[ANV-COP21] Présidentielle - Le climat et la justice sociale s’affichent sur les candidats et candidates dangereux

Publié le jeu 07/04/2022 - 12:00

Par ANV-COP21

Le 4 avril 2022 - Action non-violente COP21 et les Amis de la Terre accélèrent leur campagne de dénonciation des candidats et candidates dangereux pour le climat et la justice sociale. A moins d’une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, il est plus que jamais temps d’alerter les électeurs sur l’urgence climatique et de rappeler le besoin d'adopter des mesures fortes et justes, comme celles du Plan A. 

Les militants climat ont à nouveau sorti la colle et les pinceaux ce week-end pour une grande action nationale de collage. Lancée depuis février, elle vise à alerter les citoyens sur certains candidats et candidates dont les programmes sont clairement dangereux pour le climat et la justice sociale. « Celles et ceux que nous avons ciblés en collant une main rouge nous emmènent droit dans le mur pour plusieurs raisons », commente Teïssir Ghrab, porte-parole d’ANV-COP21 avant de reprendre : « soit parce qu’ils ne proposent aucune mesure permettant à la France de respecter ses objectifs de diminution de gaz à effets de serre à l’horizon 2030. Soit parce qu’ils prévoient des mesures qui servent les plus riches et les grandes entreprises, au détriment de l’environnement et de la justice sociale. Soit, enfin, parce qu’ils mettent en avant des fausses solutions face à l’urgence climatique ». 

Plusieurs évaluations montrent en effet que les candidats et candidates que nous avons ciblé ont un programme climatique au mieux très insuffisant, au pire inexistant. Ainsi, selon l’analyse faite par le Réseau action climat (RAC) [1], Eric Zemmour, Marine Le Pen, Emmanuel Macron ou encore Valérie Pécresse ne prévoient pas de mesures fortes à la hauteur du défi (exemple: 100% énergie renouvelables, combat massif contre la précarité énergétique, développement du ferroviaire, réduction du trafic aérien…). De même, l’analyse menée par Les Shifters publiée le 29 mars [2] montre que les programmes de ces candidats sont « éloignés » voire « très éloignés » des objectifs climatiques définis par la France. 

« Les scientifiques du Giec appellent une nouvelle fois avec le rapport publié aujourd'hui à des changements sans précédent dans nos sociétés pour limiter les dégâts déjà existants et éviter des conséquences encore plus dramatiques, rappelle Etienne Coubard, chargé de mobilisation et porte-parole des Amis de la Terre. Les décideurs politiques doivent écouter la science et agir en conséquence ».  

A l’heure où de plus en plus de français éprouvent des difficultés pour se nourrir, se déplacer et se loger, ces citoyens souhaitent dénoncer les candidatures qui ne permettront pas d’atteindre une transition écologique, juste et qui ne laisse personne de côté. En plus de dénoncer les candidats et candidates dangereuses pour le climat, ANV-COP 21 et les Amis de la Terre rappellent que des mesures concrètes et immédiatement applicables existent afin de combiner justice climatique et sociale. Il s’agit du plan A (https://leplan-a.com/) qui propose notamment la création de deux millions d’emplois verts et une taxation accrue du capital afin que les plus gros pollueurs payent enfin leur part pour combattre le dérèglement climatique. 

Notes de bas de page :

[1] Disponible ici : Présidentielle : Que valent les candidats sur le climat ? - Réseau Action Climat
[2] Voir : EXCLUSIF. Crise climatique : on a épluché les programmes des candidats à la présidentielle pour voir s'ils respectent l'accord de Paris