tiny house

[TINY HOUSE] Pour vivre heureux, vivons petit !

Créé le : 08/12/2020
Crédit : Marie Albessard /tiny house

La tiny house de Camille et Adrien est installée sur leur terrain privé, près d’une maison en cours de restauration. Crédit : Marie Albessard 

Par Marie Albessard

En France, on compterait environ un millier de tiny houses, ces micromaisons nomades à faible impact. Reportage chez Camille, Adrien, Sébastien et bientôt Damien, ces « tinyistes » rhônalpins qui ont choisi de vivre dans plus petit… pour gagner en liberté.

« Le confinement ? On ne l’a même pas senti ! » s’exclame Camille Annede. Il faut dire que dans le Beaujolais, près de Lyon, les paysages verdoyants et les villages des pierres dorées font oublier tous les soucis. Camille et Adrien, ingénieurs, ont élu domicile avec leurs deux enfants dans une jolie maison de bois de… 15m². C’est une tiny house, ces micromaisons nomades à faible impact environnemental. À l’intérieur, une cuisine équipée, une salle de bain, un salon et deux espaces nuit en mezzanines.
Avec la crise sanitaire, les Français sont de plus en plus nombreux à questionner leur mode de vie. « À l’heure où l’on pense la maison de demain, la tiny house fait partie des solutions », indique Lars Herbillon, trésorier du collectif Tiny House (12 000 membres sur Facebook). Les demandes explosent avec, pour principales motivations, la diminution de leur impact environnemental et de leurs possessions matérielles. C’est le cas de Damien Le Thiec, lyonnais de 28 ans, directeur technique d’une entreprise d’alimentation bio. Comme beaucoup d’autres, son envie de se « reconnecter à la nature » suppose de la respecter : « Je ne veux pas être un...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner
Article présent dans les magazines: 

Partager

S'abonner à tiny house