Notre Dame des Landes

[Communiqué] - La réaction de France Nature Environnement sur les expulsions à Notre-Dame-des-Landes

Créé le : 10/04/2018

Par France Nature Environnment 

France Nature Environnement et ses associations membres des Pays de Loire et Bretagne dénoncent une opération de manipulation médiatique qui fragilise le dialogue engagé avec l’ensemble des acteurs locaux autour du projet de territoire.

L'intervention en cours à Notre-Dame-des-Landes, à l'initiative de l'Etat, risque de compliquer la recherche de solutions pérennes, respectant le droit. Elle se déroule sous le signe prioritaire de la communication, et ne s'imposait pas dans ces délais ni sous cette forme. Alors que le dialogue commençait à bien s’enclencher entre toutes les parties, il n’y avait aucune urgence à une intervention au nom d’un soi-disant « État de droit ». Cette analyse a été transmise vendredi dernier par le président de France Nature Environnement à plusieurs membres du gouvernement, au Premier Ministre et au Président de la République. France Nature Environnement n’a pas été entendue et est aujourd’hui très inquiète.

France Nature Environnement appelle à sortir de la spirale de l'affrontement, à refuser toute provocation à la violence et à recréer au plus vite les conditions d'un dialogue respectueux entre les parties prenantes, seule voie efficace de construction de l'avenir.

Mais dans les conditions présentes, comment la fédération et les associations locales membres (France Nature Environnement Pays de la Loire, Bretagne-Vivante, la coordination régionale LPO Pays de Loire, Eau et Rivière de Bretagne…), vont-elles pouvoir continuer à apporter des propositions ?

France Nature Environnement rappelle son soutien à la construction d'un projet de territoire impliquant tous les acteurs locaux, à la fois respectueux du droit et incluant des formes innovantes d'occupation de ce territoire, associant des pratiques agroécologiques à la préservation d'écosystèmes précieux et d'une biodiversité très riche.

France Nature Environnement est la fédération française des associations de protection de la nature et de l´environnement. C´est la porte-parole d´un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 74 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer. France Nature Environnement, partout où la nature a besoin de nous. www.fne.asso.fr

Loïc Marion : « Notre-Dame-des-Landes, c'est la double peine pour l'environnement »

Créé le : 16/09/2016
Crédit : FD / LMDP

Aigrette, grand cormoran, passereau ou encore canard. Le lac de Grand-Lieu (44) abrite une remarquable diversité d'oiseaux d'eau. Des animaux qui pourraient être fortement dérangés par les avions qui décollent et atterrissent sur la piste de Nantes-Atlantique, située à proximité du lac. C'est en tout cas l'un des arguments développés par les partisans du projet de Notre-Dame-des-Landes pour justifier le déménagement de l'actuel aéroport. Loïc Marion, chercheur en écologie au CNRS, spécialiste du Lac de Grand-Lieu et membre du collectif d'opposants à NDDL « Les Naturalistes en lutte », n'est pas de cet avis. Il a d'ailleurs écrit au Premier ministre pour lui faire part de son point de vue sur le sujet. Interview. 

Retrouvez notre dossier sur les coûts environnementaux, sociaux et économiques dans le n°1 de Sans Transition

 

Les oiseaux qui viennent nicher au lac de Grand-Lieu sont ils gênés par l'aéroport de Nantes-Atlantique ?

La piste de Nantes-Atlantique est orientée vers l'Est du lac. Les avions ne survolent que partiellement la rive Est. Le milieu n'est pas impacté, notamment parce que les appareils volent suffisamment haut. Bien-sûr, lorsqu'ils se posent, leur hauteur décline progressivement. Mais la piste est à trois kilomètres du lac, et les oiseaux ne sont pas dérangés.

Les animaux se sont habitués à cette présence puisque l'aérodrome existe depuis 1920. Cela ne les a jamais empêchés de venir se reproduire à Grand-Lieu. La seule fois où j'ai pu constater une gène des oiseaux à cause des activités aéronautiques, c'était pendant un week-end durant lequel furent organisés des baptêmes de l'air.  

Le lac fait t-il l'objet d'une protection particulière ? 

Le lac est protégé par une réserve naturelle de 2700 hectares. La superficie du lac en été est de 4000 hectares et de 6500 en hiver. La totalité de ce périmètre d'hiver fait est concerné par un classement qui interdit toutes constructions sur 7500 hectares. De plus, la rive la plus proche de l'aéroport est elle concernée par un périmètre de protection anti-bruit qui interdit aussi d'y édifier des bâtiments. Or, si l'aéroport venait à déménager, ce périmètre situé entre le lac et la piste deviendrait constructible et l'urbanisation pourrait menacer les milieux naturels de Grand-Lieu.  

Les partisans du projet, et notamment Manuel Valls continuent pourtant d'invoquer des raisons environnementales pour justifier le déménagement de Nantes-Atlantique...

Oui, et c'est un sacré paradoxe ! Par ailleurs, les élus locaux de Grand-Lieu et Bouaye (communes voisines du lac, ndlr) ne rêvent que de voir disparaître les contraintes environnementales pour pouvoir construire. Et c'est la même chose pour Nantes Métropole. C'est d'ailleurs le principal argument de Jean-Marc Ayrault qui répète à l'envie que la zone fait face à des problèmes de bruit et de saturation urbaine.

En réalité, déménager l'aéroport actuel à Notre-Dame-Des-Landes, c'est la double peine pour l'environnement. On sacrifierait le lac de Grand-Lieu à l'urbanisation et la zone humide de Notre-Dame, que l'on a longtemps sous-estimé mais qui se révèle être un milieu très riche. Et là, les pistes seraient construites sur la zone humide elle-même, alors qu'aujourd'hui la piste n'empiète pas sur le lac de Grand-Lieu !

Plus d'infos :

naturalistesenlutte.wordpress.com

NDDL : des expulsions qui annonceraient le pire

Créé le : 11/01/2016

Par France Nature EnvironnementBretagne VivanteLPOMayenne Nature EnvironnementSOS Loire Vivante 

Le jugement portant sur les arrêtés d’expulsion des occupants du site de Notre Dame des Landes devrait être rendu le 13 janvier. Aussi des expulsions pourraient intervenir dès le 14. La manifestation pacifique du samedi 9 janvier, que nous soutenons, tient à dénoncer tant la méthode que le projet de nouvel aéroport lui-même.

Un projet déloyal et illégal

Le 12 décembre 2015, François Hollande déclarait au Bourget que « la France mettra tout en œuvre non seulement pour appliquer l’Accord » de la COP 21, « mais pour accélérer le mouvement ». Moins d’un mois plus tard, c’est à une accélération totalement contradictoire avec cette déclaration que l’on assiste : celle de la réalisation annoncée de l’aéroport nuisible et inutile de Notre-Dame-des-Landes, qui alourdira le bilan carbone de la France ainsi que les impôts locaux des habitants du Grand Ouest pour de nombreuses années.

Le démarrage des travaux de construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes serait, par ailleurs, contradictoire avec l’engagement du Président de la République d’attendre l’épuisement des recours que nous avons lancés devant la Justice contre le projet : le résultat des appels formulés est toujours attendu. Il serait également illégal puisque plusieurs autorisations de destruction d’espèces protégées sont toujours manquantes.

Un projet ruineux

Nous rappelons qu’en plus de présenter un bilan environnemental catastrophique (eau, biodiversité, carbone…), ce nouvel aéroport n’apporterait strictement rien à l’économie, au contraire même  : payé en grande partie par les impôts de chaque citoyen pour un coût nettement supérieur à celui d’un réaménagement de l’aéroport actuel, il comportera une aérogare plus petite que ce dernier, pour faire plus de place aux espaces commerciaux… alors même que le principal argument des soutiens au projet est la saturation de l’aéroport actuel ! De plus, il nécessiterait la construction d’infrastructures d’accès particulièrement coûteuses (pont sur la Loire, nouvelles routes et voies ferrées).

« L’accord de Paris oblige la France à abandonner les réflexes d’aménagement et de mobilité des années 70 et à adopter enfin des politiques fondées sur une analyse sincère des besoins et sur l’optimisation des infrastructures existantes » estime Denez L’Hostis, Président de FNE. « La réalisation du projet de Notre-Dame-des-Landes marquerait l’obstination de la France à ne pas s’engager dans le XXIe siècle, le passé n’est pas un avenir souhaitable ».

Pour mieux comprendre la mobilisation contre ce projet d'aéroport, lire ici le résumé des 8 choses à savoir sur Notre-Dame-des-Landes.

Plus d'infos :

www.fne.asso.fr

Partager

S'abonner à Notre Dame des Landes