[ REPORTAGE ] Tero Loko : reprendre pied les mains dans la terre

Créé le : 06/07/2020
Crédit Elodie Horn

Les locaux de Tero Loko sont implantés sur la commune de Notre-Dame-de-l'Osier en Isère.

 

Par Elodie Horn

En Isère, l’association Tero Loko s’est donnée comme mission d’accompagner les personnes réfugiées et toutes celles en situation de fragilité vers une insertion durable dans le territoire. Avec, en filigrane, la volonté de valoriser et de ramener de l’activité dans le village d’accueil.

Douze employés sur un chantier d'insertion et quatre référents à plein temps dans un village isérois : voici les ingrédients de Tero Loko. L'association fait le pari d'embaucher des personnes, réfugiées ou non, en pleine campagne, afin de les ramener vers le chemin de l'emploi ou de la formation.  En toile de fond : la dynamisation d'un village ne disposant d'aucun service.

Ce mardi matin, ils sont six employés à s'affairer à laver et nettoyer les légumes dans les petits locaux de Tero Loko, à Notre-Dame-de l'Osier, un village de 500 habitants, situé à cinquante kilomètres de Grenoble. Masqués et gantés, les cinq salariés en insertion sont tous employés en contrat à durée déterminée d'insertion (CDDI) par l'association iséroise du même nom. Trois d'entre eux ont par ailleurs le statut de réfugié. Ils garnissent les paniers qui seront distribués aux 70 adhérents, la majorité venant les récupérer lors du marché qui continue de se tenir toutes les semaines. Une botte de carottes, des pommes de terre, une salade, un mélange de mesclun, un chou-fleur et un bouquet d'herbes aromatiques sont dispatchés dans des paniers...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Partager