Parrain comme cochon

Créé le : 02/01/2016

Un financement solidaire, à l'échelle humaine, est à l'origine de la ferme de Marie et Cédric en Baronnies provençales. Le remboursement en nature aux investisseurs, étalé sur trois années, permet aux jeunes agriculteurs de faire connaître le goût unique de leur charcuterie, dans laquelle la "qualité" est mise à l'honneur.

 

La charcuterie à l'ancienne de Marie et Cédric, issue de l'élevage de porcs « rustiques », à l'entrée des gorges des Trentes Pas (Drôme provençale), vient d'être récompensée par le concours "Talent gourmand", catégorie agriculture. Aux prémices de ce projet porté par Marie Fernandez et Cédric Bommenel à Saint-Ferréol près de Buis-les-Baronnies : la qualité de leur production. Cette exigence a permis la mobilisation d'un groupe de 50 parrains locaux. Ces derniers, par leur engagement solidaire, ont permis à la ferme d'exister .

"10 000 euros, ce ne sont jamais que 100 personnes qui te prêtent 100 euros", leur glisse un jour un ami, peu de temps après le refus du prêt qu'ils avaient demandé à la banque, pour démarrer leur activité à l'été 2012. Cette phrase est le déclencheur pour le couple. Sans l'aide des banques, les jeunes agriculteurs vont ainsi réussir à financer leur exploitation autrement. L'idée est simple : trouver des co-financeurs par le biais d'un parrainage : un parrain par animal.

Un remboursement en nature

Marie a clarifié ce projet de financement sur papier. Et a diffusé le message autour d'elle. La solidarité locale a fait le reste. En deux réunions, ils font goûter la qualité de leur produit fini aux futurs investisseurs. C'est un succès. La somme nécessaire au démarrage de l'exploitation est rapidement réunie. Chacun d'eux a investit entre 30 et 1000 euros, en échange d'une reconnaissance de dette. " Les gens nous ont fait confiance", s'émeut-elle. Le remboursement s'effectue en charcuterie ou en viande sur trois ans. "Depuis 2014, on a remboursé 3500 euros et c'est une réelle fierté pour nous. Il nous reste 6500 euros à rembourser, ce qui sera régularisé dès 2016", souligne Marie." Aujourd'hui, l'élevage compte une cinquantaine de cochons, élevés en plein air et nourris en bio durant un an. La ferme affiche également le label "nature et progrès", depuis 2014. Grâce aux 5000 euros gagnés au concours, la ferme s'apprête à investir dans la construction d'un laboratoire de boucherie. De quoi donner un nouvel élan au projet !

 

Une production en vente directe

Toute la production de la ferme (charcuterie et viande fraîche en colis) est en vente directe, du producteur au consommateur, sur les marchés, foires et auprès des Amap. Ces dernières viennent régulièrement sur place goûter le produit, afin de renseigner le consommateur sur la qualité de la viande.

 

Plus d'infos

www.cochon-rustique.jimdo.fr

Photo : Les cochons noirs de Saint Ferréol sont élevés en plein air et nourris au bio pendant un an. La ferme porte la mention "nature et progrès" depuis 2014. © MB/ LMDP

 

Partager