[CARREFOUR DE L'EAU] Thierry Burlot : "Gérer l'eau, c'est gérer la paix"

Créé le : 30/01/2019

Le Carrefour de l'eau a lieu du 30 au 31 janvier au Parc des Expos de Rennes. A cette occasion, Thierry Burlot, vice-président en charge de l'environnement à la Région, revient sur les risques qui pèsent sur la ressource en eau en Bretagne et les solutions à mettre en oeuvre pour les limiter.

Quelle est la qualité actuelle de l'eau en Bretagne, et qu'est-ce qui y a mené ?

On a eu une dégradation de la qualité des eaux ces quarante ou cinquante dernière années. On a pensé qu'on pouvait développer l'activité économique sans se soucier du bien-être environnemental. On s'est réveillé dans les années 1980 avec des rivières et des sols dégradés par les pesticides et les nitrates. Il a fallu prendre des mesures, ce qu'on a fait. la Bretagne est maintenant en train de devenir exemplaire dans la reconquête de la qualité de l'eau. La partie est loin d'être gagnée, mais on est sur la bonne voie. 
L'eau est un bon indicateur de l'état des territoires : si l'eau est dégradée, la santé est dégradée. Moi, je milite pour une Bretagne totalement verte, qui concilie économie et écologie.
Voilà pour la qualité de l'eau. Sur la quantité, on a longtemps pensé qu'on était épargné par les questions climatiques. Pourtant on vit le réchauffement climatique : à Saint-Avé (Morbihan), on a enregistré 42°C l'année dernière. Les spécialistes nous disent qu'on ne va pas perdre en pluviométrie, mais qu'il faut s'attendre à avoir plus de sécheresses et d'inondations. C'est une situation embêtante, dans un territoire comme le notre, où on a peu de réserves en eaux.

Quelles mesures doivent être mises en place ? 

Il va falloir tout reprendre à zéro : qu'on sache d'où vient l'eau et qu'on l'économise. Il faut qu'on soit tous vertueux : collectivités, industriels, agriculteurs... Les territoires qui se développeront demain seront ceux qui sauront gérer la ressource en eau. On a laissé entendre ces trente dernières années qu'on pouvait domestiquer l'eau. Avant d'être dans le robinet, l'eau subit des transformations. Et plus elle est naturelle, filtrée par le sol et préservée, moins elle coûte. C'est une vraie richesse, un bien commun, quelque chose qui relie les hommes. Le sujet de l'eau peut être un sujet de guerre, mais c'est aussi un sujet de conciliation. Gérer l'eau, c'est gérer la paix.


Plus d'infos :
www.bretagne.bzh
Carrefour de l'eau : www.idealconnaissances.com/carrefour-eau/

Partager