AGRICULTURE : tester pour réussir

Créé le : 02/04/2018
Aurélie passe tous les jours ramasser les oeufs de ses « petites rousses ». Avec son mari Antoine, elle a aussi le projet d’élever des volailles de chair. L’atelier de poules pondeuses déjà installé sur le site de la Pépiterre leur permet de se rôder au métier mais aussi de commencer à mettre en place un réseau de fournisseurs, un circuit de distribution… © S. Biju

À Sarzeau (56), en presqu’île de Rhuys, l’association La Pépiterre aide au développement de projets agricoles et artisanaux. À l’origine de cette pépinière d’entreprises rurales, des paysans déjà installés et d’autres en recherche de terres qui ont voulu mutualiser leurs efforts en matière de veille foncière. Aujourd’hui, la Pépiterre offre un espace-test pour lancer, doucement mais sûrement, son activité.

Par Stéphanie Biju

Tout au fond du « jardin », les poules du Bindo gambadent au grand air sur 1000 m² de parcours libre. 220 « petites rousses » comme les surnomme Aurélie. La jeune éleveuse passe tous les jours entre 10h30 et 12h pour ramasser leurs œufs. « Mes poules ne sont pas très matinales », ironise-t-elle. Pas encore bien éduquées non plus… « Certaines coquines se sont habituées à pondre au sol », peste Aurélie, en quête de la moindre coquille cachée dans la litière du poulailler. « Ces œufs-là sont invendables… Mais bon, tout ça, ça se travaille ! Il faut leur apprendre à utiliser les nids. »

Aurélie et son mari Antoine, éleveurs de poules pondeuses bio et de volailles de chair, Faňch, producteur de plants de légumes bio, Stéphane, charpentier spécialiste de l’ossature bois, Maria, créatrice d’objets de déco en matériaux recyclés ou encore Marine et Chloé, chocolatières bio et équitable… Une dizaine de porteurs de projets ont rejoint les rangs de la Pépiterre, une pépinière d’entreprises agricoles, artisanales et solidaires, installée à la sortie du bourg...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Partager