DES SOINS PLUS ACCESSIBLES ET MOINS PESANTS : LA MUTUALITÉ FRANÇAISE VOTE « POUR »

Créé le : 20/07/2017
Le 10 juillet dernier, la Mutualité Française s'est exprimée sur les projets de réforme de santé du gouvernement. Photo : Pixa Bay

Reste à charge zéro, amélioration de la lisibilité des contrats, lutte contre les déserts médicaux et suspension de la généralisation du tiers-payant : après la feuille de route de la Ministre de la santé, Agnès Buzyn, et le discours de politique générale du Premier ministre Édouard Philippe, c’était au tour de la Mutualité Française de s’exprimer, le 10 juillet dernier, sur les réformes de santé prévues par le gouvernement.

Optique, prothèses dentaires et audioprothèses ont en commun que la Mutualité Française, fédération nationale qui regroupe les mutuelles de complémentaire santé, vise pour elles un « reste à charge zéro », soit un montant nul à payer pour les adhérents. Ce qui est aussi l’objectif du gouvernement. La Mutualité Française évoque dans un communiqué de presse, datant du 10 juillet dernier, trois leviers d’intervention possibles : « une action sur les tarifs », « un meilleur remboursement par la Sécurité Sociale », et « une amélioration de la prise en charge par les mutuelles ».

Concernant l’objectif des trois « contrats santé types » du gouvernement, qui vise par là une plus grande visibilité pour les adhérents, la Mutualité Française demeure « vigilante ». Elle évoque notamment la nomenclature tarifaire de la Sécurité Sociale, sur laquelle les mutuelles, du fait de leur statut complémentaire, doivent se baser. « Par conséquent, la simplification et la lisibilité des contrats ne pourront se faire que si cette nomenclature est elle-même simplifiée ou rendue plus lisible pour le grand public », explique la Mutualité Française dans son communiqué.

La fédération approuve la volonté d’Emmanuel Macron de lutter contre les déserts médicaux par l’augmentation du nombre de maisons de santé. Elle encourage « les professionnels de la santé à développer une pratique plus collective et pluridisciplinaire de la médecine », mais rappelle que, pour un développement important des centres de soin, un accompagnement financier supplémentaire sera nécessaire.

Enfin, la Mutualité Française rejoint Agnès Buzyn dans sa volonté d’éviter la surcharge administrative pour les professionnels de santé, notamment par la suspension de la généralisation du tiers-payant.

La fédération souhaite que ces réformes se fassent « sans précipitation », et qu’elles réunissent toutes les parties prenantes, pour avancer doucement, mais sûrement. Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Plus d’info :
La Mutualité Française

Partager