JOURNEE MONDIALE DE L'EAU - Un tiers de la planète boit de l'eau dangereuse

Créé le : 21/03/2018

Par Solidarités International 

De nos jours encore, quelque 2,6 millions d'hommes, de femmes, d'enfants, d'invisibles meurent chaque année de maladies liées à l'eau et à un environnement insalubre. Plus d'un tiers de la planète boit toujours une eau dangereuse pour la santé. 2,6 milliards de personnes manquent toujours d'un assainissement adéquat. Résultat, l'eau reste la principale cause de mortalité au monde, notamment chez les enfants. 

Le manque d'accès à l'eau, un fléau invisible

A l'occasion de la Journée Mondiale de l'Eau, le 22 mars, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL lance la 4e édition de son Baromètre de l'eau. Une publication qui dresse un nouvel état des lieux de notre ressource vitale commune, décrypte les causes et les conséquences du manque d'eau potable, souligne les actions mises en œuvre pour concourir à l'accès universel à l'eau et à l'assainissement, inspecte les avancées des Etats, dénonce le manque de volonté, de financements, pointe les incohérences. Sans oublier de mettre en valeur et d'apporter son lot de solutions, des plus locales au plus globales… Et de donner la parole aux milliards d'invisibles pour qui le droit à l'eau potable, déclaré droit de l'homme en 2010 par les Nations Unies, n'est toujours pas respecté.

''Témoigner de la réalité de toutes celles et de tous ceux
dont la santé, la vie et tout espoir de développement sont menacés par le manque d'accès à l'eau potable et à l'assainissement. ''

Donner la parole aux invisibles

Les acteurs humanitaires que nous sommes mènent contre ce fléau indigne, injuste et mortel un combat quotidien sur le terrain des crises les plus sévères, mais aussi auprès des instances nationales et internationales afin de faire entendre la voix de celles et de ceux à qui nous venons en aide chaque : familles frappées par la guerre, habitants des bidonvilles, citoyens d'Etats faillis ou défaillants, agriculteurs et éleveurs face à la sécheresse, minorités… Toutes et tous bien souvent loin des radars des médias et des politiques. Invisibles.

C'est bien de la réalité de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants dont nous témoignons, chaque année, dans les pages de notre Baromètre de l'eau, de l'hygiène et de l'assainissement : des Congolais ou des Haïtiens sous la menace du choléra, des habitants de Dacca réclamant leur droit à l'eau, des Yéménites dans un pays déjà en manque d'eau avant la guerre, des Syriens, des Rohingyas, des populations sahéliennes… et de toutes celles et de tous ceux dont la santé, la vie et tout espoir de développement sont menacés par le manque d'accès à l'eau potable et à l'assainissement.
 

‘'Parce que sans un engagement politique et financier massif des Etats, sans une volonté farouche des acteurs de terrain, l'accès à l'eau potable restera non seulement une urgence humanitaire, mais deviendra très vite une menace de plus en plus palpable pour l'humanité'' 

Alexandre Giraud, Directeur général de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

 Des experts connus et reconnus associés au baromètre de l'eau 2018

Pour commenter les avancées de l'accès à l'eau potable pour tous, ainsi que les défis et les obstacles qui restent à surmonter, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s'est entourée des plus grands spécialistes de l'eau : Jean Launay, président du Partenariat Français pour l'Eau au géographe David Blanchon, en passant par Gérard Payen, ancien conseiller pour l'eau du secrétaire général des Nations Unies, Sophie Durans de la London School of Hygiene & Tropical Medicine ou Franck Galland expert sur les questions sécuritaires liées à l'eau… Sans oublier ses experts humanitaires et ses partenaires (Think Tank, ONG, collectivités et agences de l'eau…).


Autant de parties prenantes dans notre combat pour l'accès à l'eau et à l'assainissement pour tous, qui ont contribué à ce Baromètre de l'Eau de l'hygiène et de l'assainissement, afin que le grand public se sente concerné par ce grand enjeu source de vie et de développement mais aussi de conflits, de pauvreté, de maladies et de mortalité.


Retrouvez le Baromètre de l'eau 2018 sur notre site 

Partager