alimentation

A Lorient, le citoyen au cœur de la transition alimentaire

Créé le : 17/04/2018
Les Assises de la transition alimentaire étaient organisées par la Biocoop Les 7 épis et le médecin Lylian Le Goff, en partenariat avec l’Université de Bretagne Sud - Crédit : Benoit Vandestick

Par Benoît Vandestick 

« De plus en plus de consommateurs ont peur de s’alimenter et de plus en plus d’agriculteurs ont peur dans l’exercice de leur métier », a fait remarquer René Louail (confédération paysanne), en clôture des assises de la transition alimentaire et agricole qui se déroulaient samedi 14 avril, à Lorient. L’événement a été organisé par la Biocoop Les 7 épis et le médecin Lylian Le Goff, en partenariat avec l’Université de Bretagne Sud. 

Le professionnel de santé a présenté la synthèse des échanges de la journée, sous forme de préconisations : développer les protéines végétales, taxer la pollution et les produits nuisant à la santé, impliquer les citoyens dans les pratiques agricoles, réformer les politiques foncières, créer un ministère de la pêche et féminiser les métiers de la mer. Le sénateur écologiste du Morbihan, Joel Labbé, s’est félicité des échanges et en a pris note. Il présentera prochainement, avec d’autres élus, 30 amendements à la loi sur la transition alimentaire.

Déçus des Etats généraux de l'alimentation

L’idée de ces assises est née de la déception des Etats Généraux de l’Alimentation où, pour les organisateurs, « L’industrie agroalimentaire a été surreprésentée au détriment des consommateurs, personnels de santé et environnementalistes ». Au cours de la journée, les intervenants ont insisté sur l’engagement citoyen comme levier de la transition. « Il faut un engagement citoyen pour forcer le modèle durable, car en face, le système classique se maintient par l’absence de prise en compte des coûts environnementaux et sanitaires dans le prix de vente », a défendu Catherine Darrot, enseignante à l’Agrocampus Ouest. Le maire de Langouet, Daniel Cueff, a partagé ses astuces pour développer la bio dans les cantines : « On réduit les protéines animales, on compose les menus en fonction des saisons et on achète en circuit court ». Pour Sophia Lakdar, présidente de l’association Bioconsom’acteur, « Le choix de consommation est parfois limité par le manque d’offre. C’est pourquoi l’action collective est indispensable, pour créer des associations et coopératives afin d’organiser la production et la consommation de produits bio et locaux ».


INTERVIEW - Joël Labbé, sénateur du Morbihan, « Nous sommes déçus par les États généraux de l'alimentation »

Rencontré en marge des Assises de la transition alimentaire, Joël Labbé, sénateur écologiste du Morbihan, évoque avec nous le bilan mitigé des États généraux de l’alimentation. Et la promotion du bio et local dans la restauration collective.


"Se nourrir demain"

Pour ouvrir les assises, vendredi 13 avril, à l’UBS, à Lorient, Claude Gruffat, président de Biocoop, a tenu la conférence « Se nourrir demain ». Il y a défendu une agriculture bio à taille humaine et de proximité, seule, selon lui, capable d’assurer une alimentation saine au consommateur et un revenu décent pour les producteurs. Une interview est à retrouver sur le site de la Biocoop Les 7 épis.

Occitanie : Retour sur les Rencontres Territoriales alimentation en Hérault

Créé le : 20/07/2018
Rencontres territoriales sur l'alimentation à Montpellier juillet 2018- crédit Célia Pousset

« Nos emplettes sont nos emplois », a soutenu le vice-président du Conseil régional d'Occitanie en charge de l’agroalimentaire et de la viticulture, Jean-Louis Cazaubon, le 13 juillet dernier lors des rencontres territoriales sur l’alimentation tenues à Montpellier (34). 

C’est au lycée hôtelier Georges Frêche que des  citoyens de l’Hérault sont venus prendre part à la réflexion menée par la Région sur l’alimentation, décrétée « grande cause 2018 ». Rassemblés autour de grandes tables thématiques (Santé, gastronomie, précarité, agriculture…), les participants ont eu pour tâche d’identifier des solutions pour faire de l’Occitanie une terre où l’on mange mieux et local.

"Former les consommateurs de demain"

Circuits courts dans les cantines, sensibilisation dans les écoles, « Macdo occitan », légumes dans les parterres publics… Toutes les options, même les plus folles, ont été évoquées lors de cette soirée. Et Jean-Louis Cazaubon de réaffirmer : « Nous vous consultons, nous vous écouterons ! » Il a notamment insisté sur le volet de la restauration collective des établissements scolaires : « On forme les consommateurs de demain ».

Jean-Louis Cazaubon- Vice-président du conseil régional de l'Occitanie en charge de l'agroalimentaire- crédit CP

Actuellement, l’agriculture bio, raisonnée ou en circuit court représente 25 % des assiettes des collégiens de la région. Notons par ailleurs que la région est la première française pour la production de bio. Le vice-président en charge de l’agroalimentaire dit vouloir aller plus loin. L’objectif est de mieux intégrer dans la boucle les producteurs occitans. Ces derniers affichent des revenus 37% moins élevés que la moyenne nationale .

Plus d'infos :  www.laregion.fr/monalimentation

Chrysalide 2017 (Pernes-les Fontaines/84) : Des solutions pour se nourrir autrement

Créé le : 29/05/2017

« Produire et se nourrir autrement ». C'est la thématique de l'édition 2017 de Chrysalide, fête de la transition de Pernes-les-Fontaines (84). Organisé par l'association À Portée demain, l’événement aura lieu les 3 et 4 juin prochain. 

Produire autrement pour manger mieux

Au programme : plus de 60 exposants (producteurs et commerces bio, associations, structures de l'économie sociale et solidaire...), des ateliers, des conférences et des animations pour les enfants. Le tout centré sur l'alimentation et l'agriculture éco-responsables. Des projections de films suivies de débats sont également prévus (La guerre de graines, L'éveil de la Permaculture). De quoi faire le plein d'idées et de solutions concrètes pour manger mieux, dans le respect de l'homme et de la nature.

Toutes les infos sur le programme disponibles sur la page facebook de l'événement.  

Réseau Filière paysanne : « Organiser la transition alimentaire des territoires »

Créé le : 20/09/2016
Les "épiceries paysannes de quartier" sont des commerces bio et locavore de proximité. Crédit : Filière paysanne

Promouvoir une agriculture et une alimentation bio et locale dans les Bouches-du Rhône et plus largement, en Paca : tel est l'objet du réseau « Fillière Paysanne ». Ce collectif a notamment créé des « épiceries paysannes de quartier » à Marseille et à Aix. Nous avons covoituré avec Jean-Christophe Robert, représentant de l'association, pour nous rendre au forum « Manger bio local » de Carpentras, le week-end dernier. Interview.

 

Plus d'infos :

filiere-paysanne.blogspot.fr

Albi en route vers l'autosuffisance alimentaire ?

Créé le : 28/06/2016
Crédit photo : Pixabay

Permettre à tous ses habitants de se nourrir avec des produits locaux : tel est le défi que s'est lancé la Ville d'Albi. La municipalité souhaite que les denrées produites dans un rayon de 60 km puissent répondre aux besoins de la population d'ici 2020. Une première en France pour une ville de cette taille (51 000 habitants). Échange avec Jean-Michel Bouat, adjoint écolo-centriste en charge du dossier.

 

La ville d'Albi s'est engagé à atteindre l'autosuffisance alimentaire d'ici 2020, d'où est venue cette volonté?

D'une observation : chaque année, la file d'attente se rallonge devant les Restos du Cœur. A côté de ça, il y a partout des pelouses inutiles. Alors nous avons voulu développer l'agriculture urbaine, pour replacer la proximité au cœur des préoccupations de tous.
Nous avons de la chance de vivre dans un département agricole, où, à part les produits exotiques comme les bananes ou le café, la production est supérieure à la consommation. Nous avions en plus à disposition une friche de 73ha où cinq producteurs ont déjà pu s'installer.
En déléguant la gestion de notre nourriture à l'industrie, on a perdu la notion de son coût réel et de ses enjeux. En s'y reconnectant, on relocalise naturellement. Jusqu'en 1967, il y avait un marché de gros à Albi qui a été déplacé à Toulouse. Nos produits font donc l'aller-retour, ce qui rajoute déjà deux intermédiaires et incite le producteur à baisser ses prix. C'est ce système que nous remettons en cause.

 

Suivez-vous une feuille de route pour mener à bien ce projet ?

Dans un premier temps, nous avons réalisé un travail collaboratif avec la chambre d'agriculture en nous concentrant sur la production, le nombre d'hectares disponibles et d'agriculteurs. Dans ce contexte, nous avons réalisé un plan agricole de la commune. Celui-ci a mis en évidence que nous disposions de 1200ha de terres agricoles sur un espace total de 4 400, ce qui montre un grand potentiel. Nous n'avons pas encore réalisé d'enquête focalisée sur les consommateurs mais c'est en préparation. Nous voulions privilégier l'expérimentation, en nous axant sur le ressenti et l'expérience plutôt que des études théoriques coûteuses. J'ai vu trop de projets s'arrêter à la phase des études théoriques.

Nous nous appuyons aussi sur le partenariat noué depuis 2013 avec les Incroyables Comestibles. Ce sont eux qui sont d'abord venus vers nous pour voir ce qu'il était possible de faire à Albi. Après les municipales de 2014, nous avons donc créé une délégation à l'agriculture urbaine pour laquelle le milieu associatif, dont Incroyables Comestibles, joue le rôle de relais auprès de la population. Ce projet est au croisement des chemins entre diverses structures (associatives, agents techniques...) qui apprennent à collaborer autrement avec les citoyens voulant devenir acteurs de la ville. L'objectif, c'est de ne pas réduire l'initiative à un objectif municipal mais permettre de l'adapter à d'autres territoires.

 

Quels sont les problèmes qui restent à surmonter ? Et les premières réussites ?

Jusqu'ici, la production et la commercialisation ne sont pas des problèmes, ce sont davantage le stockage ou la transformation qui sont délicats. Avant, les villes étaient des greniers, mais avec notre production linéaire, nous avons perdu cet usage. Le retour à la saisonnalité et aux pics de production bouleverse notre ordre des choses. Nous essayons de gérer cela avec notre cuisine centrale, en rachetant et transformant lors des pics, mais c'est encore à perfectionner.

Le rythme de rachat du foncier est aussi problématique, nous avons trop de demandes ! On retrouve le côté « vocationnel » de l'agriculture, sa noblesse avec le circuit court. Et l'agriculture urbaine permet aux paysans de rester connectés à la ville, ce qui rend le métier plus attractif. Mais le changement de paradigme demeure compliqué pour les agriculteurs conventionnels.

 

Amaëlle Olivier

Plus d'infos :

www.incroyablescomestiblesalbi.blogspot.fr/

www.mairie-albi.fr

Traversée, sur Radio Occitanie : "L'accessibilité à des produits sains n'est réservée qu'à une minorité"

Créé le : 27/06/2016

 

Le magazine Sans Transition est partenaire de l'émission Traversée, sur Radio Occitanie 98.3 le jeudi de 17h à 18h.  
"Une émission sans ogm, produite et animée par Christian Moretto, qui offre une grande place à l’écologie, à la littérature, aux alternatives" sur les territoires.
L'émission se concentrait sur les liens entre alimentation et santé, parlant notamment des systèmes alimentaires alternatifs, par exemple les Jardins de Cocagne.
A ce sujet, un article sur les jardins du Girou, par Christian Moretto, à paraître dans le prochain magazine qui sortira début juillet.

Plus d'infos

www.radio-occitania.com/

Le potager de mon grand-père

Créé le : 23/06/2016

Les racines, ça se transmet !

Après avoir perdu sa femme, le grand-père de Martin Esposito se met à cultiver son potager. Venu se ressourcer, Martin va le filmer au quotidien, d’où le récent documentaire, Le Potager de mon grand-père.

 

 

Ce documentaire propose de redécouvrir l’agriculture à une petite échelle. L’histoire du grand-père filmé par le petit-fils permet de montrer une histoire de transmission intergénérationnelle. Martin Esposito apprend à cultiver à la manière de son grand-père, qui l’avait lui-même appris de son grand-père. L’aïeul lui transmettra ainsi son savoir, un peu de leurs racines et les secrets de ce potager. Issu de cette génération fast-food, Martin prendra conscience de la valeur de ce précieux héritage. Tomates et courgettes sont au rendez-vous, avec une superbe image qui prend le temps de se poser.

Car prendre le temps de se poser est aussi un des thèmes de ce film réalisé au fil des saisons. A l’heure où tout va trop vite, le retour à la terre, au jardinage et à l’agriculture est un moyen de se ressourcer. Auprès de son grand-père et de son potager, Martin retourne aux sources d’une histoire d’amour familiale, de transmission et de mémoire.

Le Potager de mon grand-père, un film de Martin Esposito, sortie le 20 avril 2016.

 

Plus d’infos sur :

www.destinydistribution.com/

 

 

 

"La question n'est plus de savoir si les pesticides sont dangereux mais comment en utiliser moins"

Créé le : 22/06/2016

Générations Futures, et son porte-parole François Veillerette, se battent depuis 20 ans contre les pesticides et leurs effets nocifs. Récemment, c'est contre les néonicotinoides, les fameux « tueurs d'abeilles » que s'est mobilisée l'association, recueillant près de 670 000 signatures sur une pétition remise le 16 juin à Ségolène Royal, la ministre de l'Ecologie. Le lendemain, François Veillerette participait avec nous à une conférence intitulée : « Pesticides, s’informer pour agir au bénéfice des générations futures ! ».

Retrouvez l'intégralité de cette conférence audio, ainsi que le débat avec François Veillerette et Denis Lairon, chercheur à l'Inserm, autour des pesticides et de l'alimentation bio.

 

"La question n'est plus de savoir si les pesticides sont dangereux mais comment en utiliser moins"

Créé le : 22/06/2016
Les participants de cette journée Excellence Bio, réunis. Crédit photo : Amaëlle Olivier

Le 17 juin, Provence Durable animait la journée Excellence Bio, à laquelle une centaine de personnes ont participé, en partenariat avec Aval Bio PACA et la ville de Manosque. Pour l'occasion, François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, donnait une conférence sur les pesticides. Une Table ronde avec Denis Lairon, directeur de recherche à l'Inserm et auteur du livre Manger bio c'est mieux, poursuivait la réflexion.

 

A l'honneur en ce 17 juin : réfléchir à « la vraie bio, celle qui va plus loin que le "SMIC" du label ». C'est ainsi que Luc Ronfard, président d'Aval Bio PACA a introduit cette journée de débats à Manosque, face à une centaine de participants venus assister à la conférence de François Veillerette, porte-parole de l'association Générations Futures. Il milite depuis de nombreuses années pour la fin des pesticides. D'emblée, ce dernier rappelle que la France est tout de même "le deuxième consommateur mondial de pesticides, juste derrière l'Espagne !", avant de mettre l'accent, tout au long de son intervention, sur l'épineuse question des perturbateurs endocriniens, dont font partie les pesticides. Pour mémoire, les perturbateurs endocriniens sont des molécules qui miment, bloquent ou modifient l'action d'une hormone et perturbent le fonctionnement d'un organisme. "Ces substances sont encore plus dangereuses quand ce sont des jeunes enfants ou des fœtus qui y sont exposés", souligne François Veillerette en citant de nombreuses études. Des mesures ont donc été prises pour limiter l'exposition près des lieux sensibles, comme les écoles. Mais le porte-parole de Générations Futures explique, chiffre à l'appui : "Les femmes enceintes, particulièrement exposées, elles ne vivent pas à l'école, elles sont à la maison, dans la rue, elles vivent leur vie. Qu'est-ce qui les protègent alors des pesticides et autres perturbateurs endocriniens ?". Ceux-ci exposent tout de même à des problèmes de fertilité, d'obésité et de maladies neuro-dégénératives !

 

 

 

 

 

 

 

« Que mangent nos enfants ? »

Après une bonne demi-heure de démonstration sur la nocivité des pesticides, François Veillerette s'interroge. "A mon sens, désormais la question n'est plus de savoir s'ils sont dangeureux, mais comment en utiliser moins", insiste-t-il. "Car dans une journée, on ingère en moyenne 36 pesticides", poursuit François Veillerette, dans la deuxième partie de cette journée, lors du débat animé par Provence Durable et auquel participait également Denis Lairon, directeur de recherche à l'Inserm et auteur du livre Manger bio c'est mieux.

"L'Inserm a publié en 2013 un bilan des études internationales sur le lien entre l’exposition aux pesticides et les risques pour la santé, souligne Denis Lairon. Chez l'homme, il y a d'ores et déjà un consensus international sur la très haute association entre exposition aux pesticides et développement de certaines maladies (dont plusieurs cancers, l'obésité, le diabète de type 2, les allergies...). C'est aussi le cas chez les enfants. Les résidus de produits de traitement se retrouvent dans 45 % des produits habituellement consommés (rapport Efsa- 2010), dont 50 % environ sur les fruits et légumes. Pour être en bonne santé, poursuit le chercheur, il est important de privilégier des aliments ayant une bonne densité nutritionnelle, surtout chez l'enfant, pour générer suffisamment d'énergie sans prise de poids, tout en offrant les apports en nutriments essentiels. Or, de nombreuses études internationales montrent que les teneurs en magnésium, en vitamine C, en anti-antioxydants, en acides gras polyinsaturés (oméga 3), sont supérieures dans les aliments bio..." Autant de raisons de privilégier l'alimentation Bio !

 

 

 

Le Prix de l'Excellence Bio

 

Luc Ronfard, président du réseau régional des entreprises bio Aval Bio PACA, a également remis le trophée Excellence Bio. Pour la première année, ce prix décerne l'excellence à une entreprise engagée dans une démarche biologique de longue date. Pour cette première édition,c'est l'entreprise Bleu-vert, spécialisé en cosmétiques bio, qui a été récompensée « pour la qualité de sa démarche globale en faveur de la bio et de la responsabilité sociale et environnementale ». Saveurs des truques, basée à Forcalquier, étaient finalistes, en reconnaissance également de la qualité de leur travail.

 

Retrouvez ici le contenu de la conférence de François Veillerette ainsi que celui de la Table Ronde avec Denis Lairon

Vous pourrez retrouver dans les prochains jours les interviews des deux lauréats sur le site de Sans Transition !

 

 

Plus d'infos :

www.generations-futures.fr/

www.avalbiopaca.com/

www.boutiquebleuvert.fr/

www.saveursdestruques.com/

 

La fin du glyphosate ?

Créé le : 07/06/2016
© Pixabay

La Commission européenne proposait aujourd’hui aux Etats membres une prolongation de l’autorisation du glyphosate pour une période de 12 à 18 mois. Aucune majorité qualifiée n’a été obtenue. Ce laps de temps supplémentaire devait permettre à l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) de remettre un avis scientifique. La France s’était engagée à voter contre le glyphosate et s’est finalement abstenue. Pour foodwatch, Générations Futures et la Ligue contre le cancer, ce feuilleton à rebondissements doit cesser. La parole à ses trois acteurs qui considèrent que l’autorisation du glyphosate ne doit pas être renouvelée puisqu’il est considéré comme probablement cancérogène pour l’homme par le Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

« Le doute s’est enfin immiscé parmi les Etats membres qui ne sont pas parvenus aujourd’hui à une majorité qualifiée sur la prolongation du glyphosate en Europe, même pour quelques mois. Pour foodwatch, la Ligue contre le cancer et Générations Futures : « C’est un bon signe. Mais contenu des menaces pour la santé,  il ne s’agit plus de tergiverser. Il faut protéger la santé des citoyens et appliquer strictement le principe de précaution inscrit dans nos textes européens et donc ne pas renouveler l’autorisation ». Les trois organisations s’inquiètent de l’abstention de la France alors même que Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, s’était récemment engagée à voter « non ». Sept Etats membres se seraient abstenus aujourd’hui : la France, l’Allemagne, l’Italie, la Grèce, le Luxembourg, l’Autriche et le Portugal. Malte serait le seul pays à s’y être clairement opposé, tandis que tous les autres auraient voté favorablement. Le Commissaire européen, visé par une pétition des trois organisations qui a déjà rassemblé près de 155.000 signatures, devrait communiquer sur les prochaines étapes du processus dès demain. En l’absence de décision claire de la part des Etats membres, c’est vraisemblablement un comité d’appel présidé par la Commission qui tranchera d’ici le 20 juin. Alors que les lobbies de l’industrie chimique se lamentent de la politisation du débat, la Commission joue la montre en se réfugiant derrière un avis de l’ECHA. Pour foodwatch, Générations Futures et la Ligue contre le cancer, l’exécutif européen devrait tirer les conclusions de cette impossibilité de parvenir à une majorité qualifiée. Rappelons que l’autorisation du glyphosate, principale substance active déclarée du Roundup de Monsanto, expire le 30 juin prochain. Le glyphosate est le pesticide le plus vendu au monde. »

 

 « Pesticides, s’informer pour agir au bénéfice des générations futures »

Le 17 juin prochain, se tiendra la conférence « Pesticides, s’informer pour agir au bénéfice des générations futures » lors des rencontres Bio en Provence, à Manosque. Cet événement est co-organisé par Provence Durable magazine. Le Dr Denis Lairon, chercheur à l'Inserm, sera également présent pour la Table Ronde : " Que mangent nos enfants ? ". En partenariat avec Aval Bio PACA, association qui fédère les entreprises d’agricultures biologiques, la conférence sera animée par François Veillerette. Il est le porte-parole de l’association Générations Futures et ancien président de Greenpeace France.

 

Plus d’infos :

www.generations-futures.fr/

http://bit.ly/1QJ8ALg

http://bit.ly/1WDPb5u

Pages

Partager

S'abonner à alimentation