PRÉSIDENTIELLE : LES ENTREPRENEURS SOCIAUX FONT DES PROPOSITIONS AUX CANDIDATS

Créé le : 21/04/2017
Crédits : Elodie Quatresous

Par Gaëlle Rony

Le 9 mars dernier, le Mouves (Mouvement des entrepreneurs sociaux) présentait aux candidats des propositions pour promouvoir l'ESS. Retour sur la table-ronde.

« Créer un poste en insertion comme le fait Acta Vista (association spécialisée dans l’insertion et la formation professionnelles par des chantiers de restauration de monuments historiques, NDLR) permet d’éviter des coûts et fait gagner à la société entre 6 800 à 10 000€. Les entrepreneurs sociaux ont donc des propositions concrètes à vous faire pour réconcilier performance économique, justice sociale et protection environnementale. » Le 9 mars dernier, Jonathan Jérémiasz, président du Mouves, a introduit les idées phares de ce mouvement d’entrepreneurs sociaux devant les porte-paroles de quatre candidats à l’élection présidentielle (B. Hamon, E. Macron, F. Fillon, J.-L. Mélenchon). 

1 milliard d'euros sur 5 ans 

La première d’entre elles consiste à injecter 1 milliard d’euros sur 5 ans pour des projets à fort impact social quand ils démarrent, autrement dit, durant une phase délicate et fertile en innovation. Ce fonds pourrait être financé par des Fonds en déshérence gérés par la Caisse des dépôts. Ensuite, pour les territoires où les idées existent sans pour autant aboutir – comme souvent dans le milieu rural –, le Mouves veut lancer « un dispositif catalysateur » étalé sur 2 ans. Il inclut des ateliers de créativité croisant les différents types d'acteurs locaux et un accompagnement pour accélérer la concrétisation de projets. Troisième proposition : les pouvoirs publics devraient intégrer des clauses sociales et environnementales à leurs commandes, par exemple lors d’un appel d’offres pour un marché public. L’ESS augmenterait ainsi rapidement son chiffre d’affaires et les grandes entreprises seraient contraintes de renforcer leur politique de RSE. La dernière mesure proposée par le Mouves est plus technique mais néanmoins indispensable : elle vise à revoir le dispositif fiscal et juridique actuel qui oppose encore organisme d’intérêt général et logique entrepreneuriale, fut-elle à impact social.

Plus d'infos : www.mouves.org

Partager