[ BIO & ÉTHIQUE ] Nourrir la France en bio, mission impossible ?

Créé le : 18/11/2019
Cultiver plusieurs espèces sur une même parcelle, au même moment, permet d’augmenter les rendements et de stabiliser l’exploitation. Une piste pour répondre à la demande croissante en bio. (crédits : © Marie-Christine LHOPITAL, INRA)

Par Anaïs Maréchal.

Le marché du bio explose, et la grande distribution s’engouffre dans la brèche en pratiquant des marges abusives. La filière doit choisir son camp : prendre la même direction que l’agriculture conventionnelle, ou conserver son éthique. Producteurs, chercheurs, transformateurs de nos régions … tous se mobilisent pour dépasser les limites actuelles du bio, dans un modèle vertueux pour l’Homme et l’environnement.

La filière bio est face à un tournant : face à une demande toujours croissante, comment intensifier la production sans mettre de côté ses valeurs ? Si les rendements de l’agriculture biologique seront toujours en moyenne inférieurs à ceux du conventionnel, une adaptation de la société peut permettre d’équilibrer l’équation. Des leviers agronomiques voient également le jour pour accompagner cette transition. Pour une bio pour tous !

L’expansion de la bio condamne-t-elle celle-ci à abandonner toute éthique ? En ce début d’année, le débat sur l’autorisation du chauffage des serres biologiques révélait l’ampleur de la crise dont souffre le secteur. En 2018, les français ont augmenté leur budget de produits alimentaires bio de 15 % par rapport à l’année précédente, d’après le dernier rapport de l’Agence bio. Excellente nouvelle pour la santé de nos concitoyens, de nos producteurs et pour la planète !

Mais maintenant, il faut que la production suive. Et si la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) défend la compétitivité de la production française, proposer des tomates bio en hiver fait bondir la Fédération nationale d’...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Partager