[RÉSILIENCE] « Pour 2030, nous visons 100% d’énergies renouvelables »

Créé le : 17/03/2020

Crédit photo : David Cadran / Pixabay/Molène

Propos recueillis par Elodie Crézé

Depuis 2015, les îles de Molène, Sein et Ouessant, dans le Finistère, non interconnectées au continent et qui produisent leur électricité via des centrales au fioul, sont engagées dans un programme de transition énergétique. Denis Bredin, directeur de l’association les îles du Ponant, qui accompagne cette transition, juge ces îles avant-gardistes.

Où en sommes-nous du programme de transition énergétique sur ces 3 îles ?
En agissant sur 3 volets d’action, réduction des consommations, production d’énergie et pilotage des consommations – soit consommer en s’adaptant aux éléments naturels, comme par exemple le fait à Sein, d’activer l’osmoseur seulement quand il y a du soleil – nous avons déjà pu obtenir des résultats (voir encadré). À Ouessant, nous avons un projet expérimental, énergétique hybride, qui consiste à combiner deux hydroliennes destinées à capter l’énergie produite par les courants des marées, une éolienne et des centrales photovoltaïques. À Sein, une éolienne doit être construite en 2020, et sur les 3 îles, les toitures des habitants volontaires vont être équipées de panneaux solaires. Mais notre programme de transition ne s’arrête pas là : des économiseurs d’eau sont distribués aux habitants et nous travaillons aussi sur les déchets. Notamment, un projet est à l’étude à Ouessant sur la production d’énergie avec les déchets bois.

L’objectif est-il d’atteindre l’autonomie énergétique pour ces 3 îles ?
Oui, pour 2030, nous visons le 100% d’énergies renouvelables locales ! La priorité reste de décarbonner la production d’électricité, mais en veillant à préserver les écosystèmes : ainsi, les centrales photovoltaïques sont installées sur des zones artificialisées, bétonnées. Jamais sur les terres agricoles ou les terrains en friche ! En agrégeant ainsi les sources d’énergie verte, l’objectif est d’atteindre, en 2023, 75% de pénétration d’énergie renouvelable sur l’île de Ouessant, 70% pour Molène à l’horizon 2021, et 60% pour Sein dès 2020. L’important est de travailler avec les insulaires. Mais ils ont déjà intégré, au quotidien, des pratiques de réduction de leur consommation d’énergie. Ces îles sont à l’avant-garde ! Et elles n’ont pas le choix : elles sont particulièrement exposées au changement climatique, et notamment aux tempêtes hivernales de plus en plus violentes.

 

En 2018, économie d’énergie, production d’énergie et émissions de CO2 évitées :

Sein : superficie 58 ha, 195 habitants.
 400 mégawatts /an économisés
140 Mwh produits
423 tonnes de CO2 évitées

Molène : superficie 72 ha, 208 habitants.
348 Mwh /an économisés
Pas de production d’énergie renouvelable
271 tonnes de CO2 évitées

Ouessant : superficie 1558 ha, 871 habitants.
1172 Mwh / an économisés
60 Mwh /an produits en solaire
957 tonnes de CO2 évitées

Note : Entre 2015 et 2018, la réduction de CO2 obtenue a atteint 22%  pour les 3 îles.

Plus d’infos : www.iles-du-ponant.com

Partager