[AGRICULTURE] D'un élevage respectueux à une mort digne de nos animaux

Publié le ven 15/04/2022 - 14:32

par L'association L'Abattoir mobile du Luberon

D’où vient l’agneau ou le chevreau que vous partagerez peut-être avec famille ou amis pour le repas de Pâques ? Qui sont ceux ou celles qui l’ont élevé ? Comment a-t-il vécu ? Qu’a-t-il mangé ? Comment a-t-il été accompagné jusqu’à la mort ? Participez à la création d’un abattoir mobile paysan dans le Luberon.

Nous sommes un collectif d’une quinzaine d’éleveuses et éleveurs de chèvres et de brebis répartis entre le Sud Luberon, les Monts de Vaucluse et  le Pays de Forcalquier. Réunis au sein de l’association L’abattoir mobile du Luberon, nous sommes investis, depuis 4 ans, dans la création d'un abattoir paysan respectueux des animaux et des hommes et femmes qui y travaillent. 

Un projet pour l'élevage paysan

Notre abattoir, c'est d'abord un outil au service de l'élevage paysan, avec l'objectif de maintenir et développer des modes d'élevage durables pour le territoire, pour le climat. Installés sur des fermes à taille humaine, nous élevons des animaux de races rustiques et locales. Nous sommes engagés dans des systèmes herbagers ou sylvo-pastoraux. Nos animaux se nourrissent en collines ou prairies naturelles complétées par du foin qui est, en général, produit sur nos fermes. Nous valorisons la viande et le fromage en circuits courts, sur les marchés, dans des magasins de producteurs, auprès des restaurateurs ou en AMAP.

Comme l’indique notre charte, 100 % des animaux qui passeront par l’abattoir seront nés et élevés sur la ferme. Élever c’est donner la vie et l’accompagner au quotidien. Forts du lien créé avec nos animaux, nous partageons la volonté de les accompagner jusqu’à la fin, dans les meilleures conditions possibles. Or, laisser nos bêtes aux portes des abattoirs, c’est nous décharger de cette responsabilité et accepter de ne pas savoir ce qui se passe à l'intérieur. Avec l’abattoir mobile, nous voulons rompre avec ce mode d'abattage. Nous voulons reprendre la main et assumer la mise à mort de nos animaux qui est une des étapes dans le cycle de l'élevage.

Cet abattoir à proximité de nos fermes, c’est un outil compatible avec nos pratiques, qui nous permet de valoriser économiquement notre production. Car en élevage extensif, pastoral avec vente en circuits courts, il peut s’avérer compliqué de travailler avec les abattoirs existants qui sont conçus pour les filières longues : plusieurs déplacements pour transporter les animaux et récupérer les colis, peu de flexibilité pour de petits effectifs d’animaux et traçabilité aléatoire. Et pour la moitié d’entre nous qui sommes éleveurs de chèvres en transformation fromagère, cet abattoir pour ovins et caprins ouvre la possibilité de garder les chevreaux pour les faire grandir sur la ferme et les vendre en direct plutôt que de les laisser partir dans la filière industrielle comme des sous-produits de l’élevage laitier.

Un abattoir innovant

Cet abattoir sera innovant, il compte parmi les projets en cours expérimentés en collaboration avec le Ministère de l'Agriculture. Il sera constitué d’une semi-remorque qui se déplacera sur plusieurs sites répartis sur le territoire au plus près des élevages, où seront amenés les animaux le jour de l’abattage. La mobilité de l’outil nous permet de toucher un plus grand nombre d’élevages situés dans différents endroits du Luberon, de sorte que les animaux n’aient pas à faire plus de 20 ou 30 minutes de transport.

Nous, éleveurs éleveuses, assurerons la gestion de l'abattoir et serons également sur la chaîne auprès de nos animaux. Travailler à petite échelle  va nous permettre de maîtriser les cadences et d’adapter l’organisation à des petits lots d’animaux. L'ergonomie a été optimisée pour le confort des hommes et des animaux. 

Le coût du projet est estimé à 200 000€ pour l’unité mobile auxquels s’ajoutent 80 000€ à 125 000€ par aire d’accueil, selon les aménagements. Une fois en service, les frais de fonctionnement de la structure seront couverts par les prestations d'abattage facturées aux éleveurs utilisateurs. 

Une projet alimentaire et citoyen

Cette démarche, c’est aussi un engagement et une garantie envers ceux et celles qui mangent nos produits. Car nous maîtriserons désormais toutes les étapes de notre métier, depuis la production jusqu’à la valorisation et la commercialisation en circuits courts. Cette transparence sur les conditions d’élevage et d’abattage est un gage de qualité des produits et de respect vis à vis de ceux qui nous font confiance. 

Plus d'infos