LES PETITES COMMUNES, postes avancés de la transition ?

Créé le : 10/04/2018
La petite commune corrézienne d’Ayen (750 habitants) est précurseure en matière de préservation de l’environnement et de démocratie participative : ouverture d’une Maison du développement durable en 2016, covoiturage rétribué en monnaie locale, création d’un espace naturel protégé. Ce fut aussi l’une des premières communes rurales à avoir initié un agenda 21, en 2005. DR

Écologie, solidarité, gouvernance... Un nombre croissant de communes modestes, souvent rurales, innovent. Alors que la traduction en actes de l’accord de Paris par la communauté internationale est incertaine, la transition serait-elle en train de se mettre en place depuis le plus petit échelon de la démocratie ?

Par François Delotte


COMMUNES EN TRANSITION : LE CHANGEMENT PAR LE BAS

De la Bretagne à la Provence en passant par l’Alsace, le Limousin et le Languedoc, des petites communes, proches de leurs administrés, mettent concrètement la transition en oeuvre. Revue et analyse d’un mouvement de fond qui part souvent de la volonté du monde rural de se prendre en main.

8 000 m² de panneaux photovoltaïques qui captent les rayons du généreux soleil des Corbières. Le premier parc photovoltaïque participatif français a été inauguré à Luc-sur-Aude, en janvier dernier. Une localité de quelque 230 âmes située à une quarantaine de kilomètres de Carcassonne. Un quart des habitants est actionnaire du projet. La puissance de 250 Kwc (kilowatt heure crête) permet de produire l'équivalent de la consommation électrique de l’ensemble des Lucois, hors chauffage. L'énergie est revendue à Enercoop, fournisseur d'énergie renouvelable. Qui la redistribue. Une initiative concrète de transition énergétique et citoyenne qui découle d'une mise en synergie de la municipalité et de ses administrés. En effet, le parc solaire est installé sur des terrains communaux et c'est la mairie qui a effectué le travail de mobilisation des particuliers. « À chaque fois que l'on nous proposait un projet de parc solaire, il provenait d'investisseurs lointains. Nous nous sommes dit : pourquoi ne pas faire plutôt profiter les habitants des plus-values grâce à de l'épargne locale », explique Jean-Claude Pons, maire du Luc-sur-...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Partager