[L'HUMOEUR DE MARGUERITE] Proposition de loi sur les armes à feu

Publié le jeu 09/06/2022 - 09:00

Une fois par mois, Sans transition! publie une chronique : "L'humoeur de Marguerite". Ce mois-ci, Marguerite s'essaie à la politique et se fait députée, engagée contre la banalisation des armes à feu. Proposition de loi !

 

 

 

ASSEMBLÉE NATIONALE

PROPOSITION DE LOI

portant une disposition tendant à la débanalisation des armes à feu en les interdisant sur les affiches présentes sur la voie publique et dans les lieux fréquentés par le public.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Récemment élue députée, je suis fière de porter devant vous cette proposition de loi, ma première.

L’idée de cette proposition de loi m’a été donnée par ma fille, elle aussi ma première, âgée de 4 ans. Permettez-moi de vous relater un échange que j’ai eu il y a peu de temps avec elle. Nous étions en voiture, moi au volant, elle dans son siège enfant à l’arrière, le contraire étant bien entendu impensable. Au feu rouge, elle me demande :

  • Maman, qu’est-ce qu’ils ont dans la main, les « monsieurs » sur l’affiche ? 

  • Un pistolet, ma chérie.

  • Et à quoi ça sert ?

  • À tuer des gens.

  • Ils sont méchants, les « monsieurs » ?

  • Non, ce sont des comédiens. Ils sont gentils.

  • Alors pourquoi ils ont un pistolet ?

  • Pour tuer les méchants au cinéma. Ils font semblant.

  • Et pourquoi toi, t’as pas de pistolet pour tuer les méchants, maman ?

  • Je ne travaille pas au cinéma, ma chérie. Et même si je travaillais au cinéma, je ne travaillerais certainement pas dans les films d’action américains comme celui-là.

Mesdames et Messieurs les députés, les armes à feu sont omniprésentes dans notre quotidien, par le truchement d’affiches de cinéma et d’affiches de publicité pour des jeux vidéo, que ce soit dans la rue, sur les flancs et à l’arrière des autobus, dans le métro, à Paris, en province, en ville, à la campagne, dans les DOM-TOM, en métropole, à la mer et à la montagne, dans les quartiers aisés ou dans les banlieues difficiles. Les enfants, les adolescents, les personnes en recherche d’emploi, les gens en colère, les esprits fragiles, tout le monde les voit tous les jours. Seules les personnes non-voyantes sont épargnées. Elles impriment leur marque dans l’inconscient individuel et collectif.

Contrairement à d’autres pays, la France, vous le savez, n’autorise pas le port d’armes.

Régulièrement, l’actualité nous rappelle que les armes à feu constituent un fléau social et qu’elles gangrènent notamment la société américaine. Pour des raisons devenues anachroniques, les armes à feu sont un droit constitutionnel aux États-Unis et elles sont ancrées dans la culture américaine. Or nous savons que la culture américaine s’exporte, pour le meilleur et pour le pire, notamment par le vecteur important que représente le cinéma.

Dans notre pays, il faut donc débanaliser les armes à feu en cessant de valoriser ceux qui les utilisent, ne serait-ce qu’au cinéma ou dans les jeux vidéo. Il faut donc commencer par les interdire sur les affiches.

Cela ne nuirait pas au cinéma français. Au contraire.

Il s’agirait d’une mesure consensuelle de prévention, facile à mettre en œuvre, dont la France s’honorerait. Certes, elle serait loin d’être suffisante, mais elle serait utile.

Voici donc la proposition de loi que je soumets à votre sagesse :

Article 1er (le seul)

Aucune affiche de publicité sur la voie publique ou dans un lieu fréquenté par le public ne pourra comporter d’arme à feu, de quelque calibre que ce soit, qu’il s’agisse d’une arme existante ou non. Cette mesure concerne les affiches de toutes dimensions, quel qu’en soit le support (papier ou numérique).