humanité

[ LA SÉLECTION DES LIBRAIRES ] L'Humanité en péril, Fred Vargas

Créé le : 23/08/2019

Mais quelle mouche les a piqués ? Interloqués ou révoltés, pragmatiques ou rêveurs, lanceurs d’alerte, poètes ou romanciers, des auteurs, sélectionnés par des libraires qui diffusent Sans transition !, manient la plume et l’encre pour dire leurs convictions en termes d’écologie et d’humanisme. Des mots forts, percutants, qui tantôt interpellent, tantôt bousculent ou touchent, mais qui, jamais, ne laissent indifférents. Dans son dernier numéro, Sans Transition ! vous donne à lire ces extraits, en vous souhaitant un bel été.

L'Humanité en péril, virons de bord, toute !

Fred Vargas

Le mot du libraire

Un livre "coup de poing" sur l’avenir de la Terre et le vivant. Des thèmes aussi divers que la voiture, électrique ou non, la surexploitation des ressources naturelles, la déforestation en pas- sant par l’éolien sont abordés. Fred Vargas donne également des pistes pour améliorer la situation de notre planète. Un ouvrage rageur qui interpelle les consciences !

 
" Mais, hormis notre voix dans l’urne, nous aussi, comme je n’ai eu de cesse de le répéter, nous avons beaucoup à faire et sommes capables de peser lourdement sur l’indispensable chemin à venir. Et je commence par le secteur essentiel, on l’a vu, de l’élevage et de l’agriculture associée, qui ont atteint des proportions démesurées et destructrices. Pour rappel rapide, le couple élevage-agriculture génère 37 % du méthane, 65 % du protoxyde d’azote et 9 % du CO 2 du total des émissions de l’humanité, plus des gaz fluorés utilisés pour la chaîne du froid. Il est aussi le plus grand poste de la consommation de l’eau dans le monde (70 %), et la première cause de pollution de l’eau. Il est également responsable de la déforestation, de l’épuisement des sols, de celui du phosphore, et des pluies acides. Un bilan énorme et catastrophique, sur lequel nous pouvons agir vite et directement : en réduisant notre consommation de viande, de 90 % pour les pays développés en particulier, en bannissant la charcuterie nitritée cancérogène, en refusant les bio carburants.
Je l’ai déjà écrit: moi non plus cela ne m’amuse pas de me priver de viande ! Mais ce faisant – et nous devons le faire -, nous ferons basculer tout le système agroalimentaire du monde, nous réduirons ainsi de manière déterminante l’empreinte des gaz à ef fet de serre, l’épuisement de l’eau, la déforestation, la pollution des eaux, la destruction des sols, nous éviterons la fin du phosphore, nous mettrons fin aux pluies acides et nous rendrons aux populations les sols dont elles ont besoin pour se nourrir ou les reforester. Pensez, pour accroître votre courage dont je ne doute pas, aux conséquences très graves pour la santé de cette surconsommation folle de viande et de viande transformée (la charcuterie), de laitages et de fromages. Mais ne remplaçons pas inconsidérément la viande par trop de poisson (beaucoup sont menacés de disparition), chargé de métaux lourds, efforçons-nous de suivre les consommations hebdomadaires ou mensuelles que j’ai données au cours de ce petit texte."
 
L'Humanité en péril, virons de bord, toute !
Fred vargas
Ed. Flammarion
15 euros

Albi accueille Riccardo Petrella

Créé le : 24/09/2016
Riccardo Petrella par Lorenzo Gaudenzi

Par l'Association Jaurès Espace Tarn

Riccardo Petrella donne une conférence-débat intitullée, Humanité, où vas-tu ?, le 27 septembre au campus d’Albi (81). L'économiste et politologue Italien abordera des thèmes qui lui sont chers, tels que les inégalités sociales et les dévastations écologiques. 

L’Association Jaurès Espace Tarn (AJET) tient à une conférence débat le mardi 27 septembre 2016 à 20h30 sur le campus d’Albi, sur Humanité, où vas-tu ? avec Riccardo Petrella. 

Croire que, dans le cadre du système actuel, la justice, l’égalité, la liberté et la paix puissent garantir le devenir du monde, relève de l’irréalisme. L’humanité a besoin d’une révolution, de changements visant les causes structurelles à la racine de la militarisation du monde, des inégalités sociales qui s’amplifient, des dévastations écologiques, d’une économie en perdition dominée par la finance, du sens de la vie pulvérisé sur l’autel de la survie des plus puissants et des plus riches.

Déclarer illégale la pauvreté

Pour Riccardo Petrella cette révolution ne peut être menée ni « au nom de Dieu », ni « au nom de la Nation » et encore moins « au nom de l’argent », par lesquels nos sociétés se trouvent enfermées aujourd’hui dans une grande impasse mondiale. L’humanité doit prendre la responsabilité du devenir de l’ensemble des êtres humains et de leurs relations avec les autres espèces vivantes suivant une vision intégrale de la vie. Il faut créer « l’audace mondiale » qui doit « déclarer illégale la pauvreté », « désarmer le guerre », « mettre hors-la-loi le finance spéculative et prédatrice. 

 


Riccardo Petrella est un économiste, politologue et altermondialiste italien, né en 1941. Il a ainsi étudié les sciences politiques et sociales à Florence, avant de débuter sa carrière en 1965 en tant qu’assistant du Secrétaire Général du Comité pour le Développement des Sciences Sociales. Professeur à travers le monde, il a également fondé le Comité International pour le Contrat Mondial de l'Eau, en 1997. Il a, entre autres, publié Le Bien commun, éloge de la solidarité en 1996, Le Manifeste de l'eau en 1998, Désir d'humanité : Le droit de rêver en 2004 et Pour une nouvelle narration du monde en 2007. 


Plus d'infos :

www.univ-jfc.fr

www.riccardopetrella.org

www.ajet.fr

 

Partager

S'abonner à humanité