[LIVRE] L'âge de la résilience

Publié le mar 14/06/2022 - 14:24

Après l’ère du « progrès », place à l’âge de la résilience. La Terre a été mise à mal par l’activité humaine au cours des derniers siècles et il est urgent de transformer notre rapport à notre environnement. Jeremy Rifkin, essayiste renommé et auteur de très nombreux livres traduits en plus de 35 langues, articule ses connaissances en biologie, économie, histoire, physique et sociologie pour dresser un diagnostic interdisciplinaire de notre époque. Il ne s'agit plus de courir après l'efficacité et l'autonomie du monde naturel mais de faire grandir notre capacité de résilience. Il faut imaginer des relations biophiles, qui traversent et dépassent les frontières administratives pour répondre au plus près aux transformations environnementales provoquées par le réchauffement climatique.

Dans ce livre, Jeremy Rifkin relit la modernité et le grand récit du progrès, alerte sur l’état de la Terre et des relations humaines, sur l’impasse qu’est le capitalisme, sur la marchandisation de la nature et la manipulation génétique. Il montre que la course à l’efficience a guidé l’organisation sociale et économique depuis le début de la Révolution industrielle mais se heurte aux limites physiques de la planète. La pensée économique néolibérale s’avère déconnectée d’une réalité temporelle et physique.

Face à ces constats, à l’incompatibilité entre le capitalisme, l’idéal de progrès et d’efficience et le caractère limité des ressources naturelles, Jeremy Rifkin imagine demain, un monde plus résilient. Il s’appuie sur les travaux d’une nouvelle génération de physiciens, de chimistes et de biologistes à la pointe de la recherche pour mettre en avant une nouvelle vision de ce qu’est la nature humaine et rend caduque la vieille idée qui faisait de nous des êtres autonomes agissant les uns sur les autres et sur le monde naturel.

Ce livre propose des nouveaux chemins pour penser notre époque et dessine des perspectives d’adaptation aux bouleversements et à notre environnement. Il ne s’agit plus de dominer les ressources naturelles mais d’assurer l’intendance des écosystèmes régionaux. La gouvernance doit être partagée entre les écorégions et la résilience devenir centrale dans nos sociétés.