle le gouvernement a expliqué vouloir lancer la procédure d'attribution.

Où en est aujourd'hui la procédure ?

En mars, le juge des référés a rejeté nos référés suspension mais est allé dans notre sens en...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner
Article présent dans les magazines: 

Partager

S'abonner à fréquences 5G