Pour ou contre la valorisation des algues vertes ?

Créé le : 25/01/2016

En 2015, 19 000 tonnes d’algues vertes ont été ramassé rien que dans les Côte-d’Armor, département le plus touché. La quantité ramassée serait en hausse de 30 % par rapport à l’an passé. En cause : l’alternance de soleil et de pluie. C’est pour faire face à cette pollution que depuis 4 ans, un projet de valorisation des algues vertes a été mis en place : le projet Ulvans. Mené par cinq entreprises bretonnes et deux centres de recherches, il a trois objectifs : innover sur des produits en alimentation et santé animale respectueux de l’environnement, créer une filière industrielle importante sur la pointe bretonne et... réduire les algues vertes sur les plages. Autant d’arguments qui ont permis aux porteurs de projet l’obtention de crédits publics de recherche et d’investissement.

«Fumisterie !» s’insurgent les associations de protection de l’environnement qui dénoncent des politiques publiques qui financent à la fois la limitation des algues vertes à la source et leur valorisation. Mais aussi des projets de valorisation à l’impact non négligeable sur l’environnement.

CONTRE

Gilles Huet

Délégué régional d’Eau et Rivières de Bretagne, association de protection de l’environnement très active dans la lutte contre les marées vertes.

 

« Limiter les algues vertes implique une cohérence dans l'action publique »

« Sur le fond, ce projet de valorisation des al - gues vertes pose le problème de la cohérence du développement régional. Comment peut-on imaginer en même temps dépenser 150 millions d’euros pour éradiquer les algues vertes, et bâtir une filière de valorisation d’une algue qu’il faut faire disparaître ? Arrêtons de faire croire que tirer partie des algues vertes est un progrès et qu’on peut s’accom - moder de cette catastrophe écologique ! La seule démarche qui assure un avenir durable à notre région au plan de la santé publique, de l’économie littorale et de l’environnement, c’est la disparition des algues vertes, et non leur transformation ! Une aberration économique La valorisation des algues vertes, via le projet Ulvans (ndlr, projet complexe de valorisation des algues vertes portée par 5 sociétés dont Olmix et deux centres de recherches) par exemple, ne résoudra pas les problèmes. Ce projet mise sur un ramassage d’algues sur certains sites précis et leur valorisation par de gros équipements industriels. C’est un gouffre énergétique, car il faut transporter sur plusieurs dizaines de km un produit composé à 90 % d’eau, doublé d’une aberration économique. Sous couvert d’innovation, ce projet ressemble fort à une immense pompe à argent public actionnée à grand renfort de campagnes de communication ! Comment la Banque publique d’investissement (BPI), qui finance ce projet via sa filiale Oséo, peut-elle cautionner cette fumisterie ? Comme tous les autres projets de valorisation des algues vertes avortés jusqu’à présent, Ulvans n’est pas économiquement viable ! Sauf à faire porter le chapeau par un impôt algues vertes. Un impact environnemental Par ailleurs, pour pouvoir être transformées, les algues ne sont pas ramassées sur les plages, mais dans le « rideau d’eau », c’est-à-dire à quelques dizaines de cm de profondeur. Les engins nécessaires à cette extraction sont très lourds et abîment l’estran – notamment sur des plages classées Natura 2000. Et les études menées par le Parc marin d’Iroise en Baie de Douarnenez montrent une baisse de 30 % des populations de tellines sur ces zones, et des mortalités de juvéniles de poissons. Ce ramassage conduit donc à des dégâts écologiques qui ont des conséquences économiques pour la pêche professionnelle côtière ! En finir avec les algues vertes La valorisation ne conduit qu’à s’accommoder de ce cancer vert qui ronge le littoral ! Si nous n’avons pas une stratégie claire de lutte contre ce fléau, les algues vertes continueront d’être à la fois une menace pour la santé publique, un danger environnemental et un fléau économique : 30 % de coûts de production supplémentaires pour les huîtres élevées dans les zones atteintes, l’activité touristique ou l’immobilier sinistrés dans certaines communes littorales, c’est cela le développement que l’on souhaite pour la Bretagne ? La fin des marées vertes exige une parfaite cohérence des politiques publiques. »

 

POUR

Hervé Balusson

PDG d’Olmix, une entreprise bretonne spécialisée dans la valorisation des algues, à l’initiative du projet Ulvans.

 

« Les marées vertes, ce n'est pas mon problème »

« Selon moi, le débat sur la pertinence de la valorisation des algues vertes est dépassé. Les excès de nitrates dans les rivières datent d’il y a 30 ou 40 ans. Depuis les agriculteurs ont fait de gros efforts et le problème est résolu. Tout est sous contrôle. La valorisation des algues vertes n’a rien à voir avec la question des marées vertes à proprement parler ! Quant à moi et à mes partenaires, nous sommes là pour créer de nouveaux produits dans lesquels on utilise de la chimie verte, c’est-à-dire sans pétrole. Désormais, c’est un sujet mondial. Ma problématique, c’est la connaissance et l’innovation – à partir d’algues - pour résoudre des problèmes de santé animale, végétale et bientôt humaine. Nous avons même espoir de développer des techniques pour soigner les cancers grâce aux algues et à leur patrimoine génétique. Ulvans participe à cela ! L’enjeu économique est majeur : Olmix est parmi les 4 entreprises françaises sélectionnées par France Biotech (ndlr, association française de biotechnologie) pour aller présenter tout cela sur les marchés américains. Ici ou ailleurs Que le sujet de la valorisation des algues vertes soit difficile à faire passer dans l’opinion publique, je le reconnais. Car il est complexe et novateur. De même, les questions relatives à l’éolien ou la méthanisation soulèvent de vives polémiques : dès que l’innovation avance, elle rencontre de la résistance. Mais il ne s’agit finalement que de quelques dogmatiques qui ont du mal à accepter le progrès. C’est un frein, mais nous devons faire avec. Je ne vais pas licencier mes chercheurs à cause d’eux ! Et puis de toute façon, si nous ne pouvons pas développer notre filière industrielle en Bretagne, nous irons le faire ailleurs ! Mais cela m’attristerait... Des légumes sans fongicide Nous ramassons aujourd’hui les algues en mer, pour éviter l’extraction de sable sur les plages, qui détruit le littoral. Et le jour où il n’y aura plus d’algues, nous ferons venir des concentrés du reste de l’Europe ; ou nous en ferons pousser sous serre. Ce n’est pas un problème pour nous. On m’a fait comprendre que j’étais associé à la Sica et aux agriculteurs productivistes, notamment sur notre site de Saint-Pol de Léon. Mais si cette association est réelle, l’objectif est tout autre : mon travail est justement d’apporter à la Sica la possibilité de cultiver des légumes sans fongicide grâce à mes molécules d’algues. Il faut savoir ce que l’on veut ! Suivant nos sondages, 80 à 90 % des gens sont pour cette valorisation. Et si nous argumentons sur le fait que nous créons de l’emploi et de nouvelles filières, nous obtiendrons 100 % de soutien. »

Plus d'infos

www.eau-et-rivieres.asso.fr

www.olmix.com

Partager