Vie du réseau

Naissance de la Coopérative Biobreizh

Créé le : 15/01/2018

L'APFLBB devient la coopérative BioBreizh...

Cette évolution fait suite au changement de statut en Société Coopérative Agricole courant 2016. En prenant le nom de la marque commerciale, construite sur un cahier des charges plus exigeant que la référence européenne, les producteurs souhaitent confirmer l’orientation qualitative de leur organisation, basée sur les valeurs historiques de la bio.

L'Organisation de Producteurs BioBreizh existe depuis une vingtaine d'années. 60 producteurs bretons y commercialisent 14 000 tonnes de fruits et légumes par an, sur 900 ha, avec près de 150 références différentes.

Initialement associative, elle est passée en juin 2016 sous le statut de Société Coopérative Agricole, afin d'avoir un cadre correspondant mieux à son développement et à son intention de continuer à tirer les pratiques et la qualité vers le haut, en cohérence avec les valeurs de la bio.

Les garanties qu'assure la coopérative :

Qualité

- Des fermes 100% bio,
- Un cahier des charges exigeant,
- Un engagement dans une politique de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE).

Planification

- Une mise en culture adaptée aux besoins du marché, des magasins...
- Assurer une juste rémunération du travail des producteurs.

Tracabilité

- Le consommateur peut retrouver le producteur qui a cultivé le légume via le site BioBreizh.
- Une application mobile pour la gestion des annonces et le suivi des commandes.

Biodiversité

- La défense et la promotion des semences paysannes,
- La reconstruction du bocage, l'implantation de haies et de talus, des ruches...

Recherche & développement

Les producteurs se sont engagés dans de nombreuses expérimentations en semences pour identifier et sélectionner des variétés adaptées au terroir et au climat. Elles répondent également à des critères de qualités gustatives et d'originalités par leur forme ou leur couleur.

 

Plus d'infos : http://www.biobreizh.org

Le numérique sera partout

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

La parole à Mathieu Vabre, directeur de l’association Seconde Nature, qui œuvre depuis plus de 15 ans sur le pays d’Aix, en particulier grâce à son lieu éponyme de création artistique en centre-ville. En novembre dernier, la structure a notamment participé à la Biennale internationale des arts et cultures numériques.

« Notre association œuvre pour le futur d’Aix-en-Provence. Nous travaillons notamment à la création d’un pôle numérique qui rassemblerait les acteurs du secteur des arts numériques du territoire. Car il existe une histoire culturelle très forte ici, grâce à l’École d’art d’Aix. En partenariat avec la ville, ce pôle s’attacherait à créer, programmer, transmettre mais aussi former les publics à cet art du XXIe siècle. Il s’agit bel et bien de notre culture actuelle en tant qu’acteur 3.0 culturel, qui repense ses relations entre les artistes et ses publics. Dans cette dynamique, nous avons obtenu pour 4 ans, depuis 2016, un projet collaboratif via l’UE (Futur Diversity), avec 9 partenaires, dans lequel nous expérimentons une nouvelle façon d’intégrer des citoyens dans le processus de création.

Si l’on se projette à la moitié du XXIe siècle, en 2050, nous parlerons déjà d’ère post-numérique. Il sera déjà intégré, fera partie de notre culture, au sein de villes intelligentes et sensibles. En capacité de relier davantage les acteurs entre eux, en réseaux, ces villes de demain sont qualifiées aujourd’hui de Smart cities. Quelle mise en récit sensible sera opérée par les artistes du territoire à l’heure des Smart cities et quelle participation citoyenne sera associée ? Voilà une des nombreuses questions auxquelles nous tenterons d’apporter des réponses, à l’ère des réseaux et de la coopération… Une autre manière de penser le monde ! »

 

Plus d’infos : www.secondenature.org

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos et programme

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

 

Rejoignez l’événement Facebook

Soutenir l'emploi de proximité

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

À travers son récent livre blanc, le réseau Biocoop – qui affiche un chiffre d’affaires de 564 millions d’euros, en progression de près de 25 % et regroupe près de 450 magasins en France – se projette vers l’alimentation du futur : bio, locale et équitable !

Tribune à Dominique Sénécal, président de Biocoop Paca et administrateur national du réseau.

« Notre objectif est de rendre l’agriculture plus écologique, plus locale, qu’elle soit maîtrisée par les agriculteurs eux-mêmes et non par les industries agroalimentaires. Cela passe dans un futur proche par des priorisations d’achats au sein des collectivités (cantines, restauration collective). Mais aussi en limitant les importations et en favorisant l’accès aux semences reproductibles. À Aix, l’entreprise Agrosemens propose justement des semences bio qui s’inscrivent dans cette dynamique. On chiffre à 500 000 emplois potentiels d’ici 2030, si l’on répond à l’ampleur de la demande en produits bio actuelle. Et pourquoi ne pas, à l’échelle de villes comme Aix, imaginer dans le futur d’inciter les citoyens vivants dans des résidences à cultiver leur jardin. L’intérêt : favoriser l’autonomie alimentaire, ré-éduquer, ré-inventer un mode de vie urbain connecté à la terre, faciliter l’accès à une alimentation saine…

Nous réfléchissons aussi à faire évoluer nos magasins lorsque les gens se déplaceront moins, en faveur du e-commerce ou de la livraison. Nous répondrons à cela en favorisant les modes de transports doux.

Plus d’infos : biocoop.fr

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

Innover, pour regarder les choses différement !

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

Tribune à Pascal Nuti, directeur général de Solable, start-up basée à Aix qui souhaite participer à des projets industriels sur les territoires provençaux.

« Nous sommes deux entrepreneurs innovants dans les domaines du solaire et de l’eau potable. Notre ambition est d’améliorer les moyens de rendre l’eau potable pour tous. Notre objectif : toucher au moins 1 milliard d’individus via nos nouveaux produits. Notre produit phare, sorti en janvier : « LaVie », permet d’utiliser l’eau du robinet (la moitié des gens ne la boivent pas) en transformant le chlore en hydroxyle radicaux, grâce aux UV de type a. Nous obtenons ainsi une minéralisation de l’eau devenue neutre. Ce produit existe également en version solaire. En 2017, nous avons aussi lancé une chaudière, « LaDouche », qui permet de réduire de 90 % la note énergétique.

Une fois ces nouveaux produits créés, nous les cédons à des investisseurs privés qui souhaitent les développer dans la région. En Paca, nous n’avons que très peu d’industries, je milite donc pour que l’on crée des « micro-factories » capables de proposer des pré-séries à moindre coût, visant à faciliter l’investissement en faveur de la qualité pour tous. »

Plus d’infos : solable.fr

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

Co-construisons le futur !

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

Une question à Benoît Bailliart, directeur du LAB The Camp basé à Aix, entreprise de 70 salariés qui accompagne depuis septembre dernier les collectivités et les entreprises à la transition numérique.

À quoi pourrait ressembler AIX DEMAIN ?

Nous travaillons à réinventer la vie urbaine à l’ère numérique. Nous avons lancé à Aix une expérimentation avec l’entreprise Cisco qui a placé dans la ville des objets connectés équipées de capteurs. On mesure ainsi les éventuels îlots de chaleur, le bruit, les flux de piétons, la pollution, les odeurs…

Nous récoltons ces données nécessaires à la compréhension de l’écosystème citadin. Puis nous les traitons grâce à un système de data-visualisation. Nous envisageons de permettre aux citoyens de comprendre notre démarche in situ dans la ville et possiblement d’y contribuer. In fine, cet outil pourrait offrir aux élus un nouvel indicateur de suivi pour mener leur politique urbaine. Si nous observons un îlot de chaleur à côte d’une école, créons alors un îlot de verdure associé et mesurons l’impact de cette action, tant quantitatif (grâce aux capteurs), que qualitatif (par sondage des citoyens).
Outre le centre-ville d’Aix, on travaille aussi à Aix TGV ; dans un laboratoire à ciel ouvert pour tenter d’imaginer la gare du futur, notamment sur le plan énergétique (autonomie). Ce projet expérimental doit se poursuivre jusqu’en 2019.

Plus d’infos : thecamp.fr

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

 

 

Vers de nouveaux modes de consommation

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

Pascale Hebel

Deux questions à Pascal Hebel, directrice du pôle « consommation » au sein du Credoc, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie.

L’alimentation est un secteur clé de la consommation en France. Quelles sont les tendances de consommation qui se développeront selon vous dans les prochaines années, notamment dans les villes comme Aix-en-Provence ?

Par souci de santé et pour palier les peurs alimentaires, les citadins consomment de plus en plus de produits bio, également locaux, voire ceux associés aux régimes « sans ».

Dans un contexte économique qui s’améliore, les citoyens les plus diplômés, dont les décideurs, les leaders d’opinion, s’inscrivent dans cette tendance alimentaire et influencent leur environnement, amplifient le phénomène.

À quoi ressembleront les modes de consommation alimentaire des urbains dans les années à venir ?

Les urbains et péri-urbains vont de plus en plus manger hors de leur foyer, en restauration, notamment le midi. Pour les actifs, l’offre de qualité – dont fait partie le bio – devrait continuer de progresser en restauration. Ainsi que le « drive » et la livraison pour la distribution à domicile.

Concernant le hors alimentaire, nous observons par ailleurs le boum du e-commerce. Le risque majeur est de voir peu à peu se désertifier les centres-villes sous l’effet de la dématérialisation… Nous devrions voir moins d’agences bancaires dans le futur et moins de magasins de vêtements également. Parallèlement, nous pourrions voir apparaître davantage de restaurants et de plateformes logistiques de livraison.

Plus d'infos : www.credoc.fr

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos et programme

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

 

L'attractivité : un enjeu considérable

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

 

François Miquet-Marty                   Stewart Chau

Tribune à François Miquet-Marty et Stewart Chau de l’Institut Viavoice, cabinet de consultants dont l’objectif est « d’agir pour un futur meilleur ».

« La mondialisation fera de l’attractivité des territoires un enjeu considérable : pourquoi établir son entreprise ou son domicile ici plutôt qu’ailleurs ? En apparence, les critères seront surtout les conditions économiques et la « ville intelligente » mais les tendances de société révèlent trois autres aspirations décisives.

La première plaide en faveur de lieux qui « font société » en favorisant la cohésion sociale, préoccupation qui devrait être majeure pour les pouvoirs publics selon 85 % des Français(1). Pour faire prospérer une activité, il apparaît préférable d’être au cœur d’un tissu social ayant l’esprit de dynamisme et d’inclusion.

Notamment au regard des 71 % de Français qui estiment manquer de temps (2), la deuxième aspiration est celle du « bien-être » qui n’est pas réductible au souci de soi mais qui procède d’une philosophie de l’« expérience du moment ». Elle inclut l’attachement à la qualité des environnements et la volonté de bien articuler vies professionnelle et personnelle.

La dernière : « l’ancrage territorial », qu’il s’agisse des singularités (une identité locale, une histoire, un récit) ou des ressources de proximité.

Ces modèles d’attractivité pourront être conjugués et autoriseront un kaléidoscope de solutions pour l’avenir. Sur les ressorts indiqués, l’attractivité sera une stratégie à adapter en fonction des idéaux, des ressources, des publics à conquérir et des territoires concurrents. Elle se définira comme une ambition sur un terrain de jeu. »

Plus d'infos : www.institut-viavoice.com

(1) Etude Viavoice pour le Secours catholique : Perceptions de la pauvreté et engagement solidaire en France, Mars 2017

(2) Etude Viavoice : Baromètre de l’Observatoire de l’équilibre des temps et de la parentalité en entreprise, Avril 2017

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos et programme

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

 

Aix demain .... Entreprendre le futur ? SansTransition ! vous donne rdv !

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

 

Territoire(s) et mode d’emploi !

Depuis de nombreuses années, l’Agence d’Urbanisme Pays d’Aix-Durance (AUPA) apporte aux élus des territoires (Pays d’Aix, Pays d’Arles, Agglomérations de Manosque, de Gap…) une aide stratégique à la décision en matière d’urbanisme, d’aménagement, de développement territorial et de projets.

Éclairage de Pierre Mazzella

"Dans la continuité des réflexions menées sur le projet métropolitain (FAIRE METROPOLE, tomes 1 et 2), nous avons fait le choix d’accompagner la ville d’Aix-en-Provence dans sa démarche d’attractivité (voir p.2), dont l’objectif est d’améliorer le rayonnement à l’échelle nationale et internationale.

Mais, être force de proposition dans une société mondialisée soumise à des mutations rapides (crise économique, migratoire, changement climatique, numérisation…, devient de plus en plus complexe mais surtout urgent !

Aussi, pour envisager les futurs possibles, la simple projection de tendances passées n’est plus suffisante. C’est pourquoi nous avons mis en place une démarche singulière de prospective sociétale. L’objectif est d’essayer d’évaluer l’impact des changements à l’œuvre dans nos sociétés sur nos systèmes de projection, pour in fine questionner le modèle de développement aixois de demain.

Nos objectifs prospectifs sont clairs : construire la ville de demain et bâtir des scénarios prospectif, pour imaginer le « champ des possibles » et anticiper les grandes évolutions des modes de vie (quel habitat demain ? quelle mobilité ? quelles traductions en matière de population et d’emploi ? quel climat ? …). Le tout, en repérant les « signaux émergents » susceptibles d’entraîner demain des évolutions sociétales et économiques. Imaginer, expérimenter, innover nous permettra d’alimenter la planification de demain. Et de dessiner ainsi la place d’une nouvelle culture de territoire, en ré-inventant l’attractivité de la ville dans notre société hyper connectée et globalisée…. Ce qui passe notamment par un mode d’emploi nouveau pour piloter tout cela."

Plus d’infos : aupa.fr

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos et programme

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

Demain, des villes résilientes

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

La parole à Jean-Pascal Schaefer, directeur du réseau régional Envirobat BDM, association qui fédère plus de 1500 professionnels de la construction et de l’aménagement durables en Paca.

« L’été à Aix est très chaud. Dans un futur proche, il faudra gérer l’accroissement de la chaleur locale liée au changement climatique. De fait, nous allons devoir rapidement réfléchir aux alternatives à la climatisation (qui émet de nombreux gaz à effet de serre, mais aussi rejette de la chaleur à l’extérieur). Des solutions sont à notre portée pour rendre la ville plus résiliente au changement climatique : en utilisant mieux l’eau et les végétaux pour favoriser le rafraîchissement, une forte présence d’arbres, un travail sur l’ombrage des rues. On dispose d’atouts précieux pour réduire ces îlots de chaleur  !

La résilience, c’est aussi la construction d’habitats passifs, peu consommateurs de chauffage en hiver, grâce à une très bonne isolation et ventilation. En été, de tels bâtiments peuvent aussi conserver la fraîcheur. Toujours l’été, nous pouvons privilégier les ventilateurs de plafond, économiques, au détriment des climatiseurs. On peut gagner 2°C dans une ville rien qu’en arrêtant les climatiseurs ! »

Plus d’infos : www.envirobatbdm.eu

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

 

Article présent dans les magazines: 

[PUBLI-REDACTIONNEL] -Favorisons le circuit court de l'énergie !

Créé le : 11/01/2018

En privilégiant une énergie locale issue de producteurs indépendants, l'entreprise toulousaine ilek certifie l'origine de votre énergie renouvelable. Cette garantie de qualité permet de créer de la proximité avec les citoyens, qui peuvent ainsi participer à la Transition énergétique sur les territoires. Explications avec Julien Chardon, fondateur et président d'ilek. 

ilek propose un modèle origi- nal de circuit-court de l'éner- gie. Créée il y a deux ans, notre jeune entreprise toulousaine d'une quinzaine de salariés, s'in- vestit en Occitanie.

Et ce, grâce à un partenariat pri- vilégié avec deux producteurs d'énergies renouvelables locaux : un producteur basée à Tarascon- sur-Ariège (hydraulique) et l'autre basé dans l'Aude (éolien).

En cohérence avec ses valeurs, ilek met en relation un producteur avec des consommateurs. Nous permettons ainsi aux producteurs de partager des actualités sur leurs centrales avec leurs clients, qui peuvent de leur côté les suivre, venir visiter les sites, s'engager... Grâce à notre plateforme web, nous pouvons dès lors favoriser le lien entre citoyens et produc- teurs d'énergies vertes. Outre ce rapprochement qui redonne de la confiance, nous proposons égale- ment à nos clients d'investir dans des projets participatifs ou de se lancer dans l'auto-consommation. Illustration : nous proposons cette année, avec notre partenaire en région Enerfip, basé à Montpel- lier, une nouvelle o re permettant aux citoyens d'investir leur argent dans un projet local. Tout en bé- néficiant ensuite de l'électricité produite par ce parc à un tarif pré- férentiel ! 

ilek, comment ça marche ?

Concrètement, en se connectant sur www.ilek.fr, nos clients choi- sissent l’énergie verte de leur ré- gion et souscrivent en ligne leur nouveau contrat d’électricité. Sans coupure et sans changement de compteur électrique, chaque foyer va ainsi rémunérer le producteur des kWh consommés.

Autre point fort de notre o re : nous proposons un tarif moins éle- vé que le prix réglementé, autour de 14% en-deçà, grâce à un mo- dèle de rémunération innovant. Celui-ci n'est pas indexé sur le prix du kilowatt heure consommé, mais proposé par le biais d'un abonne- ment fixe, de l'ordre de 9,4 euros HT par mois.

 

Plus d'infos : www.ilek.fr  et au 05 32 80 01 01 

 

Pages

Partager