L’humoeur de Marguerite : le tourisme spatial

Publié le mar 09/11/2021 - 09:00
© Unsplash

Une fois par mois, Sans transition! publie une chronique : "L'humoeur de Marguerite". Ce mois-ci, elle nous embarque en direction de l'espace, pour mieux nous faire revenir sur Terre...

Le tourisme spatial a enfin décollé. Une activité économique nouvelle, moderne, prometteuse, potentiellement créatrice de milliers d’emplois. Un rêve enfin assouvi qui en appelle d’autres.

Le tourisme spatial permet à l’homme de voir l’univers de près, de s’immerger dans l’espace, de communier avec lui. Il permet également de faire avancer les connaissances sur les technologies de l’espace, mais aussi sur l’immensité à peine croyable de la vanité et de la connerie de l’homme.

Le Petit Robert donne du tourisme la définition suivante : « Le fait de voyager, de parcourir pour son plaisir un lieu autre que celui où l’on vit habituellement ».

Le Complément du dictionnaire de l’Académie française (1842) apporte une notion supplémentaire : « Il se dit des voyageurs qui ne parcourent des pays étrangers que par curiosité ou désœuvrement. »

Pour un milliardaire au 21ème siècle, le désœuvrement n’est sans doute pas un manque d’activité, mais plutôt l’incapacité à imaginer des façons utiles de dépenser son argent.

Sommes astronomiques, dégâts environnementaux éhontés, satisfaction autolâtre de quelques nantis qui se croient (et se propulsent) au-dessus de la réalité de l’urgence climatique : à défaut de toucher les étoiles, il semblerait que certains aient touché le fond.