René Louail (EELV) : « L'agroalimentaire et l'agriculture industrielle vont piloter la politique environnementale bretonne »

Créé le : 13/01/2016

En Bretagne, le PS et la liste d'union des écologistes n'ont pas réussi à s'entendre entre les deux tours des élections régionales. Plus aucun élu écologiste ne siège à l'assemblée régionale. René Louail, tête de liste EELV-Bretagne Ecologie aux dernières élections, a de la rancœur envers Jean-Yves Le Drian. Mais il regarde vers l'avenir.

ST : Votre liste a atteint le score de 6,7% des voix au premier tour des dernières régionales. En 2010, vous faisiez 12,21% au premier tour et 17,37 au second. Comment expliquez-vous cette perte d'une bonne partie de votre électorat ?

RL :Nous avions pour ce scrutin une liste des écologistes réunis, mais pas d'union avec les régionalistes. En 2010, nous étions dans une autre dynamique et EELV avait le vent dans le dos. En 2015, la campagne et les débats n'ont pas eu lieu. Jean-Yves Le Drian a instrumentalisé la situation nationale et internationale pour éviter de parler de la situation bretonne. Nous n'avons jamais débattu avec lui sur les compétences de la région et de son bilan. Nous étions l'une des rares listes qui avaient un programme. Nous aurions aimé le partager. Nous avons tout de même fait un meilleur score que dans la plupart des autres régions. Mais il n'est pas suffisant. La montée de l'extrême droite a pris une telle place que l'environnement est passé au second plan. Alors que nous étions en pleine Cop21...

ST : Vous n'avez pas réussi à trouver d'accord avec J-Y Le Drian dans l'entre-deux-tours. Pourquoi ?

RL : En réalité, cela fait plusieurs mois que J-Y Le Drian a décidé de ne pas s'allier aux écologistes. Cela remonte au moment où Olivier Alain, président de la Chambre d'agriculture des Côtes-d'Armor, a rejoint sa liste. Olivier Alain a dit à Le Drian qui le rallierait uniquement s'il n'y avait pas d'alliance avec les écologistes au second tour. Le Drian nous a fait croire qu'il allait négocier alors que la décision était prise depuis longtemps ! La petite phrase lâchée par Le Drian lors du débat d'entre deux tour, « un peu ça va, beaucoup c'est trop » à propos des écologistes fait penser à la phrase de Sarkozy « l'environnement ça suffit ». Je crains que Le Drian ne soit demain l'allié de Bruno Retailleau, le président très à droite, des Pays-de-la-Loire. Notamment concernant l'évacuation de la Zad de Notre-Dame-des-Landes.

ST : Aucun élu écologiste ne siège donc au sein du conseil régional. Comment EELV Bretagne souhaite-t-il donner suite à son combat politique dans ce contexte ?

RL : Les 80 000 bretonnes et bretons qui ont voté pour notre liste ne sont en effet pas représentés au sein d'un Conseil régional soit-disant de gauche. L'agroalimentaire et l'agriculture industrielle vont piloter la politique environnementale bretonne. Ce qui est très grave. Le Drian a une responsabilité importante dans ce dossier. C'est l'homme des lobbies agro-industriels. Je ne lui fais pas confiance sur la question de l'environnement. Nous n'avons plus d'élus. Mais le combat écologiste continue. Notamment au travers des associations et des syndicats. Nous allons continuer à agir. Et nous serons à nouveau candidats pour la prochaine échéance électorale.

Plus d'infos :

www.bretagne.eelv.fr

Photo © DR

 

Tags: 

Partager