[ROB HOPKINS ] « Soyons audacieux, courageux, imaginatifs ! »

Créé le : 10/03/2020
rob hopkins

Photos : Crédit Isabelle Simon

Propos recueillis par Julien Dezécot

Rob Hopkins, le fondateur du mouvement mondial des villes en Transition, nous a accordé une interview exclusive, à l'occasion de sa tournée française organisée par notre revue. En pleines municipales, ses propos inspirants donnent l'énergie collective pour une véritable transition écologique et sociale.

 

De nombreuses listes « citoyennes » se sont constituées lors des dernières élections municipales, avec comme objectif commun, la transition écologique et sociale dans les communes. Quel regard portez-vous sur cette dynamique ?

Je pense en effet que nous devons retirer le pouvoir aux seuls grands partis politiques, pour le donner aux citoyens qui souhaitent mettre en œuvre la transition. Je trouve formidable ces dynamiques collectives qui rassemblent des gens susceptibles d’accélérer le processus de transition. Tout ce que l'on peut faire pour démanteler le vieux paradigme politique de ces partis qui manquent ô combien d'imagination, eh bien j’en suis partisan !

Car nous vivons un moment historique. Le moment est venu d'être audacieux, courageux, imaginatifs. L'essayiste Naomi Klein a même déclaré : « Il ne reste plus de solutions qui ne soient pas radicales ».

Face à l'urgence climatique, il nous faut des gens qui affirment : « Nous allons changer tout le système alimentaire. On va se débarrasser des voitures qui polluent... » Le moment est venu. Le temps des petits pas, c'est fini ! J'espère que ces listes citoyennes vont permettre à des gens particulièrement imaginatifs de tout reconstruire.

Pouvez-vous nous donner des exemples éclairants de projets de transition urbains que vous soutenez ?

À Totnes en Angleterre (la ville où vit Rob Hopkins, ndlr), nous avons un projet qui s'appelle Atmos Totnes. Il s’agit d’une communauté citoyenne qui est devenue promoteur immobilier. Objectifs : créer des logements et de nouveaux espaces publics qui appartiennent à la communauté. C'est un très beau projet, particulièrement inspirant et qui mériterait d'essaimer. L'année dernière, à Mouans-Sartoux près de Nice, j'ai pu également constater à quel point les élus ré-imaginent les choses, tant sur le plan foncier que dans le secteur alimentaire. Dans des métropoles comme Paris ou Lyon, on voit comment des mesures publiques donnent de plus en plus de place aux vélos et réduisent la place des voitures. Ces initiatives de plus en plus nombreuses donnent des clés pour changer dans tous les domaines : énergie, transport, alimentation… Demain, il nous faudra tout faire, en même temps et au même endroit.

Comment intégrer les campagnes à ce projet de transition que vous proposez ?

Il faut relier les villes aux zones rurales. À l'heure actuelle, elles sont souvent disjointes. À liège, en Belgique, les terres agricoles ceinturent la ville. Elles font le lien entre les territoires, pour les connecter aux campagnes et nourrir les villes. Il faut repeupler les zones rurales, lancer des entreprises dans ces territoires parfois délaissés du fait du manque de liaison économique avec la ville. Nous pouvons rebâtir ces connexions entre tous. L'alimentation saine et locale est une bonne clé d'entrée pour une transition territoriale.

La question démocratique revient souvent dans vos conférences. Comment repenser la gouvernance pour une véritable transition citoyenne ?

Il est essentiel de ré-imaginer la manière dont les décisions sont prises. À Barcelone, par exemple, chaque conseil de quartier peut prendre de réelles décisions. Tous ces conseils alimentent par leurs idées la municipalité. Barcelone est ainsi l'une des villes les plus étonnantes grâce à son pouvoir imaginatif. La démocratie ce n'est pas juste déposer un bulletin dans l'urne, c'est un processus auquel le plus grand nombre doit participer. À Totnes, toujours pour le projet Atmos, qui vise à réhabiliter de vieux bâtiments industriels en espace pour entreprises locales (de boulangerie, brasserie, vente d’alimentation locale, espace de co-working, etc.), plus de 5000 personnes sur les 8500 que compte la cité, ont soutenu ce projet par référendum local ; soir plus de 85 % ! Cette méthode pourrait se déployer davantage en Europe, avec une prise de décision démocratique par les citoyens.

À l'heure du Green New deal européen et face à l'urgence climatique, quel message souhaitez-vous adresser à M. Emmanuel Macron ?

Le Green new deal peut être une excellente chose s'il s'agit vraiment de repenser les activités, les industries, avec les énergies renouvelables à grande échelle, incluant un nouveau système alimentaire sain et local, tout en déclarant la guerre au dérèglement climatique. Car c'est ainsi que nous allons créer des emplois partout en faveur de la transition.
Quant au Président Macron, je lui pose la question : Et si, dans toutes les activités, ses décisions, ainsi que celles du gouvernement, il prenait véritablement en compte - comme un fil rouge- l'urgence climatique ? Je vois en France de nombreuses énergies qui s'éveillent pour repenser les structures du pays, une énergie en pleine ébullition. En même temps, les Français semblent très insatisfaits de cette hiérarchie rigide, qui fait encore obstacle aux mesures de justice qu'il faut prendre. Il faut s'ouvrir aux pensées des gens, ne pas se fermer et décider seul. C'est un moment historique. Et vous avez un rôle majeur à jouer M. le président, notamment en écoutant les autres !

Plus vidéo : Retrouvez sur notre site web sans-transition-magazine.info, l'interview vidéo avec Rob Hopkins, réalisée en février à l'occasion de sa venue en France qui a rassemblé plus de 3000 personnes à l'invitation de Sans transition !

Pour nos abonnés, le PODCAST de la conférence disponible également en ligne.

À lire : Et si..., Rob Hopkins, Actes Sud, avril 2020

Plus d’infos : www.robhopkins.net

Partager