Vie du réseau

Au 19e Carrefour des gestions locales de l’eau, remise des prix "Zéro Phyto".

Créé le : 22/01/2018

Partenaire du Carrefour des gestions locales de l’eau, la Région Bretagne participe pleinement au programme 2018 de ce rendez-vous annuel des acteurs publics de l’eau, les 24 et 25 janvier.

En effet, la Région animera notamment la seconde journée en proposant un débat consacré aux solidarités de l’eau, après avoir distingué les 65 nouvelles collectivités bretonnes ayant banni l’usage de produits phytosanitaires.

Cette année encore, la Région profite du Carrefour des gestions locales de l’eau pour décerner les prix Zéro Phyto et récompenser ainsi les collectivités ayant cessé d’utiliser des produits phytosanitaires dans la gestion de leurs espaces publics (jardins, stades, cimetières…). En 2018, 65 communes rejoignent les 238 villes déjà labellisées portant à 850 000 le nombre de Bretons et de Bretonnes vivant dans une commune labellisée, soit un quart des Bretonnes et des Bretons ! 7 lycées sont aussi distingués, portant désormais à 23 le nombre d’établissements bretons garantis « Zéro Phyto » avec une gestion différenciée de qualité.

À l’heure actuelle, 75% des communes bretonnes sont engagées dans cette démarche encouragée et saluée par la Région à travers la remise de ces prix.

La Région Bretagne organisera ensuite, en réunion plénière, un débat consacré aux solidarités de l’eau (intitulé « Solidarités de l’eau, un pour tous, tous pour un »). Comment partage-t-on l’eau sur un territoire qui en manque ? Les solidarités territoriales déjà à l’œuvre (financières, techniques, amont/aval, terre/mer, urbain/rural) sont-elles suffisantes alors que les lieux de consommation sont de plus en plus déconnectés des lieux de production ?

En présence de Thierry BURLOT, Vice-Président de la Région Bretagne à l’environnement, l’eau, la biodiversité et le climat.
 


Carrefour des Gestions Locales de l’Eau - Parc des Expositions de Rennes
https://www.idealconnaissances.com/carrefour-eau/

 

ilek accompagne le premier projet français en autoconsommation collective

Créé le : 19/01/2018

Un collectif d’habitants, "Les Colibres" vient de passer les vacances de Noël dans la première résidence alimentée collectivement par des panneaux solaires. Le fournisseur d’électricité local ilek, a accompagné ce projet pilote en France.

Produire et consommer collectivement de l'énergie est aujourd’hui une réalité : plus de 30 personnes ont décidé de s’associer pour participer à une aventure : créer un lieu de vie commun, participatif et intergénérationnel. Selon Laurent Chirié, président du collectif, c’est la vision commune qui compte : « Chez les Colibres, nous avons des valeurs : l’échange des biens de consommations, l’entraide et le partage des connaissances ».

Le collectif basé à Forcalquier dans les Alpes-de-Hautes-Provence s’est lancé dans un projet d’habitat partagé voir (https://lescolibres.jimdo.com). Au travers de la construction des 11 logements, le collectif des Colibres a souhaité mettre en commun la production d’électricité photovoltaïque par des panneaux solaires sur site.
L’installation des panneaux photovoltaïques a été réalisée sur les bris soleils des logements individuels sur une surface cumulée de 96 m2 (puissance installée de 15,6 kWc). Elle permettra de produire 22 000 kWh. Etant donné la consommation annuelle de référence des 11 logements (54 900 kWh), le projet permettra d’atteindre 40% d’autonomie énergétique. ilek précise que l’objectif pourra être amélioré en fonction des économies réalisées individuellement sur chaque logement.

Autoconsommation collective

Le collectif Les Colibres s’est tourné vers ilek pour assumer les opérations de fourniture d’électricité et de répartition de la production. En effet, étant donné que la production des panneaux ne permet pas de subvenir intégralement à la consommation, les locataires complètent leurs besoins électriques avec un contrat d’électricité local proposé par ilek. Par ailleurs, ilek propose également de répartir l’électricité produite par la centrale en réduction sur les factures de fourniture des différents logements.

Pour rappel, l’autoconsommation collective est encadrée et elle intervient « lorsque la fourniture d’électricité est effectuée entre un ou plusieurs producteurs et un ou plusieurs consommateurs finaux reliés entre eux au sein d’une personne morale et dont les points de soutirage et d’injection sont en aval d’un même poste public de transformation d’électricité de moyenne en basse tension ». La loi précise également que les points doivent être gérés par un fournisseur pour compléter la part énergétique manquante.

Bénéficier d’une énergie locale, c’est le fer de lance d'ilek qui valorise l’électricité produite par des producteurs renouvelables solaires, éoliens ou hydroélectriques. "Permettre à un collectif de consommer de l’énergie produite localement est dans notre ADN" annonce Julien Chardon, cofondateur d’ilek qui a été séduit par le projet ambitieux porté les Colibres.

Plus d'infos : www.ilek.fr


 

Les 1ères assises nationales de la citoyenneté : 2 jours pour apprendre et échanger autour de la citoyenneté

Créé le : 18/01/2018

Le Département d’Ille-et-Vilaine, partenaire de cette 1ère édition, propose des rencontres autour de la citoyenneté et de l’engagement.

Comment le citoyen peut-il être acteur de solutions innovantes pour le climat, l’économie circulaire, la laïcité, le service public, le handicap, la démocratie participative, le sport et la culture? Le Département propose d’y répondre à travers sept conférences et tables rondes, dans sa salle de conférences, et dix rencontres sur son stand.

« Placer le citoyen au cœur de nos politiques publiques est notre priorité pour la lisibilité de notre action pour l’Ille-et-Vilaine et ses habitants. Etre partenaire des premières Assises nationales de la citoyenneté était donc une évidence pour le Conseil départemental. » explique Jean-Luc Chenut, Président du Département d’Ille-et-Vilaine

Egalité Femme-Homme : construisons tout.te.s ensemble - Vendredi 19 janvier, 12h30-14h, Village partenaires, stand du Département 

Le Département s’est engagé dans un plan d’actions ambitieux en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Parmi 41 actions, on trouve notamment :

- L’intégration dans les programmes de construction des trois futurs collèges d’un objectif d’égalité filles-garçons. La cour de récréation doit pouvoir être investie par l’ensemble des élèves et les sanitaires doivent être accessibles à tous. Une 1ère en France.

- La tenue, le 8 mars à Saint-Domineuc, d’une conférence par Mélissa Plaza, ancienne joueuse de football professionnelle, sur les préjugés dans le sport.

Intervenant : Arthur Tarroux, chargé de mission Egalité femmes-hommes au Département d’Ille-et-Vilaine.

 

Développement durable : je suis collégien et j’agis pour ma planète, avec la participation de Jean Jouzel - Vendredi 19 janvier, 14h-15h15, salle de conférence du Département                      

Le Département accompagne les collèges dans leurs actions de développement durable : lutte contre le gaspillage alimentaire, promotion d’une alimentation responsable, optimisation de la gestion des déchets par le tri, etc.

Des élèves des collèges René Cassin à Cancale, Pierre-Olivier Malherbe à Châteaubourg et La Tour d’Auvergne à Rennes présenteront des actions réalisées au sein de leurs établissements et échangeront avec le climatologue et glaciologue Jean Jouzel autour de la question « Comment vivrons-nous dans 15 ans ? ».

Avec la participation de Franck Pichot, vice-président délégué à l’Education et la Jeunesse et Sandrine Rol, conseillère départementale déléguée à l’Environnement et l’Agenda 21, au Département d’Ille-et-Vilaine.

 

Citoyenneté et handicap : le citoyen acteur de solutions - vendredi 19 janvier, 16h-17h30, salle de conférence du Département             

Comment les personnes en situation de handicap et leurs proches peuvent-ils être acteurs du parcours de ces personnes et force de propositions pour l’amélioration du service qui leur est apporté ?

Intervenants : Françoise Courteille, Première vice-présidente du Département d’Ille-et-Vilaine, déléguée aux Solidarités, Personnes âgées et Handicap, Marie-Christine Poulain de l’association EPI Bretagne, Hugues Aubin de My Human Kit et Richard Fernandez du collectif handicap 35.

 

Grand projet routier en forêt d’Araize : l’impact décisif d’une contribution citoyenne - Vendredi 19 janvier, 16h15-17h30, Village partenaires, stand du Département

La forêt d’Araize est un écrin de verdure situé sur la commune de Martigné-Ferchaud. Un tronçon routier de la 2x2 voies Rennes/Angers a été inauguré en 2017. En amont du chantier, le comité consultatif environnement du Département a émis des préconisations, telles que, notamment, la réalisation de passages pour la grande faune (sangliers, chevreuil…) et les batraciens et la mise en place de hauts grillages afin de protéger les chauves-souris. Ces préconisations ont été suivies, faisant de cette réalisation, un chantier exemplaire.

Intervenante : Pascale Géraud, chargée de mission Education à la nature au Département d’Ille-et-Vilaine.

 

Regards croisés : comment faire vivre la citoyenneté à l’échelle d’un Département ? Avec la participation du Département de Haute-Garonne - Samedi 20 janvier, 10h30-12h30, salle de conférence du Département

La démocratie participative n’est plus cantonnée à l’échelon communal. Le Département d’Ille-et-Vilaine innove en associant ses habitants à l’élaboration de ses politiques publiques : mise en place de comités consultatifs et de démarches participatives associant les citoyens depuis une quinzaine d’année.

Quelles formes la participation citoyenne peut-elle revêtir à l’échelon d’un Département ?

A quelles problématiques les Départements peuvent-ils être confrontés en matière de démocratie participative ?

Intervenants : Claudine David, vice-présidente et déléguée à la Citoyenneté et à la démocratie participative et Thiphaine Lehuré, en charge des démocraties participatives du Département d’Ille-et-Vilaine, Paulette Salles, conseillère départementale en charge du Dialogue citoyen et Pascal Jarry directeur de la mission démocratie participative/égalité femmes-hommes du Département de Haute-Garonne.

 

A l’occasion de ce forum, le manuscrit du marquis Lafayette, qui a inspiré la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 sera exposée au public. Ce texte, inspiré de Jefferson, Locke, Montesquieu et Rousseau est l’un des trois projets retenus par l’Assemblée constituante le 18 août 1789. Jean-Luc Chenut, président du Département d’Ille-et-Vilaine, est à l’origine de l’exposition de cette œuvre symbolique, en cette année de commémoration des 70 ans de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

 Le Couvent des Jacobins : nouveau centre des congrès de Rennes, 6 rue d’Echange.

 

Plus d'infos : http://www.ille-et-vilaine.fr/fr/actualite/ille-et-vilaine-rendez-vous-e...

 

 

Offre d'emploi : Chargé-e de publicité

Créé le : 17/01/2018
Créée il y a 5 ans, notre structure constituée en coopérative, compte 7 salariés. Notre activité principale est la rédaction, la vente et la distribution d'un magazine bimestriel dédié au développement durable et solidaire, à la Transition sur les territoires : Paca, Bretagne, Occitanie, Rhône-Alpes-Auvergne. Dans le cadre du développement de notre activité, nous recherchons un commercial en CDD pour notre édition basée dans le Sud-Est de la France.
 
Missions :
 
 Vente d'espaces publicitaires
 
 Communication événementielle (organisation et participation à des salons, mise en place de partenariats)
 
 Représentation du magazine
 
 Travail en réseaux
 
 
L'objectif du poste étant de créer un portefeuille clients en accord avec la ligne éditoriale du magazine :
 
 Créer - Gérer un fichier client / prospect 
 
 Comprendre les enjeux du développement durable et solidaire
 
 Définir et gérer un calendrier commercial qui intègre des événements et des échéances
 
 Négocier les modalités d'un partenariat
 
 Etre autonome mais capable de se fondre dans une dynamique d'équipe
 
 Faire preuve de polyvalence
 
 Savoir utiliser les réseaux sociaux
 
Profil :
 
Issu(e) d'une formation commerciale et/ou Marketing/Communication, vous avez au minimum 2 ans d'expériences sur ce type de poste. Vous êtes dynamique, rigoureux(se) et avez un bon sens du relationnel. Vous êtes sensible au développement durable. Une bonne connaissance des territoires Rhône-Alpes-Auvergne et du Sud serait un plus. 
 
Conditions :
 
Statut à définir en fonction du profil (salarié, indépendant). Des déplacements sont à prévoir. Travail basé à Lyon, Avignon ou Montpellier. Poste à pourvoir pour début mars. 
 
Rémunération :
 
A discuter selon profil et expérience. 
 
Merci d'adresser votre candidature à recrutement@la-maison-des-possibles.com
 
 
 
 

L'écolodge La Belle Verte reçoit les palmes du tourisme durable 2017

Créé le : 16/01/2018

Hélène Rozé Cénet (écolodge La Belle Verte) et Noëlie Cotteaux (naturopathe ) ont remporté les palmes du tourisme durable en décembre dernier, pour leur démarche globale zéro émission de gaz à effet de serre et zéro déchet.

Les Palmes du Tourisme Durable mettent en lumière les initiatives visant à préserver les richesses naturelles. Elles récompensent les plus innovantes d’entre elles, excellant à la fois sur le pilier économique, environnemental et social du développement durable.
6 catégories représentaient chaque métier de la grande famille du tourisme, dont l'hébergement, catégorie où les séjours détox et zéro déchet initiés par l'écolodge La Belle Verte et Noëlie Cotteaux, naturopathe, ont été Lauréat.
Une consécration des professionnels et du public : sur les 100 dossiers en lice, 4 ont été sélectionnés par des professionnels du secteurs et c'est sur ces 4 dossiers que le public a choisi son lauréat.

Pour un tourisme durable

L’écolodge La belle Verte s'est associée à Noëlie Cotteaux, naturopathe à Châteaugiron (35), pour proposer des séjours détox et zéro déchet « prendre soin de son corps et de l’environnement ». Tout est pensé pour faire adopter une attitude « slow » et limiter son impact :


▪ Les voyageurs arrivent en transport en commun puis se déplacent en vélo, à pied ou à dos d’âne
▪ Les hébergements (1 éco-gîte et 2 écolodges, maisons en bois et terre), insolites par leur conception, sont passifs et zéro déchet (traitement des eaux usées en phytoépuration, production d’électricité et d’eau chaude solaire, compost, chauffage aux granulés de bois, toilettes sèches, production de fruits et légumes sur place). Le site a d’ailleurs obtenu l’Ecolabel Européen en 2016.
▪ Les repas sont encadrés par une naturopathe, servis avec des produits frais, locaux, de saison et bio et dans une démarche zéro déchet
▪ Des ateliers Do It Yourself sont proposés tels que la fabrication de produits ménagers et cosmétiques, jardinage, cuisine…
▪ Les clients peuvent également choisir des activités bien-être encadrés par des professionnels du département comme le yoga, la relaxation, les soins bien être …


Les séjours « tout inclus » sont organisés pour des groupes de 5 à 10 personnes et se déroulent sur 3, 5 ou 7 jours.

L'écologie est un art de vivre...

Plus d'infos :

https://www.ecolodge-labelleverte.fr

http://naturopathe-chateaugiron.com/

Naissance de la Coopérative Biobreizh

Créé le : 15/01/2018

L'APFLBB devient la coopérative BioBreizh...

Cette évolution fait suite au changement de statut en Société Coopérative Agricole courant 2016. En prenant le nom de la marque commerciale, construite sur un cahier des charges plus exigeant que la référence européenne, les producteurs souhaitent confirmer l’orientation qualitative de leur organisation, basée sur les valeurs historiques de la bio.

L'Organisation de Producteurs BioBreizh existe depuis une vingtaine d'années. 60 producteurs bretons y commercialisent 14 000 tonnes de fruits et légumes par an, sur 900 ha, avec près de 150 références différentes.

Initialement associative, elle est passée en juin 2016 sous le statut de Société Coopérative Agricole, afin d'avoir un cadre correspondant mieux à son développement et à son intention de continuer à tirer les pratiques et la qualité vers le haut, en cohérence avec les valeurs de la bio.

Les garanties qu'assure la coopérative :

Qualité

- Des fermes 100% bio,
- Un cahier des charges exigeant,
- Un engagement dans une politique de Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE).

Planification

- Une mise en culture adaptée aux besoins du marché, des magasins...
- Assurer une juste rémunération du travail des producteurs.

Tracabilité

- Le consommateur peut retrouver le producteur qui a cultivé le légume via le site BioBreizh.
- Une application mobile pour la gestion des annonces et le suivi des commandes.

Biodiversité

- La défense et la promotion des semences paysannes,
- La reconstruction du bocage, l'implantation de haies et de talus, des ruches...

Recherche & développement

Les producteurs se sont engagés dans de nombreuses expérimentations en semences pour identifier et sélectionner des variétés adaptées au terroir et au climat. Elles répondent également à des critères de qualités gustatives et d'originalités par leur forme ou leur couleur.

 

Plus d'infos : http://www.biobreizh.org

Le numérique sera partout

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

La parole à Mathieu Vabre, directeur de l’association Seconde Nature, qui œuvre depuis plus de 15 ans sur le pays d’Aix, en particulier grâce à son lieu éponyme de création artistique en centre-ville. En novembre dernier, la structure a notamment participé à la Biennale internationale des arts et cultures numériques.

« Notre association œuvre pour le futur d’Aix-en-Provence. Nous travaillons notamment à la création d’un pôle numérique qui rassemblerait les acteurs du secteur des arts numériques du territoire. Car il existe une histoire culturelle très forte ici, grâce à l’École d’art d’Aix. En partenariat avec la ville, ce pôle s’attacherait à créer, programmer, transmettre mais aussi former les publics à cet art du XXIe siècle. Il s’agit bel et bien de notre culture actuelle en tant qu’acteur 3.0 culturel, qui repense ses relations entre les artistes et ses publics. Dans cette dynamique, nous avons obtenu pour 4 ans, depuis 2016, un projet collaboratif via l’UE (Futur Diversity), avec 9 partenaires, dans lequel nous expérimentons une nouvelle façon d’intégrer des citoyens dans le processus de création.

Si l’on se projette à la moitié du XXIe siècle, en 2050, nous parlerons déjà d’ère post-numérique. Il sera déjà intégré, fera partie de notre culture, au sein de villes intelligentes et sensibles. En capacité de relier davantage les acteurs entre eux, en réseaux, ces villes de demain sont qualifiées aujourd’hui de Smart cities. Quelle mise en récit sensible sera opérée par les artistes du territoire à l’heure des Smart cities et quelle participation citoyenne sera associée ? Voilà une des nombreuses questions auxquelles nous tenterons d’apporter des réponses, à l’ère des réseaux et de la coopération… Une autre manière de penser le monde ! »

 

Plus d’infos : www.secondenature.org

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos et programme

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

 

Rejoignez l’événement Facebook

Soutenir l'emploi de proximité

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

À travers son récent livre blanc, le réseau Biocoop – qui affiche un chiffre d’affaires de 564 millions d’euros, en progression de près de 25 % et regroupe près de 450 magasins en France – se projette vers l’alimentation du futur : bio, locale et équitable !

Tribune à Dominique Sénécal, président de Biocoop Paca et administrateur national du réseau.

« Notre objectif est de rendre l’agriculture plus écologique, plus locale, qu’elle soit maîtrisée par les agriculteurs eux-mêmes et non par les industries agroalimentaires. Cela passe dans un futur proche par des priorisations d’achats au sein des collectivités (cantines, restauration collective). Mais aussi en limitant les importations et en favorisant l’accès aux semences reproductibles. À Aix, l’entreprise Agrosemens propose justement des semences bio qui s’inscrivent dans cette dynamique. On chiffre à 500 000 emplois potentiels d’ici 2030, si l’on répond à l’ampleur de la demande en produits bio actuelle. Et pourquoi ne pas, à l’échelle de villes comme Aix, imaginer dans le futur d’inciter les citoyens vivants dans des résidences à cultiver leur jardin. L’intérêt : favoriser l’autonomie alimentaire, ré-éduquer, ré-inventer un mode de vie urbain connecté à la terre, faciliter l’accès à une alimentation saine…

Nous réfléchissons aussi à faire évoluer nos magasins lorsque les gens se déplaceront moins, en faveur du e-commerce ou de la livraison. Nous répondrons à cela en favorisant les modes de transports doux.

Plus d’infos : biocoop.fr

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

Innover, pour regarder les choses différement !

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

Tribune à Pascal Nuti, directeur général de Solable, start-up basée à Aix qui souhaite participer à des projets industriels sur les territoires provençaux.

« Nous sommes deux entrepreneurs innovants dans les domaines du solaire et de l’eau potable. Notre ambition est d’améliorer les moyens de rendre l’eau potable pour tous. Notre objectif : toucher au moins 1 milliard d’individus via nos nouveaux produits. Notre produit phare, sorti en janvier : « LaVie », permet d’utiliser l’eau du robinet (la moitié des gens ne la boivent pas) en transformant le chlore en hydroxyle radicaux, grâce aux UV de type a. Nous obtenons ainsi une minéralisation de l’eau devenue neutre. Ce produit existe également en version solaire. En 2017, nous avons aussi lancé une chaudière, « LaDouche », qui permet de réduire de 90 % la note énergétique.

Une fois ces nouveaux produits créés, nous les cédons à des investisseurs privés qui souhaitent les développer dans la région. En Paca, nous n’avons que très peu d’industries, je milite donc pour que l’on crée des « micro-factories » capables de proposer des pré-séries à moindre coût, visant à faciliter l’investissement en faveur de la qualité pour tous. »

Plus d’infos : solable.fr

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

Co-construisons le futur !

Créé le : 11/01/2018

Dans le cadre de la démarche d'attractivité initiée par la ville d'Aix-en-Provence, en lien avec plusieurs acteurs du territoire, l'AUPA (Agence d’Urbanisme Pays d’Aix–Durance) co-organise un SEMINAIRE PROSPECTIF dédié à la ville de demain, au Conservatoire d’AIX. Ce séminaire ambitionne d’imaginer le futur, le « dessein » d’Aix dans un monde en Transition. Cette séance, qui inaugure un cycle pérenne de réflexions prospectives, sera animée par le magazine Sans Transition ! et donnera la parole à des experts tels que François Miquet-Marty de l'Institut Viavoice, Pascale Hébel du Credoc, avec la participation d’autres experts / partenaires (The Camp, le réseau Bâtiments Durables Méditerranéens Envirobat BDMBiocoopCitiz, Fondation MACIFMutualité Française…).

Jusqu'au 06 février nous vous proposons de retrouver les interviews des personnalités qui interviendront lors de ce rendez-vous...

Une question à Benoît Bailliart, directeur du LAB The Camp basé à Aix, entreprise de 70 salariés qui accompagne depuis septembre dernier les collectivités et les entreprises à la transition numérique.

À quoi pourrait ressembler AIX DEMAIN ?

Nous travaillons à réinventer la vie urbaine à l’ère numérique. Nous avons lancé à Aix une expérimentation avec l’entreprise Cisco qui a placé dans la ville des objets connectés équipées de capteurs. On mesure ainsi les éventuels îlots de chaleur, le bruit, les flux de piétons, la pollution, les odeurs…

Nous récoltons ces données nécessaires à la compréhension de l’écosystème citadin. Puis nous les traitons grâce à un système de data-visualisation. Nous envisageons de permettre aux citoyens de comprendre notre démarche in situ dans la ville et possiblement d’y contribuer. In fine, cet outil pourrait offrir aux élus un nouvel indicateur de suivi pour mener leur politique urbaine. Si nous observons un îlot de chaleur à côte d’une école, créons alors un îlot de verdure associé et mesurons l’impact de cette action, tant quantitatif (grâce aux capteurs), que qualitatif (par sondage des citoyens).
Outre le centre-ville d’Aix, on travaille aussi à Aix TGV ; dans un laboratoire à ciel ouvert pour tenter d’imaginer la gare du futur, notamment sur le plan énergétique (autonomie). Ce projet expérimental doit se poursuivre jusqu’en 2019.

Plus d’infos : thecamp.fr

Retrouvez ces interviews dans le supplément "Aix Demain..." à l'intérieur du n°9 de Sans Transition ! Provence, en vente actuellement.

Plus d'infos

Réservation fortement conseillée : aupa@aupa.fr

Rejoignez l’événement Facebook

 

 

Pages

Partager