Huit jeunes condamnés pour s’être logés dans un immeuble abandonné par une propriétaire millionnaire, rue de Sèvres à Paris : Jeudi-Noir interpelle les candidats à la présidentielle

Créé le : 10/03/2017
Jeudi Noir

Par le collectif Jeudi Noir

Souvenez-vous, c’était en 2009, un immeuble entier abandonné depuis plus de sept ans en face du Bon Marché. Huit étudiants fauchés s’y sont abrités pendant quelques mois avant d’en être expulsés. Depuis, la propriétaire des lieux, millionnaire, les a fait condamner à plus de 80 000 €, elle a saisi leurs comptes bancaires, et continue à les poursuivre devant la justice pour obtenir encore davantage.

Un nouveau procès aura lieu jeudi 16 mars 2017 à la Cour d’appel de Paris, après l’annulation d’un précédent jugement par la Cour de Cassation. La propriétaire réclame 250 000 € d’indemnités. Et depuis l’expulsion des occupants, l’immeuble reste vide, de même qu’un hôtel particulier appartenant à la même propriétaire à Neuilly, abandonné lui depuis 32 ans.

Le collectif Jeudi-Noir interpelle les candidats à l’élection présidentielle sur le problème des logements vacants et appelle à un rassemblement

Jeudi 16 Mars 2017 à 12h

devant l’immeuble du 69 rue de Sèvres 75006 Paris

A 14h les habitants et les membres du collectif Jeudi-Noir se rendront à l’audience à la Cour d’appel de Paris.

Nous nous joindrons ensuite au rassemblement organisé en fin d’après-midi au canal Saint-Martin par le Collectif des Associations Unies contre le mal-logement.

Le Collectif Jeudi Noir réclame une politique du logement garantissant à chacun l'accès à un logement digne, la taxation de tous les immeubles vides (bureaux comme logements), l’application de la loi de réquisition des logements vides et l’interdiction des expulsions sans relogement. Les candidats à l’élection présidentielle sont-ils prêts à s’engager sur ces points ?

Résumé des épisodes précédents:

Voila un immeuble abandonné depuis 15 ans qui rapporte gros à sa propriétaire. En entrant dans les lieux alors vides depuis 7 ans, les huit étudiants en galère avaient proposé à la propriétaire de lui payer une redevance. Mais celle-ci a préféré les assigner en justice et est parvenue à les voir condamner à lui verser dans un premier temps 80 000€.

Après leur expulsion en 2009, les jeunes galériens pensaient pouvoir trouver un arrangement pour mettre fin au massacre : ce n’était de toute façon pas leurs Livrets A à sec qui pouvaient solder l’ardoise. Mais la propriétaire a préféré leur réclamer, toujours devant les tribunaux, la bagatelle de 250 000€, toujours sans apporter la moindre justification à son refus de louer ou de vendre son immeuble.

Les médiations tentées par Martin Hirsch, par le député UMP Etienne Pinte, par Bertrand Delanoë et même par Monseigneur Gaillot se sont toutes heurtées à un niet ferme de la part de la propriétaire.

Alors qu’on s’attendait à ce que le temps rende de plus en plus insupportable le fait de garder vide cet immeuble dans un des quartiers les plus tendus de Paris, une décision de la Cour de Cassation a relancé le débat sur le montant de l’indemnisation du préjudice de la propriétaire de l’immeuble laissé à l’abandon.

Cette propriétaire n’est pourtant pas dans le besoin, puisqu’elle possède de nombreux bien immobiliers, dont un hôtel particulier à Neuilly sur Seine, d’une valeur de plusieurs millions d’euros, abandonné lui depuis… 32 ans !

Bien sûr cette situation est révoltante, et il ne faut pas laisser ces huit jeunes seuls face à une dette exorbitante. Mais au-delà de ce cas extrême, une victoire de la propriétaire dans le procès à venir serait préjudiciable à tous les mal-logés, qui se verraient menacés par cette jurisprudence d’être endettés à vie même quand les propriétaires ne font rigoureusement rien de leur bien.

Le procès du 16 mars doit être celui de la victoire du bon sens. Pour y parvenir, les huit ex-occupants de la rue de Sèvres ont besoin de notre soutien pour faire face à leurs frais d’avocats. Jeudi Noir a donc ouvert une cagnotte où vous pouvez contribuer à la hauteur de votre indignation :

https://www.helloasso.com/associations/ensemble-soutenons-les-precaires/collectes/cassation-rue-de-sevres (également accessible depuis la page facebook de Jeudi Noir : www.facebook.com/Jeudi.Noir)

 

Partager