DE LA GRAINE DE RÉSISTANTS au secours des semences paysannes

Créé le : 11/01/2018
Fin novembre, 19 jardiniers se sont réunis dans le Tarn pour semer 54 variétés de la collection de Pétanielle. © Pétanielle

Depuis l’été 2016, les agriculteurs ont le droit d’échanger des semences anciennes, dites paysannes. Mais depuis longtemps une résistance s’était organisée dans les champs, les vergers et les jardins pour sauvegarder ces graines libres de tout droit de propriété industrielle. En Occitanie, les initiatives sont nombreuses. Tour d’horizon.

Par Charline Poullain

Le pétrin emplit presque toute la pièce, à côté du poêle en fonte et du four à bois. Il faut connaître pour dénicher le petit fournil de Florence Peloux. L’antre de l’agricultrice-boulangère est au beau milieu de la campagne, à Vindrac dans le Tarn. À l’entrée, trônent des gerbes de blé. Des blonds, des sombres, des barbus et des plus glabres. C’est cette diversité qui a décidé la militante, paysanne depuis 1990, à cultiver son blé et à le panifier en 2003. Sur une quarantaine d’hectares, elle lui en réserve 10 à 12. Sans engrais chimique.


L’agricultrice-boulangère Florence Peloux. Les blés issus de semences paysannes sont tous différents. L’une des variétés, la Pétanielle, a donné son nom à l’association toulousaine qui réunit paysans et jardiniers. © C. Poullain 

Une fois le blé récolté, trié et moulu sur place, deux fois par semaine, Florence Peloux pétrit sa...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Partager