VERTES, les pistes ?

Créé le : 13/03/2018
Début janvier à Valberg. Sans neige artificielle, le domaine n'aurait pas pu ouvrir. © M. Quioc

Terrassement, modification des régimes hydrographiques, urbanisation à outrance… L’impact environnemental des stations de ski alpin n’est plus à prouver. Et la Cour des comptes vient de le rappeler dans son rapport de février, pointant notamment du doigt la systématisation des canons à neige dans les stations de basse altitude. Du coup, certaines essaient de reverdir leur image. Effets cosmétiques ou efforts réels ? On fait le point.


LE MIRAGE DE LA STATION DURABLE

Face aux émissions de gaz à effet de serre et au changement climatique, de plus en plus de stations de montagne mettent en avant leurs actions en faveur du développement durable. Qu’y a-t-il derrière le discours ? L’environnement fait-il le poids contre l’économie du ski ? Reportage à Valberg, dans les Alpes-Maritimes, qui affiche sa devise : « place à l’environnement ».

Par Margaïd Quioc

« Oh mais, il n'y a que ça de neige ? » Grosse déception pour ces écoliers qui entament un séjour d'une semaine à la station de Valberg, 1700 mètres d'altitude. La chaleur et de gros coups de vent ont eu raison du manteau blanc. Malgré tout, les skieurs dévalent les pistes grâce aux 380 canons à neige répartis sur le domaine des Alpes-Maritimes. « À celui de canons, on préfère le terme d'enneigeurs », corrige Stéphanie Larbouret, chargée du développement durable à Valberg.

Ici, on utilise donc de la ressource en eau et en électricité pour pouvoir skier, même si les températures de ce lundi de janvier dépassent les 10 °C… Pourtant, Valberg s'affiche comme un modèle de développement durable, et espère même décrocher avant l'été le label « flocon vert », censé garantir l’engagement durable des destinations touristiques de montagne. « En tant que président de l'association des maires de stations de montagne (ANMSM), je dois montrer l'exemple », affirme Charles-Ange Ginesy, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes et...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Partager