WeMove.EU

[WeMoveEurope] : Cessez de subventionner l'agriculture industrielle !

Créé le : 26/10/2020
poule- crédit pixabay

crédit : pixabay

Par WeMove.EU

Aux membres du Parlement européen

La plupart des subventions agricoles européennes sont destinées à soutenir l’élevage industriel qui nuit à notre santé. En tant qu'européen qui paie ces subventions (ma part représente en moyenne 114 € par an), je vous demande de voter pour que cet argent soit investi dans une agriculture bonne pour notre santé et pour l'environnement.

L'agriculture industrielle détruit la nature, épuise les ressources en eau et les sols fertiles, et contribue au changement climatique [1]. Ce modèle de production fait appel à des quantités massives d'engrais artificiels, de pesticides chimiques et d'antibiotiques. Les conséquences sont la pollution et la propagation de "superbactéries" résistantes, qui nuisent toutes deux à notre santé. Or ce système ne réussit pas non plus aux agriculteur et agricultrices : au cours des dernières décennies, des millions d'exploitations agricoles ont disparu dans l'UE [2]. Enfin, c'est un système qui met en péril l'avenir de notre alimentation, car les agriculteur·rice·s vieillissent et les nouvelles générations luttent pour entrer dans le secteur. Seuls 5 % des agriculteur·rice·s sont âgés de moins de 35 ans [3]. 

Nous devons agir de toute urgence pour rétablir une relation saine entre l'agriculture, la nature et l'homme ; pour que nos exploitations deviennent plus durables et qu’elles résistent mieux à un climat qui évolue très rapidement ; et pour préserver la capacité des générations futures à cultiver la terre et à en vivre. 

L'UE subventionne les agriculteur·rice·s dans le cadre de la politique agricole commune (PAC). La PAC représente environ un tiers du budget de l'UE, soit près de 60 milliards d'euros de nos impôts chaque année, ou encore 114 euros par citoyen et citoyenne de l'UE et par an. Actuellement, la majeure partie de cet argent sert à subventionner l'agriculture industrielle qui contribue fortement à la crise environnementale : les agriculteur·rice·s reçoivent de l'argent en fonction du nombre d'hectares et/ou d'animaux qu'ils possèdent, ce sont donc les plus grandes exploitations qui reçoivent la majeure partie de l'argent. 

Comment la situation peut-elle changer ? 

Un système agricole différent est possible, un système qui fonctionne en harmonie avec la nature et qui protège notre climat, notre santé et nos précieuses ressources naturelles, tout en produisant des aliments sains et en assurant des moyens de subsistance décents aux agriculteur·rice·s et aux travailleur·euse·s [4]. Nous sommes convaincu·e·s, comme le sont les experts et les agriculteur·rice·s du monde entier [5], que l'avenir c’est l’agroécologie. Une transition vers l'agroécologie à l'échelle européenne pourrait non seulement permettre de faire face aux crises environnementales urgentes, mais aussi nous aider à retrouver un lien plus tangible avec la production de notre nourriture et à rendre les zones rurales plus dynamiques et plus résilientes [6]. 

Mais pour y parvenir, l'UE doit cesser de financer l'agriculture industrielle et soutenir les agriculteur·rice·s dans leur transition vers l'agroécologie. C'est le moment de le faire !

La réforme actuelle de la PAC entre maintenant dans sa phase finale, qui est cruciale. Au cours de la semaine du 19 au 23 octobre, les eurodéputé·e·s, nos représentant·e·s, voteront sur les modalités de subvention et de réglementation du secteur agricole pour la prochaine décennie. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser passer une si belle occasion d'agir ! Il est vital que les eurodéputé·e·s adoptent une position qui permette une transition urgente vers l'agroécologie, dans l'intérêt des jeunes générations, de nos agriculteur·rice·s et de nous tou·te·s. 

Nous demandons aux eurodéputé·e·s d'assurer un meilleur avenir pour notre alimentation et notre agriculture en :

  1. Finançant la transition vers l'agroécologie afin de soutenir les agriculteur·rice·s qui fournissent une alimentation saine à nos communautés tout en prenant soin de notre environnement et du bien-être des animaux de ferme. Au moins la moitié du budget de la PAC devrait être investi dans la protection de la nature, de la biodiversité et du climat.
  2. Mettant un terme aux subventions nuisibles, ce qui signifie à la fois mettre un terme aux subventions qui ont un effet néfaste immédiat (par exemple les subventions aux fermes industrielles ou à l'irrigation non durable) ; et veiller à ce que les subventions soient accordées uniquement si certaines conditions environnementales et sociales sont remplies (notamment réduire l'érosion des sols, faire de la place pour la nature dans les exploitations agricoles ou garantir les droits des travailleur·se·s).
  3. Fixer des objectifs clairs dans le cadre de la PAC, par exemple pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la diminution de l'utilisation des pesticides, afin de garantir que chaque pays de l'UE et chaque agriculteur·rice contribue équitablement aux changements nécessaires pour faire face aux crises mondiales actuelles.

 

Pour signer la pétition, c'est ici!

 

Références :

  1. [en anglais] Agence européenne pour l'environnement, Rapport sur l'état de l'environnement 2020 : https://www.eea.europa.eu/publications/soer-2020
  2. Eurostat: https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Farms...
  3. [en anglais] Eurostat: https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?oldid=43136...
  4. [en anglais] van der Ploeg et al. (2019). The economic potential of agroecology: Empirical evidence from Europe. & Poux & Aubert (2018). An agroecological Europe in 2050: multifunctional agriculture for healthy eating. Findings from the Ten Years For Agroecology (TYFA) modelling exercise. https://www.researchgate.net/publication/335054821_An_agroecological_Eur...
  5. Y compris l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture et le Groupe international d'experts sur les systèmes alimentaires durables
  6. Rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation, Olivier De Schutter : http://www.srfood.org/images/stories/pdf/officialreports/20110308_a-hrc-...

Partager

S'abonner à WeMove.EU