[POLITIQUE] Un CNR pour quoi faire ?

Publié le jeu 08/09/2022 - 10:39

Le Conseil National de la Refondation (CNR), annoncé en juin dernier par Emmanuel Macron, est officiellement lancé depuis ce jeudi 8 septembre. Y participeront les trois partis de la majorité présidentielle (Renaissance, Horizons et le Modem) ainsi que les représentants des élus locaux, trois organisations syndicales et quelques organisations économiques. En abordant les thèmes du plein-emploi, de l'école, de la santé, du bien vieillir et de la transition écologique, le président dit chercher une « manière nouvelle de débattre », en préparant les réformes en amont des décisions législatives. Le dispositif est largement boycotté par l’opposition et les syndicats, qui dénoncent à leur tour un « outil de communication », « un bazar pour esquiver le Parlement » – même Gérard Larcher, président du Sénat, a refusé de s’y rendre. Une instance de dialogue censée « renforcer la démocratie participative », en l’absence de toute opposition. Un outil très controversé qui n’est pas sans rappeler l’échec politique des précédentes tentatives de concertation – le Grand débat en 2019 ou la Convention citoyenne pour le climat en 2020-, les citoyens tirés au sort et les jeunes n’étant pour l’heure pas conviés aux débats.

Retrouvez d'autres articles sur le manque de représentativité des jeunes dans les instances démocratiques dans notre prochain numéro, à paraître début octobre.