anti linky

[LUTTE] En Bretagne, la fronde anti-Linky se poursuit

Créé le : 03/07/2020

Par Virginie Jourdan

Craintes sanitaires ou refus des collectes de données personnelles, des collectifs bretons poursuivent la lutte contre la pose des compteurs Linky.

Au bout du chemin qui borde des haies boisées et des noues ombragées, la ferme de Brigitte Plunian apparaît. Dans son élevage de vaches, cette agricultrice installée depuis 1996 dans la commune de Tremargat, dans le Centre-Bretagne, fabrique du fromage qu'elle vend sur les marchés. D'ici quelques jours, elle va organiser un petit chantier chez elle. Le cadenassage de son compteur électrique qui se trouve sur sa propriété privée. « Nous avons reçu en début d'année un courrier d'Enedis qui indiquait que notre compteur allait être remplacé par un compteur intelligent Linky. Et je le refuse », explique Brigitte. Pour en savoir plus sur les actions qu'elle peut mener et passer l'information à des voisins, elle a organisé une réunion au début du mois de mars. « Plus de 80 personnes ont répondu présentes », raconte la bretonne âgée de 63 ans.

La plupart des habitants venaient des communes alentours : Maël-Pestivien, Saint-Nicodème, Plounévez-Quintin. Autant de villages qui ont, eux aussi, reçu le courrier annonçant la venue des techniciens pour remplacer leur compteur. En Bretagne, d'après Enedis, près de 90% des communes...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

[LUTTE] Linky : les citoyens ne badinent pas avec la liberté

Créé le : 03/07/2020

Crédit photo : Céline Cammarata

Par Céline Cammarata 

En pleine campagne d’installation du compteur « communicant » Linky dans les 35 millions de foyers français, des citoyens s’organisent pour faire entendre leurs voix et refuser une installation systématique. Rencontres en Cévennes.

Dans les Cévennes gardoises, terre de résistance, la liberté n’est pas un concept abstrait. Certains élus ne mâchent pas leurs mots pour soutenir la détermination des citoyen.nes. Ainsi, Monoblet annonce la couleur dès l’entrée du village où s’étale une grande banderole « Non au Linky ». « Avant même d’être sollicité par mes administré.es, mon avis était déjà forgé concernant ce compteur. Au-delà de nos arguments contre ce déploiement, notre commune a toujours défendu la liberté de sa population », assure en préambule Philippe Castanon, maire de Monoblet, qui cite pour source de documentation le Canard enchaîné. « Nous avons engagé les délibérations et arrêtés municipaux pour interdire l’installation du Linky afin d’accompagner notre collectif anti-Linky. Par deux fois, nous avons été au tribunal. Nous avons perdu malgré la pitoyable défense d’Enedis. Le juge a tout fait pour leur permettre de s’en sortir. Ces arrêtés (qui n’ont pas de valeur légale – NDLR) nous ont simplement permis de soutenir nos citoyens et de gagner du temps.» Même refrain auprès de Laurent Martin, agriculteur et maire de la toute petite commune de Fressac, qui en fait...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner
Tags: 

Partager

S'abonner à anti linky