[INITIATIVE] Agrosemens : prenez-en de la graine !

Publié le mer 29/12/2021 - 11:00
© Quentin Zinzius

Par Quentin Zinzius

Entreprise familiale spécialisée dans la production de semences paysannes et reproductibles en agriculture biologique, Agrosemens organise tous les deux ans ses portes ouvertes sur la ferme du Petit Sambuc (13). L’occasion de présenter ses différentes semences aux producteurs, ainsi que leur rôle dans la souveraineté alimentaire.

À quelques kilomètres d’Aix-en-Provence, sur la ferme du Petit Sambuc, la maison semencière Agrosemens a réussi son pari : permettre de produire, à partir de semences anciennes et reproductibles et avec des méthodes issues de la permaculture et de l’agriculture biologique, des fruits et légumes de qualité, et en quantité. « Quand on entend parler du bio, on entend souvent dire que la productivité est moins bonne qu’en agriculture conventionnelle. Aujourd’hui, je peux vous assurer que sur les circuits-courts, la productivité est identique », s’engage Cyriaque Crosnier-Mangeat, directeur de la maison semencière.

Produire...

Dans les allées et sous les serres de la petite ferme, les tomates se mêlent aux fleurs mellifères, les blettes et haricots arborent des couleurs étonnantes, et les courges servent de terrains de jeux aux criquets et autres insectes. Le tout, sous les yeux ébahis des producteurs réunis à l’occasion des portes ouvertes de la ferme début septembre. « Je suis venue ici pour voir ce que cela donne en dehors de mon propre terrain, témoigne Anne Gauthier, maraîchère dans le Var, et je ne suis pas déçue ! » Des étudiants en agriculture sont également de la partie : « Les produits sont très beaux, on ne s’attend pas forcément à voir de tels calibres en maraîchage bio », reconnaissent-ils. Mais l’heure n’est pas seulement à la contemplation. Par petits groupes, les visites se succèdent, et permettent aux maraîchers et maraîchères de poser leurs questions aux responsables du site : travail du sol, précocité des récoltes, nombre de graines au mètre carré, besoins en eau… Des interrogations presque scientifiques, qui trouvent ici toutes leurs réponses. « Notre métier, c’est non seulement de fournir des semences, mais aussi d’aider les producteurs à en libérer tout le potentiel », explique Cyriaque Crosnier-Mangeat. « Mais il ne faut pas oublier que chaque situation est différente, explique Julien Bourelli, maraîcher en charge des visites ce jour-là. Le mieux pour les producteurs, c’est de tester les rendements avec différentes méthodes, différents dosages, différents moyens de travail de la terre. C’est de cette façon qu’ils trouveront ce qui fonctionne le mieux sur leurs terrains ».

... et reproduire

Car le but final pour tout maraîcher, y compris en agriculture biologique, c’est bien de pouvoir vivre de sa production. Un objectif qui passe, selon Cyriaque Crosnier-Mangeat, par la libération des semences : « Aujourd’hui, la production maraîchère est majoritairement dépendante de semences génétiquement modifiées et non reproductibles. Libérer les semences, c’est aussi libérer les producteurs de l’emprise des grands groupes comme Bayer et Monsanto. Une semence paysanne, libre et reproductible est en capacité de s’adapter à son milieu, aux conditions auxquelles elle est soumise. Cette capacité permet à la plante d’évoluer, de s’adapter, et contribue à assurer la résilience de notre système alimentaire », complète-t-il. Des semences au service des producteurs donc, mais aussi de la société !

PLUS D’INFOS