[INTERVIEW] Delphine Giney : « Quand il y a un vrai besoin dans des zones peu construites, les projets de téléphérique sont bien accueillis »

Publié le jeu 07/10/2021 - 09:33

Propos recueillis par Catherine Stern

Delphine Giney est géographe et autrice d’une thèse sur l’acceptabilité du transport aérien par câble en milieu urbain. Elle nous parle de l’histoire de ce moyen de transport et des conditions de son acceptabilité.

 

Le transport par câble en milieu urbain est-il ancien ?
La technologie est très ancienne pour les sports d’hiver mais, en milieu urbain, elle date du début du vingtième siècle, plutôt pour un usage touristique (comme à Grenoble ou Rio). La fonction transport en commun date des années 2000, même s’il y a quelques exemples en Algérie dans les années 60 et aux Etats-Unis dans les années 70. En France, le premier est celui de Brest en 2016.

Est-ce que tout projet de téléphérique urbain rencontre des oppositions ?
Non, tous les projets ne sont pas contestés. Quand il y a un vrai besoin dans des zones peu construites, les projets sont bien accueillis, comme à Toulouse. Les tracés contestés sont ceux qui survolent des habitations privées ou des espaces naturels comme dans le Vercors, ou lorsque la pertinence même du projet pose question. A Lyon, les zones qui doivent être survolées comprennent des maisons de milieux aisés, avec jardin et piscine, qui vont être directement impactées par le survol, y compris sur le prix du foncier. Le téléphérique de Créteil-Villeneuve Saint-Georges, prévu dans des nouveaux quartiers, rencontre moins d’opposition.

Le téléphérique est-il connoté politiquement ?
Le développement de ce mode de transports est inscrit dans le Grenelle de l’Environnement et les écologistes le plébiscitent. Mais la droite s’en empare aussi, comme en Ile-de-France où un important appel à projets pour étudier une dizaine de lignes a été lancé en 2016.

Quelle issue voyez-vous pour le projet lyonnais ?
Une consultation préalable des riverains aurait été pertinente avant d’avoir un tracé aussi précis. Aujourd’hui, les deux parties s’opposent et c’est déjà un peu trop tard pour pouvoir se positionner intelligemment. La dernière carte à jouer serait de trouver un tracé moins impactant pour le paysage et la population.

+ D’INFOS
https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02525875
« De l’(in)acceptabilité à l’appropriation sociale et pratique d’un nouveau transport collectif en milieu urbain : le transport aérien par câble. Mise en perspective internationale : France, Italie, Etats-Unis, Colombie » (thèse de 2019)