déchets

[DECHETS] Les biodéchets et le Contrat de transition écologique : une affaire qui roule ?

Créé le : 20/10/2020

Photo : Site de compostage du Centre Lepoire, Briançon. crédits: Camille Felouzis

Par Camille Felouzis

Depuis 2018, 100 territoires sont engagés dans des Contrats de transition écologique (CTE). Dans la multiplicité des actions menées, la gestion des déchets est un enjeu crucial. Le Grand Briançonnais fait partie des 19 territoires pionniers qui ont bénéficié d’un CTE en 2019. Un de ses axes forts de travail : la valorisation des biodéchets.

Le gisement des biodéchets représente 22 millions de tonnes et constitue un tiers des poubelles résiduelles des ménages français. De fait, les biodéchets participent au réchauffement climatique lorsqu’ils ne sont pas compostés. Ces déchets issus de la matière organique (restes alimentaires et de jardinage principalement), peuvent pourtant facilement éviter l’incinérateur. Dans le Grand Briançonnais, ils ont été réduits par toute une campagne d’incitation au compostage, avec une baisse de 4 000 tonnes d’ordures ménagères en 8 ans sur l’ensemble de la communauté de communes du Briançonnais.

600 par jour. C’est le nombre de repas que confectionne l’équipe du centre Lepoire à Briançon, pour toutes les cantines de la ville. Kévin Rio, le cuisinier en chef explique : « J’ai créé mon propre guide de pesées des plateaux repas pour éviter le gaspillage alimentaire. » Et pour cause, en huit ans, le centre est passé de 150g de déchets par assiette à 20 g.  L’équipe de cuisine a également suivi une formation de compostage. Quatre bacs brassent 50 kg de biodéchets par semaine. L’idée ? Récupérer du broyat à la déchèterie, le mélanger au...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner
Article présent dans les magazines: 

Partager

S'abonner à déchets