[INTERVIEW] Jérôme Rafanel : « Des formations en permaculture pour les personnes en insertion qui passent aux Colibris »

Publié le ven 26/11/2021 - 11:00
© Catherine Stern

Les Jardins de la Marquise de Monbrun (Gers) sont un des deux producteurs de légumes du Comptoir des Colibris. Jérôme Rafanel, leur créateur, s’est reconverti dans la permaculture en 2015, après dix-sept ans dans la grande distribution.

Quel est le projet des Jardins de la Marquise ?

L’objectif au départ était l’autonomie alimentaire et la création d’un jardin pédagogique à but sensoriel pour les structures scolaires. Puis sont venues les formations en permaculture pour les particuliers comme moi quand je me suis lancé. J’ai fait l’acquisition de ce terrain en juillet 2017, un terrain abandonné depuis une vingtaine d’années sur lequel il a fallu tout créer. Enormément de gens ont adhéré à l’association et des bénévoles sont venus me donner un coup de main.

Comment êtes-vous devenu le producteur attitré de légumes pour le Comptoir des Colibris ?

J’habitais à Cologne et je connaissais bien le comptoir. C’est un restaurant que j’appréciais énormément pour la qualité des produits, sa cuisine, son engagement sur pas mal de points importants. Le choix s’est fait naturellement. Comme le projet n’était pas de faire du maraîchage à grande échelle, notre production est essentiellement pour les Colibris. L’été, je leur fournis les salades, courgettes, poivrons, aubergines, fleurs, herbes aromatiques. L’hiver, poireaux, navets, céleris, courges...

Comment travaillez-vous ensemble ?

C’est important pour moi de travailler des anciennes variétés pour leur apporter des produits qu’ils ne connaissent pas, comme les fleurs comestibles ou bientôt un concombre arménien, tout blanc. J’ai la chance de travailler avec mes semences, que je produis depuis trois ans sur le terrain. Je récupère aussi leurs épluchures pour le compost.

On s’est vus en février, en début de saison, avec toute l’équipe qui est venue aux jardins. Bientôt je vais proposer des formations en permaculture aux personnes en insertion qui passent aux Colibris. Elles vont faire pousser ces légumes, les cuisiner et peut-être un jour il y aura un jardin dédié au Comptoir des Colibris !

PLUS D’INFOS