Vie du réseau

[ CONFINEMENT ] Son impact sur l'air des grandes villes du sud-est de la France

Créé le : 31/03/2020

AtmoSud a analysé l’impact des premiers jours de confinement sur 6 grandes villes (Aix-en-Provence, Avignon, Gap, Marseille, Nice et Toulon) en comparant les données mesurées depuis le confinement jusqu’au 25 mars, à celles habituellement enregistrées. Que faut-il retenir ?

Une baisse significative des concentrations d’oxydes d’azote sur l’ensemble de la région Sud et sur les 6 villes comparées

Après plusieurs jours de confinement et une baisse importante du trafic routier, les concentrations d’oxydes d’azote et des traceurs du trafic routier ont considérablement diminué dans chacune des villes de la région. Cette baisse de la pollution liée au trafic automobile est drastique près des grands axes mais moins notable sur les zones de fond urbain.

La différence est plus importante dans les villes où le trafic routier est habituellement plus dense. Les pourcentages des villes comme Avignon et Toulon sont ainsi plus faibles que ceux des villes comme Nice ou Marseille en raison de leurs axes moins fréquemment encombrés.

A titre d’exemple, la baisse des concentrations en oxydes d’azote est significative sur la L2 à Marseille et sur la Promenade des Anglais à Nice; notamment depuis la fermeture de la Promenade. Le graphique ci-dessous présente les concentrations moyennes journalières en oxydes d'azote avant et après mise en place du confinement :

Si les concentrations en dioxyde d’azote issues du trafic routier ont baissé, la tendance sur les particules est moins marquée, notamment car elles représentent des polluants atmosphériques émises par de nombreuses sources.

Des particules en hausse sur les 6 villes observées

Les concentrations de particules issues du trafic routier ont certes baissé, mais les concentrations de particules émises par les autres secteurs d’activité (le chauffage, au bois notamment ; les activités agricoles et industrielles) ont quant à elles augmenté.

Ces particules directement émises par diverses sources s’accompagnement par ailleurs de particules secondaires formées par l’arrivée de conditions printanières associant une hausse des températures, de l’ensoleillement et peu de vent.

L’on constate sur les 6 plus grandes villes de la région que les particules émises par la combustion du bois augmentent significativement. Le confinement oblige en effet les populations à passer davantage de temps chez eux et à se chauffer. Par ailleurs, les résidents en profitent pour brûler des déchets végétaux dans leurs jardins (bien qu’interdit). Les particules du chauffage et du brûlage de bois ont remplacé celles émises par le trafic routier.

> Plus d'infos

[ ÉNERGIES RENOUVELABLES ] Rencontres avec des professionnels de l'énergie au forum Energaïa 2019

Créé le : 12/03/2020

Energaïa est un forum dédié aux énergies renouvelables. Sans transition ! y était en tant que partenaire de l'événement et a rencontré des professionnels.

Entretien avec Laure Verhaeghe, Co-fondatrice et directrice de Lendosphère :

Antoine Garcier, directeur général Energie d'ici :

Laurent Bonhomme, co-fondateur et président Arkolia Energies :

Michel Peyron, directeur régional de l'ADEME en Occitanie :

Severine Pasquinet, directrice adjointe Région Sud EDF Renouvelables :

Alain Marcom, fondateur de la Scop Inventerre et président d'Envirobat Occitanie :

Amaury Pachurka, co-fondateur, président et CEO de Beoga :

 Amanda Baudry, responsable de la communication chez RES France :

[ PÊCHE ] Un festival pour découvrir la vie des hommes et des femmes de mer

Créé le : 05/03/2020
Dans moins d’un mois, du 22 au 29 mars, le Festival de Film Pêcheurs du Monde se déroulera à Lorient, Pays de Lorient et Vannes pour une semaine de films, d’expositions et d’animations.
Loin des discours dominants, le Festival propose une sélection de plus de 50 films pour découvrir la vie des hommes et des femmes de mer dans une vingtaine de pays : Canada-Québec ,Chili, Pérou, Brésil, Togo, Sénégal, Irlande, Indonésie, Inde, etc...
C’est aussi un temps de partages et d’échanges sur les enjeux d’aujourd’hui avec les réalisateurs et les professionnels de la mer.

 

[ CLIMAT ] Un budget participatif citoyen

Créé le : 25/02/2020

Les citoyens de la région Occitanie ont jusqu'au 2 mars pour élire leur projet préféré en matière d'atténuation ou d'adaptation au changement climatique.

" Ma solution pour le climat " est une initiative lancée par la Région Occitanie, dont l'objectif est de financer des projets citoyens qui limiteraient l'impact du changement climatique sur la région. Ces initiatives doivent être concrêtes et rapidement réalisables, permettant ainsi d'apporter ou d'expérimenter une solution innovante répondant aux enjeux climatiques locaux.

97 projets sont soumis à ce vote citoyen.

> Participer au vote

Service Public de l’Insertion breton : projet retenu !

Créé le : 24/02/2020
logo région bretagne

Par La Région Bretagne

Le 23 octobre dernier, l’État lançait un appel à projets afin de mettre en place desexpérimentations visant la mise en œuvre d’un Service Public de l’Insertion (SPI). Sept collectivités bretonnes (les Départements du Finistère, des Côtes d’Armor, de l’Ille-et-Vilaine, du Morbihan, la Région Bretagne et les Métropoles de Brest et Rennes) y répondaient collectivement après avoir déjà engagé, depuis plusieurs mois, des travaux en vue de mieux coordonner des politiques d’insertion, de formation et d’emploi, en lien avec Pôle emploi. Ce consortium breton fait partie des 14 lauréats dont la sélection a été annoncée fin janvier.

En s’engageant de cette manière, les 7 partenaires souhaitent mettre en œuvre un service plus accessible, mieux articulé, pour être en mesure de construire des parcours inclusifs soutenant de bout en bout les personnes en difficulté et de propose des solutions opérationnelles visant l’accès ou le retour à l’activité.
 
Coordonné par le Département du Finistère, ce consortium breton s’est porté candidat à cette expérimentation avec un projet innovant et ambitieux. Il s’agit de permettre des parcours sans rupture pour les personnes en insertion sociale et professionnelle quel que soit la collectivité qui les accompagne.
En charge de l’insertion, les Départements vont engager une dynamique de fond pour accélérer les mises en parcours des allocataires du Revenu de Solidarité Active (RSA), massifier les accompagnements, remobiliser les publics ancrés durablement dans le dispositif RSA.

Pour y parvenir, ils vont s’appuyer sur des partages d’expérience entre collectivités et sur l’activation, plus systématique, de l’offre de formation professionnelle déployée par la Région Bretagne. Un travail est également mené avec les Métropoles pour faire des Plans locaux pour l’insertion et l’emploi (PLIE) une interface entre les publics en insertion et les entreprises. Enfin, les Départements renforceront l’offre d’insertion sur leur territoire, du plus social (actions de remobilisation sociale) au plus professionnel (actions de mise à l’emploi, équipes emploi, clauses d’insertion, accompagnement global, parrainage en entreprise…).

Les ambitions du Service Public de l’Insertion breton sont donc de :
•    Raccourcir les délais de mise en parcours des allocataires ;
•    Cadencer les parcours (enchaîner les étapes, ne pas inscrire durablement les personnes dans un mode d’accompagnement) ;
•    Augmenter le nombre de bénéficiaires d’un accompagnement ;
•    Introduire la dimension emploi/formation dans tous les parcours ;
•    Réduire les délais de traitement administratif des situations ;
•    Évaluer en continu le respect de ces délais et des niveaux de service, notamment les résultats atteints ;
•    Innover, collectivement, en faveur de l’accompagnement des personnes et de leur sortie vers l’emploi durable ;
•    Simplifier la gouvernance territoriale afin d’assurer un suivi et un pilotage plus performant des actions entreprises.

Le dossier breton fait partie des 14 projets sélectionnés à l’échelle nationale.
Ces 14 projets seront lancés à partir du mois de mars 2020 et ce, jusqu’à la fin de l’année 2021. Leurs effets sur les parcours des personnes privées d’emploi, ciblées par ces expérimentations, feront l’objet d’une évaluation.

Transformons la société grâce à l'ESS

Créé le : 18/02/2020

Arrivée en ce début d’année à la direction de la Chambre Régionale de l'Economie Sociale et Solidaire (Cress) en Occitanie, Sandrine Carême revient sur son parcours et trace ses premières pistes de réflexion pour l’avenir de la Cress Occitanie. Son ambition : porter un vrai projet de transformation de la société. Entretien.

En quelques mots, pourriez-vous nous décrire votre parcours ?
J’ai depuis toujours une grande sensibilité pour le secteur de l’économie sociale et solidaire. Ma formation initiale en école de management m’ouvre les portes d’une grande banque, mais c’est au sein de sa Fondation d’entreprise dédiée à la solidarité que je choisis d’oeuvrer, en soutenant des projets associatifs et en développant l’engagement des salariés par le mécénat de compétences. Ma vie personnelle m’amène ensuite à Toulouse et je ne quitte plus l’Occitanie ! Tout d’abord en tant que directrice d’Unis-Cité, où j’ai l’opportunité de travailler pour un projet humaniste : le service civique, puis comme directrice d’Unifaf (devenu OPCO Santé).

Comment abordez-vous cette nouvelle fonction ?
Impatiente et enthousiaste ! Je suis ravie que mes fonctions à la Cress me permettent de poursuivre mon investissement sur les territoires. Comme tout.e directeur.rice dans ses premiers mois, je vais surtout être dans une phase d’écoute et d’observation, afin de comprendre l’histoire et la culture de la Cress, mais j’ai aussi un programme d’actions à mettre en oeuvre.

Avez-vous déterminé des axes de travail prioritaires pour la Cress ?
Le Conseil d’administration a fixé des axes stratégiques pour les 3 années à venir. Ma mission avec celle de l’équipe sera de les transformer aux côtés du Conseil d’Administration en plan d’actions concret et d’évaluer l’impact de nos projets. Nous allons consolider les relations avec nos partenaires, développer une stratégie de communication, accompagner les adhérents, valoriser nos actions… La Cress est un bel organisme qui mérite d’être davantage connu du grand public, quand on sait que l’ESS représente 12% de l’emploi !

Retrouvez Sandrine Carême en interview pour un entretien complémentaire :




Plus d'infos
www.cressoccitanie.org

[ PRÉPARER L'APRES PÉTROLE ] Entretien avec Guy Rey, président de la CoVe

Créé le : 18/02/2020

Sans transition ! a rencontré Guy Rey, président de la Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin (CoVe), lors de la signature du premier contrat de transition écologique à Carpentras. Pour l'occasion, la secrétaire d'Etat à l'écologie, Brune Poirson, avait le déplacement en ce début de février.

Entretien avec Guy Rey :

[ TRANSITION' TOUR 2020 ] La parole aux acteurs engagés en région Occitanie

Créé le : 14/02/2020

Emmené par Rob Hopkins, fondateur des villes en transition et initié par Sans transition !, le second tour de France de la transition a fait étape cette année en Auvergne Rhône-Alpes, Bretagne, Occitanie et en Provence. C'est devant plus de 400 personnes, que l'enseignant en permaculture a donné sa conférence à la Montpellier Business School. Un événement qui n'aurait pas pu avoir lieu sans nos partenaires, eux-même acteurs engagés dans les transitions. La revue Sans transition ! leur donne la parole.

Grégory Lamotte, Président & fondateur de Comwatt :

Jacques Frelin, vigneron :

Leslie Faggiano, Scop Symbiosphère :

Bruno Batifoulier, Biocoop Aile du Papillon :

Walid Nakara, enseignant-chercheur à Montpellier Business School :

Un événement organisé par Sans transition ! Occitanie et en partenariat avec :

           

Consulter la revue de presse :

Consulter le communiqué de presse l'événement :

 

[ TRANSITION' TOUR 2020 ] Le replay de la table-ronde à Lorient

Créé le : 14/02/2020

Le 03 février dernier, un grand débat citoyen avec les acteurs engagés a eu lieu à l'occasion de la venue de Rob Hopkins en France, à l'initiative de Sans transition ! et en partenariat avec Harmonie Mutuelle. Tébésud y était et vous propose de revoir le débat.

La table-ronde animée par Sans transition ! était composée de :

- Jean-Jacques Piard, de la monnaie locale Blé Noir
- Yann Guével, du collectif Pays de Lorient en Transition
- Julian Pondaven, du Réseau Cohérence
- Jean-Luc Danet, de Bretagne Energies citoyennes

Visionner le replay :

Consulter la revue de presse :

Consulter le communiqué de presse l'événement :

Un événement organisé par :

 

En partenariat avec :

           

MBS : une Chaire sociale et inclusive

Créé le : 15/01/2020
Copyright Montpellier Business School

Montpellier Business School et sa Chaire Entrepreneuriat Social & Inclusion recevront la conférence de Rob Hopkins organisée par Sans Transition! le 5 février prochain. Cette école, qui oeuvre pour l'inclusion et une économie plus responsable, devient un nouveau partenaire engagé de votre revue à cette occasion.

Montpellier Business School est une école de commerce sous statut associatif (loi de 1901) et donc à but non lucratif. La mission de l’école est de former des managers forts de leur diversité, conscients de leur responsabilité globale dans la réalisation de leurs missions.

 

En 2009, Montpellier Business School était la première Grande Ecole à obtenir le label Diversité délivré par l’AFNOR. Depuis l’école n’a cessé de s’engager dans une politique d’amélioration continue pour l’égalité professionnelle, à la fois dans le cadre de ses programmes pédagogiques mais également en termes de ressources humaines. Dix ans après, elle reste la seule Grande Ecole en Management à codétenir les labels Diversité et Egalité Professionnelle entre les Femmes et les Hommes.

 

 

Sociale et inclusive

 

 

Depuis 2019, MBS s’est doté d’une Chaire Entrepreneuriat Social & Inclusion sous la direction du Dr Walid Nakara. Cette Chaire fédère un écosystème regroupant des grandes et petites entreprises, établissements d’enseignement supérieur et de recherche, organisations de l’ESS, institutions, organismes d’accompagnement entrepreneurial, etc.

 

Cette Chaire poursuit trois objectifs principaux :

- promouvoir l’innovation et l’entrepreneuriat social à travers des activités de recherche et d’enseignement,

- développer l’inclusion dans toutes les entreprises ainsi que la formation et l’accompagnement des personnes éloignées de l’emploi,

- permettre aux organismes partenaires de renforcer leur ancrage territorial et d’améliorer leur engagement sociétal.

 

 

Plus d'infos :

www.montpellier-bs.com/chaire-entrepreneuriat-social-inclusion/

Pages

Partager