[ATTAC] NON à l'extension de l'aéroport Marseille-Provence !

Publié le ven 19/11/2021 - 10:13

Par Greenpeace France, Attac Marseille, Alternatiba Marseille, Les Amis de la Terre Provence et Cap au Nord et Eco Relais Sud Etang de Berre

Mercredi 17 novembre. Les associations engagées dans le collectif « Stop Extension Aéroport Marseille-Provence » ont organisé ce mercredi un happening devant le Palais de Justice de Marseille, afin d’alerter sur le lancement des travaux d’extension de l’aéroport engagés par la société Aéroport Marseille-Provence (AMP) en pleine COP26, au mépris du recours contentieux porté par les associations depuis le 7 juin 2021 contre le permis de construire. Sur la grande banderole jaune rayée de noir, on peut lire « Travaux en cours malgré le recours » pendant que des activistes mettent en scène les opérations aéroportuaires et que plusieurs prises de parole sont organisées.

Les associations dénoncent le démarrage en grande pompe des travaux "Cœur d'aérogare", chantier engagé avec l’approbation de l'État, son principal actionnaire, au mépris des objectifs de réductions des émissions gaz à effet de serre, au mépris des habitants des communes voisines, pour lesquelles les nuisances sonores et la pollution vont augmenter.   « L’annonce du démarrage des travaux est d’autant plus scandaleuse que l’aéroport ne nous avait toujours pas communiqué son mémoire en réponse attendu pour faire avancer le dossier juridique, mémoire que notre avocat a reçu hier seulement » déclare Florence Joly, porte-parole d’Alternatiba Marseille « il s’agit ici d’une volonté délibérée de faire trainer le processus juridique pour passer en force et nous mettre devant le fait accompli une fois que les bâtiments seront construits.

Bien sûr, AMP continue de prétendre que le projet n’aurait pas pour but l’augmentation du trafic, et a verdi sa communication : il ne s'agirait que de la  construction d'un nouveau bâtiment, nécessaire à l'amélioration de la sécurité, à la mise aux normes sanitaires, au confort des passagers, une belle vitrine pour l’accueil  des JO en 2024 dans la capitale phocéenne... un projet soit-disant écolo, net zéro en 2030, qui ferait de Marignane une vitrine de l'écologie aéronautique...
Pourtant, la réalité est tout autre. Concernant la capacité aéroportuaire, la réalisation de ce nouveau bâtiment est une étape essentielle du plan d’ensemble « CAP 2025 » dévoilé en 2017, baptisé "Cœur d'Aéroport", destiné à accroître la capacité de 8 millions de passagers à 16 millions en 2027 pour un coût global estimé à 500 M€.
Ce projet d'ensemble comporte quatre tranches :

–    Le doublement du Terminal 2 « low-cost » (achevé en 2020), passant de 2 à 4 millions de passagers
–    Le projet "Cœur d'aérogare", objet des travaux engagés, qui consiste à construire un nouveau bâtiment, de 20.000m2 (dont 6000m2 de zones commerciales) ; ce projet d’extension du Terminal 1 permet d’augmenter la capacité de 8 millions de passagers à 12 millions.
–    Le redressement des "Taxiways" pour faciliter la circulation des avions sur les pistes ;
–    La réalisation de postes de stationnement puis d'une nouvelle jetée d'embarquement (prévue à l’horizon 2027) pour accueillir en simultané davantage d'avions et de passagers ;

Les associations engagées depuis septembre 2020 dans la lutte contre l’extension de l’aéroport ont démontré dans leur argumentaire disponible en ligne : a) que le dimensionnement du nouveau bâtiment, de 22000m2, ne se justifie que si la nouvelle jetée d’embarquement voit le jour. b) que l’aéroport serait en mesure de programmer de nouveaux créneaux de vol et d’accroître le trafic aérien avec ce nouveau bâtiment, même sans construire cette jetée d’embarquement. En d’autres termes, et contrairement à ce que l’aéroport prétend, le projet est capacitatif.

Concernant la soi-disant « décarbonation » de l’aéroport, elle repose sur un double tour de passe-passe : l’aéroport ne comptabilise dans ses émissions que ses opérations au sol (accueil de passagers, enregistrement de bagages, opérations de roulage etc.), et se félicite de les rendre net zéro en 2030, c’est-à-dire de compenser les émissions par différents investissements dans des mécanismes de captation du carbone. Ces annonces sont un leurre à double titre : d’une part parce que les opérations au sol ne représentent que 2% des émissions de l’aéroport, les 98% restants étant liés aux mouvements d’avions, principale activité d’un aéroport (!). D’autre part, car les fameuses mécanismes « net zéro » créent une diversion face à l'objectif de réduction des émissions, et sont sujets à des critiques nombreuses et répétées sur leur efficacité réelle.

Depuis, la crise COVID a dégradé les finances de l'aéroport maintenues à flot grâce à 40 millions de Prêt Garanti par l’État et elle laisse planer des incertitudes sur la reprise rapide du trafic aérien. « Nous déplorons que l'État n'ait pas mis en suspens ce projet dans un contexte de crise sanitaire, climatique et sociale, pour reconsidérer un projet plus raisonnable de mise aux normes réglementaires et de modernisation des structures existantes. » déclare Dominique Bonnet, porte-parole d’Attac Marseille et ancien ingénieur de l’aviation civile. « 180 millions d'euros, c'est le coût prévisionnel des travaux du nouveau bâtiment. Cela représente  plus d’un an de chiffre d'affaire "pré-COVID" de l'aéroport, et plus de 5 années de bénéfices. » La réalisation de cette extension reposait, avant la crise COVID, sur un "business-model" fondé sur une augmentation significative du nombre de passagers. Les associations indiquent que si cette augmentation n'a pas lieu, tant pour des raisons de pandémie que d'urgence climatique, ce seront aux actionnaires (État et collectivités) d’éponger la dette, c’est-à-dire que le coût de l’opération reposerait, une fois de plus, sur les citoyens. L'extension de l'aéroport de Marignane rejoint ainsi la liste des GPII (Grands Projets Inutiles et Imposés) qui plombent durablement les finances publiques locales et empêchent la réalisation des autres investissements nécessaires à une transformation structurelle de notre société pour la rendre plus soutenable et résiliente au changement climatique, lesquels font particulièrement défaut dans notre région (transports en commun, rénovation urbaine, écoles...)


Pour toutes ces raisons, les associations environnementales réunies dans le collectif "Stop Extension Aéroport Marseille-Provence" ont déposé le 7 juin 2021 un recours contre le permis de construire de l'extension de l’aéroport devant le tribunal administratif de Marseille, notamment au motif de son incompatibilité avec les engagements climatiques de la France. Ce recours est porté par l'association "les Amis de la Terre", en solidarité financière, technique et morale avec Alternatiba Marseille, Attac Marseille et Greenpeace Marseille. Deux nouvelles associations locales de riverains qui subissent les nuisances de l'aéroport, Cap au Nord et Eco-Relais Sud Etang de Berre, viennent rejoindre le recours.

Le collectif d'associations donne rendez-vous à ses soutiens le 11 décembre prochain pour un rassemblement festif, populaire et familial contre le projet d'extension de l'aéroport !