CAMARGUE : la nécessaire adaptation face au changement climatique

Créé le : 20/03/2018
Étang et phare de la Gacholle. Le delta de la Camargue, dont 70 % est situé à moins d'un mètre d'altitude, voit déjà se produire les effets du changement climatique. © P. Isnard-Dupuy

Avec le réchauffement de la planète, la mer est promise à une élévation de 40 cm à un mètre d’ici 2100. La Camargue n’a pas d’autre choix que de s’adapter aux conséquences du changement climatique. Pour informer sur le rôle incontournable des zones humides dans ce défi, le Groupe Régional d’Experts sur le Climat en PACA y organisait une journée d’échanges cet hiver, à la Tour du Valat.

Par Pierre Isnard-Dupuy

Sur la Digue à la mer, à proximité du phare de la Gacholle, entre les étangs et la mer au milieu de la côte camarguaise, le regard embrasse de longues étendues sableuses. Côté terre, il parcourt au loin les fumées industrielles noirâtres de Fos, jusqu’au Mont Ventoux et aux collines des Costières. Avec l’élévation de la mer, ce point de vue pourrait-il disparaître ?

C’est l’une des questions que se pose, ce 20 novembre, le Grec Paca (Groupe Régional d’Experts sur le Climat en Provence-Alpes-Côte-d’Azur), lors d’une journée dédiée aux « zones humides littorales face au changement climatique ». Un événement organisé avec la Tour du Valat, un centre d’étude, géré par une fondation. Il est spécialisé dans la recherche et la conservation des zones humides méditerranéennes et situé entre l’étang du Vaccarès et le village du Sambuc. « 70 % du territoire camarguais est à moins d’un mètre d’altitude », expose Jean Jalbert, le directeur du site. À une telle hauteur, le delta camarguais, coincé entre Petit et Grand Rhône, voit déjà se produire les effets des...

La lecture complète de l'article est réservée aux abonnés.
S'abonner

Partager