VERS UN "GREEN WEB" ?

Créé le : 13/03/2018
Dans ces fermes du XXIe siècle, les serveurs fonctionnent en continu sans que la main humaine n’ait à intervenir. © Euclyde

C’est la grande révolution du XXIe siècle. Web omniprésent, dématérialisation des démarches, objets connectés : la digitalisation de la société est en marche. Si certains la craignent, d’autres la portent aux nues. Gage de praticité au quotidien ou de progrès en matière de santé, elle promet aussi de devenir un support de premier choix pour réaliser des économies d’énergie. Mais dans les coulisses, le montant de la facture environnementale reste élevé.

Par Virginie Jourdan


LE GRAND DÉFI D’UN WEB DURABLE

Le recours au web a permis d’alléger les poubelles des courriers ou de faciliter le recours au partage de biens énergivores, comme les voitures. Mais sa facture environnementale n’est pas neutre. Si les initiatives pour réduire son empreinte écologique existent, elles restent marginales. Au coeur du circuit digital, les data centers n’échappent pas à la règle. De quoi rêver à un web durable ? Le défi se révèle immense.

Le lieu est symbolique. Dans les années 1960, la ville bretonne de Lannion a été le siège de l'innovation dans les télécommunications. C'est aussi de là que partent, depuis 2002, les câbles sous-marins qui relient, en fibre optique, l'Europe aux États-Unis. Une autoroute à haute vitesse pour un web de plus en plus présent, rapide et puissant. La ville verra-t-elle aussi émerger un web plus « vert » ? C'est ce qu'espère Stéphane Le Masson, responsable de l'unité de recherche développement en énergie et environnement de l'ex-opérateur public de téléphonie et internet Orange. Depuis près de 20 ans, ce dernier planche sur les économies d'énergie réalisables depuis la box des maisons jusqu'aux antennes relais, en passant par les data centers. Ces fameux centres par lesquels transitent les requêtes formulées sur les moteurs de recherche ou les emails envoyés à l'autre bout du monde ou dans le bureau d'à côté.


Dans son sas...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Partager